ZTE proche de perdre sa licence Android et interdit d’acheter des puces Qualcomm

Maj. le 22 avril 2018 à 15 h 19 min

ZTE, le constructeur de smartphones chinois, pourrait bientôt perdre sa licence Android, lui interdisant de fait l’utilisation de l’OS sous sa forme actuelle sur ses produits. ZTE est actuellement en discussions avec Google/Alphabet à ce sujet, rapporte Reuters. Il est également dans l’impossibilité d’acheter des puces Qualcomm. Le département du Commerce des Etats-Unis a lourdement sanctionné ZTE, accusé d’avoir violé l’embargo sur les ventes de marchandises à l’Iran et à la Corée du Nord, en obligeant les entreprises américaines à ne plus lui vendre de matériel hardware ou de logiciels pendant 7 ans. 

zte android
Crédit : Kārlis Dambrāns/Flickr

ZTE pourrait très bientôt être privé de l’OS Android sur ses smartphones, en tout cas de la manière dont il l’utilise actuellement. Le groupe chinois serait selon Reuters proche de perdre sa licence MADA (Mobile Application Distribution Agreement), même si rien n’a encore été acté pour le moment. Des discussions sont en cours avec Google-Alphabet pour trouver une solution.

Le département du Commerce des Etats-Unis a décidé d’interdire les entreprises américaines de vendre des composants hardware ou des logiciels à ZTE pendant sept ans. Ce dernier est accusé d’avoir violé l’embargo  sur les ventes à l’Iran et à la Corée du Nord. Des faits qui ont été reconnus par le constructeur chinois, qui a admis avoir fourni illégalement du matériel et des logiciels américains, notamment à l’opérateur majeur en Iran.

ZTE privé de composants américains, et bientôt d’Android ?

« ZTE nous a fourni des informations reconnaissant pour l’essentiel avoir fait des fausses déclarations. Nous ne pouvons pas nous fier à ce qu’ils nous disent. Or, dans le commerce international, la vérité est très importante« , a estimé le département du Commerce. Le fabricant avait déjà écopé d’une amende de 1,2 milliard de dollars avant ces nouvelles mesures.

Mais il n’y a pas qu’avec Android que l’interdiction pose problème. Reuters rappelle que 25 à 30% des composants dont a recours ZTE pour la production de ses smartphones ou ses infrastructures réseau sont américains. On pense notamment aux puces de Qualcomm. A noter qu’Android étant open source, ZTE pourra toujours faire sa propre version de l’OS. Mais il sera par contre privé de Google Mobile Services (GMS), qui inclut plusieurs applications et services importants dont le Google Play Store.

ZTE a officiellement réagi à ces sanctions par le biais d’un communiqué. Le constructeur chinois explique avoir retenu les leçons du passé et tout faire pour respecter les réglementations sur l’exportation, détaillant tous les efforts qu’il a effectué en la matière. « ZTE n’abandonnera pas ses efforts […] et nous sommes déterminés, si nécessaire, à prendre des mesures juridiques pour protéger les droits légaux et intérêts de notre société, nos employés et actionnaires« , a conclu le groupe, qui ne compte donc pas en rester là.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !