Très Haut Débit : le Sénat demande l’avis de l’ARCEP sur le plan de SFR

Dans un contexte plutôt houleux, le Sénat a demandé l’avis de l’ARCEP – l’ Autorité de régulation des communications électroniques et des postes- sur la faisabilité du Plan Très Haut Débit de France ainsi que sur l’impact négatif qu’aura la défection et la prise de position de SFR. Le Sénat a demandé à l’ARCEP de rendre ses conclusions à la rentrée de septembre.

fibre-optique

L’évolution du haut débit ainsi que du très haut débit en France stagne actuellement. Pour cause, les opérateurs de télécommunication et l’Etat peinent à trouver un terrain d’entente. Entre les défections et les tentatives d’indépendance théâtrales – comme SFR, qui a annoncé vouloir fibrer seul tout le territoire français d’ici à 2025-, le Plan Très Haut Débit de France, censé harmoniser les efforts de chacun pour apporter une meilleure connexion à chacun de nos citoyens, est plus que jamais sur le point d’imploser.

Pas étonnant que la France se retrouve éjectée du Top 50 des débits internet du monde et se retrouve à la 51ème place avec seulement 10,8Mbps de moyenne…

Le Sénat veut l’avis de l’ARCEP dès septembre

Face à une situation aussi confuse, le Sénat a saisi l’ARCEP afin de lui demander son appréciation sur deux éléments centraux qui décideront de l’avénement réussi, ou raté, du très haut débit dans notre pays. Première chose que le Sénat souhaite clarifier, ce sont les conséquences financières et logistiques de la proposition faite par SFR. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent en effet que l’opérateur ne déploie un réseau en parallèle de celui d’un autre opérateur, comme Orange par exemple.

En outre, le Sénat s’inquiète légitimement du potentiel de réussite d’une telle entreprise. Est-ce une décision raisonnable ? L’autre inquiétude du Sénat est cette fois dirigée sur le Plan Très Haut Débit de France. Les sénateurs souhaitent en effet recueillir l’avis de l’ARCEP sur les conditions et les moyens qui permettront au plan de réaliser ses objectifs.

Concrètement, le Sénat souhaite savoir si l’utilisation de la 4G fixe afin de compléter la fibre est une alternative viable. Beaucoup remettent en effet en cause la décision de Macron de privilégier les efforts sur la 4G fixe plutôt que sur la fibre optique. L’opérateur Free est d’ailleurs convaincu que cette technologie ne tiendra pas ses promesses.

Vous l’aurez compris, la situation est assez compliquée pour l’instant. Pas étonnant que le Sénat souhaite l’appréciation et la consultation d’un spécialiste comme l’ARCEP, dont les conclusions sont attendues pour septembre.

 

Réagissez à cet article !
  • Grabo20

    Vous pompez sur Univers Freebox non ?

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Free : Cash Investigation enquête sur les conditions de travail des employés

Cash Investigation une émission de télévision proposée par France 2 enquête sur les conditions de travail des employés des centres d’appels de Free. Tandis que le directeur général de l’entreprise Maxime Lombardini sera notamment présent lors de ce rendez-vous pour répondre aux questions de la journaliste Elise Lucet.

380d3575659af2a87e4f3a29c71bb2c411111111111111111111111111111111