Apple : selon le maire de Cupertino il n’est « pas prêt à payer un sou » en impôts

Maj. le 17 février 2017 à 13 h 35 min

Le maire de Cupertino est en colère contre Apple. Dans une interview accordée au Guardian, l’élu a déclaré qu’Apple n’était « pas prêt à payer un sou » en impôts. Si en vérité l’entreprise paie bien des impôts, ils sont infimes par rapport à ce qui devrait être versé à la ville. Explications.

impôts apple

Barry Chang est fâché contre Apple et il l’a fait savoir. Dans une interview postée aujourd’hui sur le site du Guardian, le maire de Cupertino déplore l’attitude d’Apple concernant les impôts et taxes.

Apple n’est pas prêt à payer un sous. Ils font du profit, et ils devraient participer aux responsabilités de notre ville, mais il ne le feront pas. Ils abusent de nous. – Barry Chang, Maire de Cupertino –

Le maire de Cupertino reproche à Apple ses manipulations financières pour échapper à l’impôt. Il regrette profondément que la ville, qui soutient ces grandes entreprises high-tech, soit totalement délaissée au moment où l’on demande des contreparties.

Ainsi, selon The Guardian, Apple paierait 2,3% d’impôts et taxes seulement grâce à des failles dans le système américain. Des « échappatoires » dira le maire de Cupertino. Au total, Apple a donc versé 9,2 millions de dollars à la ville entre 2012 et 2013.

Cela peut sembler énorme mais ce n’est rien comparé aux 181 milliards de dollars de réserve « cachés » dans des paradis fiscaux. Le maire de Cupertino estime qu’Apple devrait payer bien plus que ces 2,3% d’impôts.

Il a donc essayer de forcer la firme à faire un don de 100 millions de dollars afin d’aider la ville dans la création d’infrastructures. Le conseil municipal a rejeté cette demande. Mais Barry Chang n’abandonnera pas, il est vraiment déterminé.

Je ne reculerai pas. Augmenter les impôts n’est pas populaire, mais je n’ai pas peur. Nous sommes le centre de la technologie, et notre système de transports publics est vieux et encombrant. Et les politiciens ne sont pas assez fermes. Ils sont effrayés. – Barry Chang, Maire de Cupertino –

Apple paie déjà bien assez

De son côté, Apple estime évidemment qu’il paie des dizaines de millions de dollars sur les ventes additionnelles et les taxes sur la propriété. La firme explique également qu’il a contribué à l’économie de la ville en construisant son nouveau campus : ce chantier a généré selon la marque à la Pomme des milliards de dollars de business pour les entreprises locales.

Tim Cook avait d’ailleurs expliqué que la loi américaine l’autorisait à avoir ce genre de pratiques et qu’il n’y avait rien d’illégal à optimiser ses profits. Car si Apple n’avait pas ce genre de technique pour contourner l’impôt, il aurait dû verser autour de 59,2 milliards de dollars à l’Etat américain.

Une « connerie politique » selon Tim Cook qui estime que pour des société créant autant de richesse, taxer à 30 ou 40% est un abus. Mais Apple va devoir s’y faire ou penser à trouver une autre méthode.

Car aujourd’hui, le géant américain profite des avantages offerts par les lois irlandaises. Dans ce pays européen, les avantages fiscaux sont nombreux et les entreprises comme Google, Microsoft ou Apple n’hésitent pas à faire des montages financiers complexes pour faire transiter leurs profits en Irlande.

Le problème, c’est que dans peu de temps, les règles vont changer dans ce pays, et ce sera la fin du bal. Du moins temporairement puisque d’autres pays offrent également de nombreux avantages. Amazon a par exemple parié sur le Luxembourg.

Mais les autorités veillent, et repartent avec quelques victoires. En Italie par exemple Apple a fini par payer des arriérés d’impôts il y a quelques temps. En France, c’est Google qui est dans le viseur de l’Etat. Et même l’Union Européenne commence à s’y mettre.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !