VPN : Apple admet désormais collaborer avec la censure chinoise

La Chine resserre son emprise sur ses citoyens, et a interdit tous les services VPN sur son territoire depuis janvier 2017. Surprise, Apple a retiré toutes les applications VPN de son App Store chinois ce weekend. Tim Cook s’en est justifié par voie de communiqué. L’affaire met en évidence la dimension deux poids deux mesures de la feuille de route en matière de vie privée de la firme californienne. 

tim cook collabore

La Chine tente en ce moment de resserrer leur emprise sur leur réseau internet national, et contrôler ce que les citoyens font, échangent, consultent. Dans ce cadre, de nombreuses personnes utilisent des services VPN pour se connecter d’un autre endroit de la planète et ainsi contourner The Great Firewall, ou la Grande Muraille Pare-Feu en français. Or depuis 2017, tous les services VPN doivent obtenir une autorisation gouvernementale sous peine d’être interdits.

Chine : Apple collabore désormais avec la censure

De quoi ramener sur le papier tout le monde dans le giron de la censure, sans se priver des avantages du VPN, pour les entreprises notamment. Mais les géants américains du web n’ont pas cédé, comme c’est usuellement le cas. Apple continuait ainsi à proposer jusqu’au weekend dernier à ses clients chinois des applications sur l’App Store permettant de contourner la censure. Or il semble que la pression de Pékin ait fini par payer.

Ça a commencé par ExpressVPN, qui a signalé dès samedi 29 juillet sur son blog que l’application ainsi que d’autres apps de VPN avaient disparues de l’App Store. Un mail d’Apple justifiait ce retrait par le caractère illégal, en Chine, du service. L’hécatombe s’est poursuivie dimanche jusqu’à ce qu’on ne trouve plus une seule application VPN sur l’App Store chinois. Dans la soirée de dimanche, Tim Cook a expliqué dans un communiqué :

 Plus tôt cette année, le MIIT de Chine a annoncé que tous les développeurs offrant des VPN devaient obtenir une licence du gouvernement. On nous a demandé d’enlever certaines applications VPN en chine qui ne sont pas conformes aux nouvelles régulations. Ces applications restent disponibles dans tous les autres marchés où [ces développeurs] sont présents

Evidemment, cette affaire évoque immédiatement le souvenir des attentats de Bernardino : Apple avait fermement résisté au FBI qui lui demandait alors l’accès aux données contenues dans l’iPhone de Syed Rizwan Farook, tueur présumé, sous couvert de la lutte pour le respect de la vie privée et des libertés individuelles. En plus d’éviter la prolifération de backdoors dans ses logiciels qui entacheraient la sécurité d’iOS.

Des combats nobles, mais le fait qu’Apple ait ainsi donné l’impression de courber l’échine risque de rendre sa vision nettement moins lisible, et plus difficile à défendre à l’avenir.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !