5G : Huawei conseille à l’Europe de ne pas lui faire la guerre

Pour Huawei, les Européens ne doivent pas suivre les États-Unis dans leur guerre commerciale contre le groupe chinois. Selon son PDG Ken Hu, cela pourrait porter atteinte aux intérêts des pays du vieux continent, notamment sur le terrain de la 5G. Quant aux accusations d’espionnage qui visent l’entreprise, le dirigeant est resté dans la droite ligne de la défense habituelle du groupe. Pour lui, ces accusations sont totalement infondées.

huawei

Huawei ne baisse pas les bras dans ses tentatives de montrer aux pays européens qu’il est un groupe avec lequel on peut collaborer sans crainte. Dans une interview accordée au Figaro, Ken Hu, l’un des nombreux patrons de l’entreprise chinoise déconseille à l’Europe de suivre les États-Unis dans leur guerre contre le groupe. « L’intérêt des Européens n’est pas de suivre l’Amérique dans sa guerre contre Huawei », prévient-il. Une telle politique pourrait compromettre le bon déploiement de la 5G en Europe, entre autres conséquences.

Pour Huawei, les Européens ne doivent pas lui faire la guerre comme les États-Unis

Dans son interview, Ken Hu a exposé les conséquences qui, selon lui, pourraient découler d’une hostilité européenne à l’encontre de Huawei. Cela pourrait par exemple ralentir l’innovation et augmenter le coût du déploiement de la 5G . Des facteurs qui porteraient « atteinte aux intérêts des consommateurs ». Le patron de Huawei cite l’exemple de l’Australie qui a été l’un des premiers pays à bannir les équipements 5G de l’entreprise.

« Le déploiement commercial de la 5G y sera retardé. En raison de notre éviction, l’augmentation du coût de déploiement de la 5G pourrait atteindre 2 milliards de dollars ».

Huawei veut montrer sa bonne foi

Ken Hu a une nouvelle fois invité les pays méfiants à inspecter les technologies de Huawei afin de s’assurer qu’elles sont bien conformes aux standards en matière de sécurité. « Un nouveau centre de test de sécurité indépendant a ouvert ses portes en Allemagne en novembre dernier. […] Nous ouvrons un autre centre à Bruxelles le 5 mars 2019 ».

M. Hu invite les gouvernements, mais aussi les clients européens dans ces centres où ils sont les bienvenus pour tester la sécurité des produits Huawei. Concernant ses problèmes avec la justice américaine qui l’accuse de vol de technologie et d’espionnage, le dirigeant se dit confiant quant à l’issue de la mise en examen du groupe et dit faire confiance à la justice américaine, car toutes ces accusations seraient infondées.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Firefox 66 est disponible : les nouveautés et comment le télécharger

Firefox 66 est désormais disponible au téléchargement. Cette nouvelle version permet notamment de bloquer automatiquement l’autoplay des vidéos, comme Google Chrome le fait déjà. On fait le tour ensemble sur les nouveautés proposées par Mozilla.  Près de deux mois après…

Bug GPS du 6 avril 2019 : comment savoir si vous êtes concerné ?

Le 6 avril 2019, certains GPS connaîtront des dysfonctionnements à cause d’un bug lié au système de numérotation du calendrier des GPS. Ce phénomène se produit tous les 19,7 ans. Les GPS récents intègrent déjà un correctif, mais si vous…

Son iPhone bloque un tir de flèche et lui sauve la vie

Un Australien visé par un tir de flèche a été sauvé par son iPhone, qui a pris l’impact à sa place. Son agresseur, armé d’un arc, l’aurait touché à la poitrine sans la présence du mobile.  Le smartphone est un…