TF1 et M6 : la guerre contre les opérateurs aura bien lieu

En ce début de second trimestre 2017, une nouvelle guerre a lieu : celle qui oppose TF1 et M6, les chaînes privées les plus consultées de France, aux opérateurs proposant la diffusion de chaînes TV sur leurs abonnements fixe comme mobile. La confrontation vient des chaînes qui refusent de diffuser leurs signaux sur les réseaux sans compensation de la part des opérateurs.

TF1 replay

En France, nous avons une grande chance sur l’accès à internet : depuis l’arrivée de Free sur le marché de l’internet fixe, nous goûtons aux joies de l’ADSL et de la fibre à consommation illimitée, et de box multiservices intégrant le téléphone et la télévision.

Cette évolution aura forcé une grande modification des usages. Quand les américains sont toujours majoritairement portés vers les abonnements au câble, nous autres français jouissons depuis si longtemps de ces forfaits qu’ils en sont venus progressivement à remplacer aussi bien la TV traditionnelle, hertzienne puis TNT, que les formules à abonnement via câble ou satellite.

Toutefois, nombreux sont les acteurs de la télévision à ne pas avoir accueilli ce changement à bras ouverts. Et aujourd’hui, TF1 et M6 s’apprêtent à tout simplement couper le cordon. Retour sur l’affaire.

TF1 et M6 n’ont jamais vraiment aimé partager

Tout d’abord, rappelons la philosophie de ces 2 acteurs sur la diffusion en direct par internet. Quand les box internet ont commencé à proposer les chaînes de télévision classiques de France, le principe était très simple : puisque les chaînes hertziennes étaient gratuites, leur accès par internet suivait le même modèle économique.

La rémunération offerte à ces chaînes n’a donc pas réellement évolué malgré ce changement. Or, le temps a fait que les usages ont évolué. Aujourd’hui, 1 français sur 2 consulte la télévision par internet, et non par les canaux “traditionnels” devenus très honnêtement dépassés.

Mais TF1 comme M6 n’ont pas nécessairement joué le jeu de l’évolution technologique. Quand les forfaits mobiles ont eux aussi évolué pour intégrer la télévision, ou tout simplement que les applications permettant de la regarder en ligne sont apparues sur le Play Store, les 2 acteurs ont souvent traîné des pieds.

On le voit par exemple dans l’absence du support du Chromecast, qu’elles sont toujours les deux seules à renier. Même en 2017, à l’heure où le service innovant Molotov.TV le permet enfin, les deux groupes brident ses fonctionnalités en bloquant l’enregistrement des programmes : seul le direct est accessible, le replay étant réservé aux applications dédiées des 2 groupes.

TF1 et M6 s’allient naturellement contre un “ennemi” commun

m6 tf1 box

Vous l’aurez compris : ce passage à l’ère du numérique n’a pas plu aux deux acteurs. Le groupe TF1 est même allé jusqu’à réclamer 230 millions d’euros à l’Etat pour préjudice fin 2016, argumentant que le passage de l’analogue au numérique s’est fait au détriment des acteurs du marché.

Il ne s’agissait là que de la première partie d’un plan qui est fomenté depuis de nombreux mois en coulisse. Actuellement, les fournisseurs d’accès à internet payent les deux grands acteurs 10 millions d’euros pour l’accessibilité de leurs chaînes en “OTT”, pour “Over the top”.

Ce terme décrit l’accès aux chaînes à partir d’internet, et donc sur de nombreux produits comme les box, les smartphones, les tablettes, et les applications concentrant toutes les chaînes type Molotov dont on parlait plus haut.

Or cela ne leur convient bien évidemment pas. Aussi, TF1 a commencé à menacer de couper l’accès à ses chaînes à partir du 30 avril. Un ultimatum qui aura fait grand bruit, et convaincu M6 de faire de même : l’accès aux chaînes serait alors coupé sur mobiles, avant d’atteindre progressivement les box.

La condition pour que cela n’arrive pas ? Que les opérateurs acceptent de payer 100 millions d’euros désormais. Les chaînes argumentent que leurs productions ne sont pas gratuites, et que celles-ci offrent de la valeur ajoutée aux formules des opérateurs. Il faut dire que 2 abonnés sur 3 se déclarent prêts à changer d’opérateur si TF1 disparaissait de leur offre.

La situation a changé, la guerre aura bien lieu

tf1 box

Il faut comprendre que la situation a changé, à bien des égards. Par exemple : les revendications des chaînes peuvent être vues comme tout à fait légitimes, d’un certain point de vue.

Après tout, quand l’analogue faisait un calcul très simple (un signal = une TV), internet a poussé à la multiplicité des appareils et des moyens d’accès aux programmes. Pour une diffusion, c’est tout autant un smartphone, une tablette, une TV voire même un frigo (véridique) qui peut y accéder.

Est-il normal que la rémunération reste donc la même pour les créateurs des émissions de ces chaînes, alors que leur contenu se clone à vitesse grand V ? La question restera en suspens, presque autant que la question de leurs propres coûts de production : ont-ils vraiment changé dans cette nouvelle ère, justifiant cette augmentation ?

Mais surtout, le poids que peuvent représenter TF1 et M6 dans les négociations tend à disparaître. Aujourd’hui, Orange aura été très vocal dans sa décision de ne pas céder à ces pressions : Stéphane Richard y a été de son pic lors du Show Hello 2017, demandant à la foule “est-ce que l’utilisateur, vous et moi, va payer pour regarder TF1“. Mais c’est surtout la déclaration officielle du porte-parole de l’opérateur qui nous aiguille :

“Orange n’envisage pas de rémunérer la distribution d’une chaîne TNT gratuite, mais continuera à rechercher avec ses partenaires de nouveaux services créateurs de valeur au bénéfice de l’ensemble des acteurs”.

Il n’est pas difficile de voir ici le contraste : TF1, et par extension M6, sont vus comme des services d’un autre temps. Même si les autres opérateurs n’ont pas vraiment commenté la question, on sent que ce duel ne se fera pas sur une position de force pour les grands groupes télévisuels : la lutte sera frontale.

Lutte pour les mœurs françaises

orange hausse tarifs stephane richard

Derrière cette lutte purement financière entre TF1/M6 et les opérateurs se cache en vérité une lutte que l’on pensait arriver plus tard : celles des mœurs françaises, directement en lien avec l’évolution et le déploiement de l’outil technologique.

D’aucuns savent que les jeunes générations ne regardent plus vraiment la TV de la manière que leurs parents le faisaient. Entre les plateformes de VOD comme YouTube ou Twitch dont les stars se sont propulsées elles-mêmes vers le devant de la scène, et les plateformes de vidéo à la demande produisant leur propre contenu comme Netflix, la télévision est devenue un objet passéiste en droit à une révolution.

Or, les opérateurs sont intimement liés à cette révolution technologique. S’ils ne sont pas nécessairement les concepteurs des technologies de demain, ils sont pour chaque pays le moyen de les propulser à grande échelle vers le grand public.

Et avec les déclarations d’Orange, on peut voir que l’acteur historique semble prêt à faire un pari dangereux mais particulièrement intéressant : celui de faire confiance aux usages de demain, plutôt que de contenter les usages d’hier.

Dans ce contexte qu’on qualifierait presque d’historique, TF1 et M6 deviennent les représentants de la télé d’hier, celle qui manquerait fortement à nos parents et grands-parents représentant tout de même une large partie du marché.

A contrario, Orange s’exprime pour les contenus de demain qui seraient destinés à supplanter la tradition. Mais bien que le marché n’est pas aussi important qu’on l’aimerait pour le moment, sa croissance n’est plus à prouver.

Les jeunes d’aujourd’hui étant les vieux de demain, ce pari pourrait être payant. Et bien sûr, l’acteur des télécoms a tout à y gagner, puisqu’il escompte bien prendre le contrôle des habitudes de consommation des français et en tirer profit.

En somme, nous sommes dans une lutte très exceptionnelle en ce début d’année. Le 30 avril pourrait bien marquer le début d’une nouvelle ère pour les consommateurs français. Ne vous y trompez pas : l’ultimatum TF1/M6 n’en est que le début.

Réagissez à cet article !
  • Joel Regnier

    surtout ne payez pas pour ces chaînes qui s’adressent aux debiles par leur programmes. qu’ils coupent je ne m’en apercevrait pas .c’est plutôt a eux de payer pour etre diffusée

  • Joel Regnier

    si on regarde TF1 c’est qu’on a perdu sa télécommande,ou qu’on est dans le coma ,sinon je vois pas ce qu’on peut trouver d’intéressant à ces débilités

  • diordnAi

    Je rajoute à l’avis de Joel que je partage : qu’ils viennent pas défendre leur replay qui > bug à mort, + de pubs qu’à la TV (une fois 10 pubs d’affilé pour………. une erreur :D)….

  • b4b4

    De quel droit ces chaines veulent elles faire payer les fournisseurs internet alors que l’on paye deja la redevance avec nos impots locaux ! Il leurs faux le beurre, l’argent du beurre et pourquoi pas le C. de la crémière !
    Vu le niveau de leurs emissions ca ne sera pas derangeant de voir disparaitre des box ce type de chaine.
    Et puis si ils sont si sûr de la qualité de leurs emission passez donc en chaines a la carte ils n’aurons plus a se preocuper de l’ audiences mais il faudra baisser la redevance puisque ces chaines ne feront plus partie de la tnt.

    • Jad

      Juste pour info, la “redevance” est une taxe/impôt qui n’est reversé qu’aux chaînes du service public, les chaînes du privé ne touchent absolument rien.

      • Tino

        Les chaînes du privé ont les revenus publicitaire. Aucune raison de défendre les chaînes du privé. Est ce que TF1 paie une partie de la maintenance reseau Ou distribution reseau qui permet de transmettre son signal ? Ah non… exact
        Et la ce n’est pas 100m€… mais des milliards.

  • French Open YouTubers

    Le Replay de TF1 est celui qui marche le moins bien, même avec mon abonnement Canal très onéreux (presque 80€/mois) , celui de TF1 met plus de 3min à charger quand il charge.
    Les autres, 10s max.
    Puis ils avaient une arme contre les moyens de diffusion moderne : TPS (TPSL sur l’ADSL) , TF1 et M6 les seuls actionnaires, qui ont décidé de la fusion TPS-Canalsat.

  • Jean Bonbeur

    J’espère que Stéphane Richard va rester sur sa position ! ( voir la gueulante qu’il a poussé hier :-D )
    Parce qu’il faut pas rêver; ce ne sont pas les FAI qui paieraient mais bien les consommateurs…
    J’ai déjà du mal à digérer la redevance alors une taxe pour arroser les actionnaires de TF1, M6 & co… Bof

  • Jose

    Superbe ! A quand la suppression de la redevance obligatoire?

    • joe2x

      Comme dit, la redevance est uniqument pour les chaines publics

      • Jose

        Ça je sais mais ma question reste la meme. Je paye alors que je regarde pas la tv

        • Martin Serge

          Si tu ne regarde pas la télé, tu ne devrais pas payer la redevance ;)

  • joe2x

    Tout est question d’équlibre financière. Il faudrait éplucher les comptes comptables. Après quand je vois le salaire de certains présentateurs, c’est là que je pense qu’il y a un problème.
    Il y a bien sur les recttes des publicités, meme est ce suffisant ?
    La solution serait peut être plutot de baisser certains salaires, non ?

  • françois foutlezehef

    qu’ils se barrent on en a rien à foutre , ils Récuppèrent suffisament d’oseille comme ça avec la pub , la qualité des programmes qu’ils diffusent ne mérite vraiment pas une rallonge de 100 millions .

  • Les dirigeants de ces grands groupes audiovisuel représentent exactement ce qui se fait en politique, des dinosaures qui restent figés, sous œillère dans un passé qui n’as plus raison d’être.

    Nous sommes dans une optique du tout disponible a tout moment, le paysage audiovisuel a radicalement changer quand je vois la qualité de reportage sur Arte, France télévisions, Viceland.

    Je me demande pourquoi TF1 et consorts au autant de point d’audience.

    Mais bon tout cela se régleras a coup de gros chèques, car finalement ils sont tous ami/es (quand tu as l’autre qui est la femme ou l’homme de la cousine a intel) tout ce cinéma est pour exciter les sans dents que nous sommes et nous regarder gigoter.

  • julien djouky

    Les chaînes des différents bouquets des opérateurs sont tellement plus interressantes( perso sur canalsat ),
    rendez-nous service ,laissez les les coûper

  • jean sablon

    tf1 et m6 , pas de soucis rentrez chez vous

  • Que la partie TV des opérateurs deviennent une option.

    Car franchement le triple Play c’était peut être bien il y a 10 ans, mais c’est aussi dépasser en 2017 avec les nouvelles TV, les décodeurs des opérateurs sont dépassé.

    Et que ces chaînes disparaissent. Franchement faut arrêter l’abus, ce sont des chaînes gratuites de la TNT si ça ne leur convient pas qu’ils redonne leur fréquence et passe en payante. Je suis sur que d’autres seraient content d’avoir des fréquences pour installer de nouvelles chaînes.

  • Tibo77

    2 français sur 3 sont prêts à quitter leur opérateur adsl si tf1 et m6 n’étaient plus diffuser chez eux. …
    C’est une blague?
    Mais moi je serai prêt à payer plus cher pour qu’elles disparaissent:)
    Blague à part, ces chaînes se gavent déjà avec la pub, c’est indécent de demander autant d’argent aux opérateurs.
    Le risque pour ces chaînes, c’est d’être moins regardées. Faut qu’elles fassent attention, elles jouent à un jeu dangereux!

  • Tibo77

    L’idée de tf1 et m6 j’imagine, c’est qu’en étant plus visibles depuis le bouquet des box, c’est que leur public regarde ces chaînes depuis leur application bourrée de pubs, en plus de celle déjà présente dans leurs programmes.
    Ce sera évidemment sans moi.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Samsung Galaxy A5 2018 : sa fiche technique fuite dans un benchmark

Un benchmark vient de révéler l’existence du Galaxy A5 2018, mettant au grand jour une partie de sa fiche technique résolument milieu de gamme. Samsung cartonne en ce moment avec le Galaxy S8 néanmoins les Galaxy Ax ne sont pas en reste et Geekbench nous révèle quelques détails croustillants sur ce que nous réserve le coréen pour l’année prochaine.

BlablaCar, le service de covoiturage s’invite dans l’application Google Maps

BlablaCar vient d’entrer en partenariat avec Google. Ce qui signifie que le service de covoiturage fait désormais partie des choix des modes de transport lors de la recherche d’itinéraires sur Google Maps. Une bonne nouvelle pour les utilisateurs qui peuvent à présent sélectionner ce service en plus des options déjà existantes (à pied, en transports en commun, en voiture, à vélo ou en Uber).

Le Combi Volkswagen de retour en 2022 : électrique, autonome et futuriste !

Le Volkswagen Combi va avoir droit à un sérieux coup de jeune en devenant un véhicule autonome et 100% électrique qui va nous transporter dans le futur. L’une des voitures les plus mythiques du constructeur va se décliner dans deux variantes qui séduiront aussi bien particuliers et professionnels.

fc586f06c6bb62e0d407ec6c565b94a3QQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQQ