Affaire Huawei : la Chine attaque les États-Unis

Entre accusations d’espionnage, vol de technologies et violations d'embargos, la pression internationale s’accentue autour de Huawei. Les derniers développements ont poussé le gouvernement chinois à sortir du silence. Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue le 29 janvier 2019, le ministre des Affaires étrangères du pays s’en est pris aux États-Unis qu’il accuse de déployer des manœuvres politiques pour nuire aux entreprises chinoises.

Huawei

Chaque jour apporte son lot d’épisodes sur le feuilleton de la crise entre Huawei et les pays occidentaux. Les États-Unis viennent d’inculper l’entreprise chinoise qui doit répondre de plusieurs chefs d’accusation alors qu’au même moment une demande d’extradition vise sa directrice financière qui est toujours gardée en résidence surveillée au Canada. Huawei est accusé, entre autres, d’avoir volé une technologie de l’opérateur américain T-Mobile qui permet de tester des smartphones avant leur mise sur le marché.

Le gouvernement chinois a réagi le mardi 29 janvier 2019 par l’entremise de Geng Shuang, son ministre des affaires étrangères qui réaffirme la volonté des autorités chinoises à défendre les entreprises nationales.

La Chine s’en prend aux États-Unis après l’inculpation de Huawei

Selon Geng Shuang, « les États-Unis utilisent leur pouvoir pour discréditer et attaquer certaines entreprises chinoises, dans une tentative d’étrangler leurs opérations, qui sont légitimes et légales ». Pour lui, il s’agit d’une « manipulation politique ». Il exhorte également Washington à annuler le mandat d’arrêt contre Mme Meng, la directrice financière de Huawei qui a été libérée sous caution au Canada dans l’attente de sa comparution en février à Vancouver. M.Shuang réclame au Canada une libération immédiate de la ressortissante chinoise.

De son côté, le ministre chinois de l’Industrie et des technologies de l’information a qualifié l’action en justice « d’injuste et d’immorale », affirmant qu’elle n’affecterait pas le développement des technologies chinoises en matière de 5G. Huawei a lui aussi réagi en rejetant une nouvelle fois les accusations américaines. La firme se dit déçue d’apprendre les procédures engagées à son encontre et affirme n’avoir commis aucune des violations alléguées de la loi américaine énoncées dans chacun des actes d’accusation.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Hadopi accuse Facebook, Twitter et YouTube de servir au piratage

La Hadopi vient de publier un niveau rapport qui met en lumière le rôle de YouTube, Facebook, Twitter ou encore Reddit dans l’ampleur grandissante du piratage. Selon l’autorité, 16% des pirates Français utilisent les réseaux sociaux pour accéder aux films,…

Tesla Model Y : la production serait avancée au premier semestre 2020

Au cours de la présentation de son nouveau SUV électrique Model Y, Tesla avait indiqué que les commandes seraient honorées à partir de fin 2020, voire même début 2021 pour l’Europe. Cependant, une source anonyme a dévoilé l’information selon laquelle l’entreprise accélère…

Model 3 : Tesla dévoile son crash test officiel en vidéo

Tesla vient de mettre en ligne une vidéo présentant les crash tests de la Model 3 réalisés dans son laboratoire dédié en Californie. Afin de s’assurer de la sécurité de ses voitures électriques, le constructeur automobile réalise en effet de nombreuses simulations en interne avant…

Audi arrête de rêver et suspend son projet de voiture volante

À l’occasion du salon international de l’automobile de Genève de 2018, Audi avait présenté un étonnant concept à mi-chemin entre une voiture électrique autonome et un drone, en association avec Italdesign et Airbus. Le constructeur automobile annonce maintenant se retirer du…