Vie privée : le droit à l’oubli sur Google se renforce, mais reste facilement contournable

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 9 h 32 min

Google avait été sommé par la CNIL de respecter le droit à l’oubli européen, mais ses mesures pour la sauvegarde de la vie privée n’étaient pas tout à fait complète. Aujourd’hui, l’entreprise américaine annonce un pas en avant, mais qui reste hélas facilement contournable.

Internet peut s’avérer être un endroit merveilleux comme le pire des enfers pour quiconque en subit les foudres, et pour cause : rien n’y est oublié, pas même les offenses commises contres les innocents. Depuis 2014, la Cour Européenne a statué en faveur du droit à l’oubli sur Internet afin de forcer les moteurs de recherche à déréférencer les résultats de recherche jugés compromettants pour certains utilisateurs.

Et pour cela, il faut en faire la demande directement auprès du moteur de recherche visé. A la suite de cette loi, Google avait accepté 30% des demandes faites par les internautes. Mais la méthode de déréférencement n’était pas pour autant très bonne.

En effet, Google ne faisait que cacher ces liens sur les noms de domaine des pays européens. A titre d’exemple, si vous recherchiez sur Google.fr, le lien bloqué n’apparaissait pas… Mais une simple recherche sur Google.com le faisait immédiatement réapparaître.

Mais l’entreprise annonce que désormais, l’adresse IP des personnes recherchant un lien bloqué sera également analysée, afin que même une recherche sur des domaines américains ne fassent pas ressortir un lien oublié en Europe.

Reste que ce processus de déréférencement n’efface pas véritablement le lien, et ne fait que le cacher aux yeux des utilisateurs. Un simple VPN peut en effet les faire réapparaître en un clin-d’oeil, et Google ne semble pas encore prêt à appliquer massivement cette fonctionnalité.

La question du droit à l’oubli est d’autant plus importante que les acteurs majeurs de l’industrie sont en plein débat suite à l’affaire d’Apple face au FBI. Les grands industriels comme Samsung rassurent donc tous sur le respect de la vie privée de leurs utilisateurs, alors que la question prend de plus en plus d’ampleur dans l’esprit du public.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article