VOD en France : Netflix, futur leader d’une offre déjà trop fournie ?

Date de dernière mise à jour : le 10 avril 2016 à 18 h 37 min

On le sait en France, l’offre de vidéo à la demande (ou VOD) n’est pas forcément encore autant rentrée dans les habitudes de consommation qu’aux États-Unis. Fouillie, parfois techniquement dépassée, en retard dans les catalogues de nouveautés présentées du fait d’une chronologie des médias plus exigeante que dans certains pays, elle est souvent décriée et ne suscite pas vraiment l’enthousiasme généralisé.

L’Observatoire Européen de l’Audiovisuel, dans son dernier rapport, confirme qu’en dépit des problèmes qu’elle peut rencontrer, la VOD bénéficie d’une importante exposition quantitative sur le territoire français. Le rapport permet par ailleurs de recontextualiser ce constat par rapport à ses voisins européens, mais aussi par rapport aux États-Unis, qui reste la référence dans le domaine.

L’organisme dénombre en tout 3.088 services de VOD différents sur tout le territoire européen, qui regroupent tous les domaines possibles (cinéma et séries bien sûr, mais aussi musique, catch-up TV, sport ou vidéos pour adultes). Sur ce total, on en dénombre 434 rien que sur le territoire, soit un service de VOD sur 7! Seule la Grande-Bretagne fait mieux avec 682 services. L’Allemagne, troisième, ne propose quant à elle « que » 330 services de VOD différents.

L’offre française se distingue par sa sur-représentation des offres de télé de rattrapage qui représentent avec 148 services près d’un tiers du total, devant les chaînes officielles sur les plateformes ouvertes comme Youtube ou Dailymotion (98 services) et enfin les plate-formes dédiées au cinéma (44). La pornographie est elle aussi bien représentée, la France étant même leader européen sur le secteur avec 16 services différents.

Si les offres de VOD n’hésitent pas à se multiplier, elles n’occultent néanmoins pas le ralentissement marqué de la VOD payante, dont la croissance est passée en quatre ans en France de 82 à 29%. Un marché où les acteurs dominants que sont Orange, Canal+, SFR, TF1 et iTunes en profitent chacun pour accentuer leur avance.

La domination américaine renforcée par l’arrivée de Netflix ?

Mais le principal enseignement de cette étude concerne Netflix, à qui nous avons consacré un dossier entier sur Phonandroid, dont l’arrivée prochaine en Europe bénéficie d’une partie entière de l’étude. En effet, l’établissement prochain du service de VOD le plus connu au monde pourrait s’inscrire dans la domination des services de VOD américains sur le marché européen, et par extension français.

En effet, les États-Unis n’ont pas attendu Netflix pour s’attaquer aux parts de marché du Vieux Continent. En effet, on constate même que même dans les pays leaders économiques de l’Europe, la VOD est largement dominée par des acteurs liés à leur voisin d’outre-Atlantique.

La France est pourtant le pays de ce top 5 qui résiste le mieux, puisque « seulement » 49,8% des plateformes de VOD disponibles sur le territoire appartiennent à un groupe américain, contre 36,1% détenues par des groupes français. Ce chiffre grimpe à 66% en Espagne, et même à 73% en Grande-Bretagne.

L’exemple de la Grande-Bretagne, où Netflix est déjà disponible depuis 2012, est assez parlant pour illustrer le potentiel marché qui s’ouvre à la firme de SVOD (vidéo à la demande par souscription) américaine. En effet, au terme de sa première année de présence sur le territoire, Netflix représentait déjà 42,6% du marché de la SVOD dans le pays.

Replacés dans l’ensemble du marché britannique de la VOD, le chiffre reste de 24,2%, un total très élevé qui en fait le deuxième acteur du pays derrière Lovefilm, qui existe quant à lui depuis 2002. Autant dire que si les marchés nationaux essaient de s’organiser pour résister et conserver le leadership sur leur territoire, la firme de Reed Hastings pourrait bien à terme s’implanter durablement sur le territoire européen.

Source

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Zirub

    Il me paraît important de préciser que la puissance de Lovefilm peut s’expliquer par le fait que sa société mère est Amazon.

  • Marc Le-corguillé

    Je connais certaines VOD qui vont disparaitre rapidement après son arrivé…
    Et dire que notre ministre à demandé à Orange de faire ce qu’il faut, ça fait des années qu’on demande une vrai VOD pour pas trop cher ^^j’attends netfix avec impatience ^^

  • joe2x

    Si Orange ou Canal arrive à proposer des prix attractifs, ils pourraient contré assez facillement parce que en terme de nouveauté de film Netflix Europe, ce n’est pas terrible du tout. Beaucoup de films ne sont pas présents.

    • Marc Le-corguillé

      Là j’ai bien rigolé ^^Orange ou Canal même combat se sont des rapiat ils rogneront jamais sur leurs marges Netfix à déjà signé avec les grands de se noms ce qui n’est pas encore le cas avec les autres

      • joe2x

        Pas sur.
        Canal Plus Infinity, canalplay.com, c’est
        – 8€/mois soit exactement le prix qui sera en france.
        – disponibilité après 4 mois au ciné.

        Reste à savoir lequel proposera le bouquet le plus interessant. Pour le moment, Netflix ce n’ést pas terrible. Pour ceux qui cherche le dernier film, ce n’est pas le bon plan. The wolf of wall street, gravity, non-stop ne sont pas sur le catalogue par exemple.

        Guillaume de phonandroid s’est désabonné de netflix uk parce que c’est sympa, pas chère mais il y a vraiment très peu de nouveautés. Je comprenais pas, je le confirme maintenant. Peut être que la version US est plus développé mais sur les versions européennes, ce n’est pas le cas.

        Canal play infinity, c’est le meme prix, mais on voit bien que ce n’est pas terrible au niveau nouveauté.

        Orange, c’est ultra chère, pas de streaming illimité mais de la vrai VOD, par contre le catalogue n’a rien à voire avec celui de NetFlix. On trouve tous les films que je t’ai cité en exemple.

        Voila, je voulais rétablir la vérité et faire un état des lieux.