Wawa mania : le créateur du site condamné à verser 15 millions d’euros

Maj. le 11 avril 2016 à 23 h 00 min

L’affaire a débuté il y a six ans après une plainte de la SACEM, de l’industrie phonographiques et bien d’autres ayants droits. Responsable de la mise en ligne de près de 3600 œuvres recensées à l’époque, le créateur de Wawa mania répondant au pseudonyme de Zac semblait prendre les menaces avec une certaine décontraction. L’affaire vient de passer à un niveau supérieur en fixant le prix des dommages et intérêts à reverser aux ayants droits et parties civiles.

WAWA-MANIA-procès-15-millions-dimitri-mader

Dimitri Mader, 26 ans est le fondateur du forum Wawa mania, plateforme de discussion dédiée au partage de liens de téléchargements directs. Déjà condamné à un an de prison ferme et 20 000 euros d’amende en avril dernier, un nouveau couperet vient de tomber en fixant le prix des dommages et intérêts qu’il aura à verser aux ayants-droits.

Les plaignants répondant aux noms de Disney, Paramount, Tristar, Microsoft ou encore Marc Dorcel devraient se voir reverser une amende de 15, 6 millions d’euros. À ce pécule comprenant également 2,6 millions pour la SACEM, s’ajoutent 67 000 euros de dommages moraux aux parties civiles et 46 000 euros de frais de justice.

Le calcul de ces sommes est assez particulier lorsque l’on compare ces 15 millions avec des peines imposées au site Ledivx (13 600 euros) ou encore Forum-DDL (1 millions d’euros). Les juges prendraient pour chaque œuvre recensée, un pourcentage du nombre de visites sur site qu’ils multiplieraient par le prix d’un téléchargement légal.

Toujours en activité, le site créé en 2007 connaît un taux de fréquentation important, comptabilisant environ 500 000 visiteurs en mai dernier, un score ne faiblissant pas pouvant être expliqué par la chronologie des médias laborieuse en France, comme le disait le patron de Netflix.

Wawamania dimitri mader procès 15 milllions d'euros téléchargement

Dimitri Mader reconnaissait avoir engrangé environ 42 000 euros de revenus via la publicité mais avait également expliqué qu’il n’en faisait aucun bénéfice, utilisant cette somme pour payer les serveurs d’hébergement de son site.

Le fondateur de Wawa mania serait en exil depuis 2011 aux Philippines. Son site quant à lui continue bien de fonctionner, disposant d’un nom de domaine protégé en Équateur et de serveurs hébergés hors de France. Reste à savoir si cette peine sera réellement appliquée, si Dimitri fera appel et si ce jugement aura vraiment une incidence, ce dont on peut douter lorsque l’on se réfère à The Pirate Bay ou encore KickAss Torrent.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android Auto va débarquer sur les voitures Toyota

Toyota adopte Android Auto pour ses véhicules, un accord aurait été signé entre Google et le constructeur automobile. Jusqu’à présent ce dernier n’a pas souhaité proposer la solution dans ses véhicules pour ne pas partager d’informations personnelles avec le géant….