Windows 7 et 8.1 : voici la liste des PC Skylake supportés jusqu’en 2017

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 10 h 02 min

Windows 10 continue sa marche en avant tel un tank, quitte à écraser les versions précédentes de l’OS et forcer la main aux utilisateurs pour faire la mise à jour. Les PC les plus récents sous processeur Intel Skylake devront obligatoirement passer sous Windows 10, plus rapidement que les autres.

Pour les PC qui ne sont pas sous cette dernière génération de processeur, le support devrait être un peu plus long. Windows 7 continuera donc de recevoir des mises à jour jusqu’au 14 janvier 2020. Pour Windows 8.1, le support sera lui assuré jusqu’au 10 janvier 2023. De quoi voir venir, mais c’est sans compter sur le partenariat établi entre Microsoft et Intel.

Pour accélérer un peu plus le passage vers la dernière version de son OS, Microsoft a profité de son partenariat avec le leader du marché des processeurs, Intel, pour annoncer que les PC récents sous Skylake nécessiteront obligatoirement Windows 10. Si vous avez un ordinateur avec cette génération de puce et que vous êtes encore sous Windows 7 ou 8.1, vous avez seulement jusqu’en juillet 2017 pour pour faire la mise à jour.

Rassurez-vous, si vous ne le faites pas vous pourrez toujours utiliser votre ordinateur et il ne va pas exploser, mais Microsoft ne fera plus que les mises à jour de sécurité critique et vous ne pourrez plus profiter des dernières nouveautés. Le strict minimum, donc. Pour savoir si votre PC Skylake est éligible ou non, vous pouvez retrouver la liste des différents PC qui profiteront du support étendu :

>> Liste des PC Skylake supportés par Windows 7 et 8.1 <<

Comme l’avait dit la firme de Redmond, rester sur Windows 7 sera à vos risques et périls. Cette version de l’OS reste pourtant extrêmement populaire. Des chiffres récents montrent que Windows 7 reste de loin la plus populaire devant les versions XP, 8.1 et 10. Quelle est votre version de Windows et êtes-vous concerné par cette contrainte Skylake ?

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Silver

    Je suppose qu’il sera possible de contourner ce problème comme à l’epoque de xp, en récupérant les patch de sécurité réservés aux entreprises.

    • joe2x

      super, j’aimerai savoir si c’est vraiment contraiyant. Tel que je le percrois, j’ai l’impression que ce ne serait pas si génant.
      En tout cas, il est hors de question que je mette windows 10, Windows 7 me suffit amplement

  • Faize le Renard

    Actuellement sous windows 10 avec un i5 450M (un bon vieux proc tout à fait correct), je n’ai pas à me plaindre de Windows 10, c’est un Windows 7 plus complet, c’est tout.

  • Xion

    Encore faudrait t-il que tous les PC soient compatible avec windows 10
    Le mien crache après le premier redémarrage a cause du pilote graphique que ce soit sur windows 8.1 ou 10 mais même en le changeant ça ne fait que retarder l’écran bleu de quelques jours et après je suis bon pour une restauration, le PC ne veut plus rien entendre ..

    • Ophi

      il y a peut être un problème matériel. un PC c’est un moteur, si une pièce casse ou est défectueuse il faut réparer ou changer de moteur

      • Florian

        C’est un moteur certes, mais il faut aussi prendre en compte la partie logicielle qui est toute aussi importante ! Son ordinateur fonctionne sous windows 8.1 mais pas 10 (à cause du pilote graphique) donc c’est un problème logiciel et non pas matériel.

        • Ophi

          sous 8.1 et 10 il précise. déjà 8 et 8.1 étaient connus pour posé des soucis de driver en mettant à jour, W10 n’y a pas coupé. il faut éxaminer le bluescreen. ça peut être tellement de chose

  • spamnco

    Je viens de me prendre une config sous Haswell pour les 5 prochaines années et ce sera sous W7 SP1, pas question de tenter le diable concernant mon environnement de travail (je bosse aussi sous W10 en déplacement et le système est nettement plus instable me concernant). De plus, je ne vois pas ce qu’apporte W10 par rapport à W7, à part un retour à l’interface flat.