Apple et Amazon démentent : aucune puce chinoise n’espionne leurs serveurs… mais c’est plus compliqué

Apple et Amazon auraient été piratés par des puces espionnes chinoises découvertes dans des serveurs des entreprises selon une enquête de Bloomberg. Toutefois, les deux sociétés démentent catégoriquement ces allégations. De nombreux groupes seraient touchés par ce scandale dont la première découverte remonte à 2015.

apple amazon espion

Un scandale secoue de nombreux groupes suite à des révélations de Bloomberg. Une micropuce espionne chinoise aurait été découverte en 2015 chez Amazon dans des serveurs conçus par la société Supermicro, une société Taïwano-américaine basée à San Jose. Apple également aurait détecté une puce semblable dans ses propres serveurs à la même époque et a décidé de couper tous les ponts avec Supermicro. Le FBI a été alerté de cet incident et mène l’enquête depuis cette même année. Une trentaine d’entreprises sont victimes de ce dispositif d’espionnage qui a infiltré des milliers de serveurs selon le site d’information.

Apple et Amazon nient catégoriquement avoir été piratés par la Chine

De leur côté, Apple et Amazon nient catégoriquement tout piratage de leurs infrastructures. Cependant, Bloomberg appuie ses propos en précisant que ces informations proviennent de sources fiables. Il s’agit de 6 responsables de la sécurité nationale travaillant ou ayant travaillé sous l’autorité des administrations Trump et Obama. Il y aurait également 8 cadres d’Apple dans la boucle. L’armée chinoise aurait réussi à manipuler la chaîne production des serveurs pour y introduire les fameuses micropuces.

Au cours d’une enquête fédérale, les entreprises américaines sont tenues au secret. Il se peut donc que le démenti des entreprises ne soit qu’une façade. Dans tous les cas, les journalistes de Bloomberg semblent être particulièrement sûrs de ce qu’ils avancent et ajoutent : « cette attaque est plus grave que les incidents logiciels que le monde s’est habitué à voir. Les piratages matériels sont plus difficiles à exploiter et potentiellement plus dévastateurs, en promettant le type d’accès furtif à long terme…« . Nous ignorons quel type d’information aurait pu être divulgué à la Chine. Difficile de savoir qui dit vrai entre les sociétés et Bloomberg. De votre côté, que pensez-vous de cette affaire ? Partagez votre opinion dans les commentaires.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !