Yahoo : le scan des emails serait utilisé pour recommander des applications

Yahoo serait actuellement en cours de développement d’un outil pour recommander des applications aux utilisateurs de Android et iOS. Mais la méthode fait débat. La firme compte scanner les emails afin de mieux cibler les fameuses recommandations. Le procédé est discutable et représenterait, s’il était appliqué définitivement, une nouvelle atteinte à la vie privée.

Yahoo

Pour arriver à cet objectif, la société compte tout simplement sur un algorithme à destination de ses propres applications mobiles. Probablement son client mail mais aussi son launcher Aviate qui permet déjà de récupérer bon nombre de statistiques sur les usages en mobilité. Mais Yahoo ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisque le scan d’emails est probablement le véritable point névralgique de toute la nouvelle stratégie de la firme.

Selon le site web Business Insider, la technique employée serait des plus simples. Quand vous achetez une application dématérialisée sur le web, vous recevez la plupart du temps un récapitulatif de votre commande, voire une facture sur votre email. Et c’est justement ce récépissé qui est au centre de toutes les attentions de Yahoo. A l’heure actuelle, les emails sont déjà scannés afin de mieux cibler la publicité affichée mais le même système pourrait s’appliquer à la recommandation d’applications.

La vie privée d’un individu est aujourd’hui au centre de la stratégie de la plupart des grands groupes, que nous parlions de Google ou de Yahoo (pour n’en citer que deux). Générer la publicité la plus à même d’intéresser l’utilisateur permet plus facilement de transformer l’essai, c’est à dire de créer l’acte d’achat. Mais la frontière entre visée commerciale et protection de notre vie personnelle tend à devenir de plus en plus floue.

Rappelons-nous que Yahoo a été menacé par la NSA afin de révéler des informations personnelles et l’utilisation au quotidien d’un service online, quel qu’il soit, nous expose à donner bon nombre d’informations sans que nous le sachions (habitudes de navigation, etc). Faut-il s’inquiéter d’une telle tournure ou au contraire se réjouir des innovations à venir de Yahoo ? A vous de nous répondre.

Via

Réagissez à cet article !
  • itachi

    En gros yahoo et consort c’est « on a tout fait pour ne pas donner nos infos à la NSA parce qu’on voulait être les seuls à vous espionner ».

  • filaos

    Google fait ça depuis toujours. Ou est le (nouveau) problème ?

    • Atlas

      J’ai pensé la même chose.
      On voit bien par le quasi-manque de commentaires sur ce genre d’articles que les utilisateurs Android n’en ont rien à secouer si Google analyse leurs emails pour de la pub.

  • jpd514

    To Yahoo: « Comply with PRISM, or we’ll make sure you go bankrupt »

    http://www.zdnet.com/u-s-government-to-yahoo-comply-with-prism-or-well-make-sure-you-go-bankrupt-7000033730/

    Traduction libre: Vous vous conformez aux demandes du programme PRISM ou on s’assurera de vous conduire à la faillite.

    Yahoo doit probablement agir ainsi pour se conformer aux demandes du gouvernement U.S.. Ils ont reçu des U.S.A. un message clair.

    C’est probablement ce qui s’est produit avec Blackberry, le gouvernement des u.s.a. les ont menés à la faillite, ne pouvant les contrôler. Nokia a du en être victime jusqu’à un certain point. Samsung vient d’ailleurs de déposer un petit logiciel dans nos smartphones, logiciel clairement identifié, comme provenant de la NSA. Rien d’anormal n’y a été décelé, ce qui n’exclut pas que ce soit un logiciel espion selon certains chercheurs qui n’ont cependant pu le démontrer qu’en théorie.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Droits Ligue 1 : Facebook et Amazon pourraient diffuser les matchs

Et si les futurs OM-PSG étaient diffusés sur Amazon Prime Video ou Facebook ? Les deux géants américains se sont montrés intéressés par les droits de diffusion de la Ligue 1 auprès de la LFP. Formuleront-ils une proposition lors de l’appel d’offres ?