Test du Sony Ericsson Xperia™ Play par Phonandroid.

Date de dernière mise à jour : le 24 février 2017 à 18 h 03 min

xperia play

Console de jeu ou smartphone? Le Xperia™ Play aura fait couler beaucoup d’encre bien avant sa sortie.

Après NGage de Nokia, c’est au tour de Sony Ericsson d’entrer dans le devant de la scène. Le Xperia™ Play, savant mélange hybride console/smartphone en laissera certains désabusés et d’autres éblouis. Tiendra-t-il la route face à notre test? Vidéos, photos, commentaires, vous saurez enfin tout de ce mobile griffé PlayStation™

.

Au sommaire :

  1. Caractéristiques techniques.
  2. Contenu de la boîte.
  3. Aspect général.
  4. Prise en main.
  5. Applications proposées.
  6. Présentation de la fonction jeu + test de 6 jeux en vidéo.
  7. Conclusion.

1/ Caractéristiques techniques :

  • Dimensions : 119.0 × 62.0 × 16.0 mm.
  • Poids : 175g.
  • Ecran : TFT 4″ capacitif multitouch 854*480 px. 16.7 millions de couleurs.
  • Système d’exploitation : Android 2.3.3 Gingerbread.
  • Processeur / carte graphique : Snapdragon MSM8255 cadencé à 1GHz et processeur graphique Adreno 205.
  • Mémoire : 400Mo de ROM extensible jusqu’à 32Go via MicroSD (carte de 8Go fournie). 512Mo de RAM.
  • Autonomie : 7h en communication et 420 heures en veille.
  • Appareil Photo : 5.1MPx avec flash LED, autofocus et stabilisateur d’images.
  • Mode vidéo : enregistrement en 800*480px.
  • Réseaux : Quadribande 850/900/1800/1900 MHz / Edge – GPRS – HSDPA (3G+).
  • Connectiques : micro USB, entrée Jack 3.5mm, Bluetooth, aGPS, Wi-Fi; Modem, compatible DLNA.

2/ Contenu de la boîte :

  • Le Xperia™ Play.
  • La batterie (1500 mAH).
  • Un câble micro USB pour synchroniser vos données entre autre.
  • Un chargeur secteur micro USB.
  • Un kit main-libre.
  • Une carte MicroSD 8Go pré-insérée.
  • C’est tout?!

Effectivement, le packaging est faiblard. Aucune housse de protection (comme Sony le fait pour ses PSP), aucun film écran non plus… Le désert. On entendrait presque les vautours hurler à la mort avec une bande son type western à l’ouverture de la boîte.

Dommage.

3/ Vue générale :

On ne vous le cachera pas, le Xperia™ Play est gros. Trop gros peut-être. Mais on lui pardonnera cette erreur quand on sait qu’il embarque rien de moins qu’une manette de jeu type Play Station.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malgré son épaisseur et son poids, le Xperia™ Play tient bien dans la paume. Son dos bombé n’y est pas pour rien. Ainsi, la prise en main est excellente. N’en déplaise aux accrocs de la finesse et de l’ultra-léger, pour bien manier le coté gaming de ce smartphone, il faut un certain équilibre et c’est ce que nous apporte ce mobile. Il se dégage une telle impression de robustesse qu’on ne le manipule pas du bout des doigts : on y va franchement, sans peur.

Un gros point faible noté, c’est l’accès à la batterie. Si vous n’avez pas lu le guide de l’utilisateur, cette étape sera des plus fastidieuse. Quelques photos :

 

 

 

 

Le mobile possède donc une partie coulissante laissant apparaître la manette. Celle-ci est composée de deux gâchettes L et R sur le dessus.

Sur la face principale :

  • Quatre touches directionnelles.
  • Un bouton Menu.
  • Les quatres touches officielles PlayStation™ : Triangle, Rond, Croix et Carré.
  • Un bouton Select.
  • Un bouton Start.
  • Deux joysticks tactiles (pads).

Le bouton de réglage de volume se trouve entre les gâchettes L et R et épousent parfaitement le design du mobile. Le bouton Marche/arrêt/veille quant à lui ressort un peu trop à mon goût mais au moins, il est facile d’accès.
Comme sur le Xperia™ Arc, l’entrée Jack 3.5 (pour les écouteurs) se situe sur le haut de la tranche gauche avec l’entrée Micro USB pour le chargeur et le câble USB.

Sous l’écran enfin, on trouvera quatre touches physiques :

  • la touche « Retour » : permet de revenir en arrière où que l’on soit dans le téléphone.
  • la touche « Home » : permet d’accéder directement au menu principal. En appuie long, le gestionnaire d’application s’ouvre, laissant voir les 8 dernières applications ouvertes.
  • la touche « Menu » : permet d’accéder aux options des applications. En appuie long, le clavier s’ouvre directement.
  • la touche « Recherche » : permet d’effectuer une recherche soit dans Google (Web) ou dans les applications. En appuie long, la recherche vocale est disponible.

En conclusion, le Sony Xperia™ en impose, tant pas sa taille que par ce qu’il affiche sur la balance.  Un peu gênant pour utilisation quotidienne en tant que smartphone, surtout en appel long mais parfait au moment de jouer!

 

5/ Applications proposées :

Sur la page d’accueil, composée de 5 bureaux personnalisables à nos souhaits via des widgets ou autres applications, on retrouve 5 raccourcis :

  • Média : une fois cliqué dessus, une fenêtre pop-up s’ouvre, révélant trois choix possibles : accéder à la galerie qui regroupe vos images et vidéos, au lecteur musical et à la Radio FM.
  • Messagerie : vous permet d’accéder très facilement à vos messages SMS / MMS reçus (nouveaux ou anciens), envoyés, brouillons mais aussi d’en créer un.
  • Lanceur : composé de carrés 4×4, cette icône vous permet d’ouvrir la fenêtre des applications où sont listés toutes celles que vous avez installées ou qui se trouve déjà dans le mobile. Celles-ci peuvent être classées notamment par ordre alphabétique.
  • Contacts : raccourci vers votre répertoire téléphonique. Dedans vous pourrez gérer vos contacts (ajouts, suppressions, modifications) mais aussi procéder aux transferts SIM / mobile entre autres.
  • Téléphone : ce dernier raccourci ouvre le clavier numérique afin de passer un appel. Il contient aussi le journal d’appel, la liste des contacts ou encore les favoris.

Du côté des applications installées, aucunes surprises. On tombera donc sur :

  • Android Market : après avoir créer un compte Gmail, ou s’être connecté avec un compte existant, vous aurez accès à quelques 400 000 applications. Celles-ci sont regroupées par thématiques pour un meilleurs accès. Vous pourrez aussi configurer des mises à jour automatiques et gérer vos applications via l’onglet « Mes Applications ».
  • Navigation / Maps / Latitude / Adresses : les services de localisation Google afin que vous trouviez toujours le chemin de la maison :) .
  • Actualités et Météo : pour se tenir informé et du temps et dans le monde.
  • Agenda : gérez vos rendez-vous et évènements (anniversaires,…).
  • Assistance : une application bien réussie. Elle vous permettra d’accéder au guide de l’utilisateur ainsi qu’à des didacticiels vidéos en anglais) pour aider à vous en sortir avec votre Xperia Play.
  • Lecteur de musique / Vidéo / Galerie : accédez à tous vos contenus multimédias.

Mais aussi :

  • Xperia Play : recense vos jeux installés à travers l’onglet Xperia™ Play Games mais aussi la possibilité d’en acheter via « Jeux Xperia™ Play« .
  • Timescape™ : l’application Sony Ericsson qui regroupe vos réseaux sociaux (Facebook et/ou Twitter).
  • TrackID™ : enregistrez de la musique depuis n’importe quelle source audio et retrouvez toutes les infos la concernant. Cette application est très connue des utilisateur Sony Ericsson.
  • Video : Qriocity™ vous propose le téléchargement de vidéos et de les regarder n’importe où et à n’importe quel moment. (A noter : erreur étrange lors de la connexion. En effet, il faut inscrire sa date de naissance. Jusque là tout va bien. Mais « Date de naissance non valide. Réessayez ». En espérant que ce ne soit que passager, malgré mes dizaines de tentatives).
  • LiveWare™ Manager : permet de gérer les accessoires connectés à votre mobile. L’avantage de cette application et qu’il permet d’attribuer une application à ouvrir automatiquement dès qu’un casque, par exemple est connecté. En situation réelle, on peut donc régler pour que dès que le casque soit branché, l’application Musique s’ouvre.
  • Appareil : grâce à la technolgoe DLNA, partagez votre contenu avec d’autres appareils compatibles via le réseau Wi-Fi.
  • Musiques et Vidéos d’amis : retrouvez dans un seul endroit, depuis votre compte Facebook, toutes les musiques et vidéos publiées par vos amis.
En naviguant dans le mobile, on se surprend des lenteurs de celui-ci, notamment lors du passage d’un bureau à l’autre et à l’ouverture/fermeture d’une application. La puce d’une fréquence de 1GHz est là, mais on se demande à quoi sert-elle. Pour les jeux sans doute. Le tactile cependant répond plutôt bien et la rédaction des messages est correcte.
Côté navigateur et Market, sans surprise non plus : lent.

 

6/ Présentation de la fonction jeu + test de 6 jeux en vidéo.

Partie la plus sensible de cet article car la plus importante.

Je ne vais pas vous mentir, j’aurai vraiment aimé un écran Bravia™ comme sur le Xperia™ Arc ou pourquoi pas du Super Amoled Plus. Car lorsque l’on joue, l’écran doit être correct. A cela, le Play ne répond pas du tout à cette exigence. Fade, peu lumineux, il ne permet pas aux jeux d’être appréciés à leur juste valeur. Défaut impardonnable.

Mais ce n’est pas le seul défaut constaté. Et non des moindre : les gâchettes L et R.

Soit ce smartphone vise un public très jeune, soit les designers ont oublié qu’ils étaient adultes. En effet, les gâchettes sont presque inaccessibles pour de grandes mains. Pour y accéder, il faut jouer du coude, tortiller ses doigts et trouver un angle adéquat. Résultat : on joue du bout des doigts dès que la commande L ou R doit être sollicitée.

Les boutons directionnels et PlayStation™ sont parfaits. Ils répondent très bien et on apprécie le « clic » à chaque pression.

Les pads tactiles qui font office de joysticks quant à eux ne servent à rien. Mais c’est personnel. Enfin si, ils servent vu que dans certains jeux nous sommes obligés de les utiliser. Seulement voilà, ce n’est pas une mince affaire. Pour les habitués des manettes avec un joystick physique, passez votre chemin. Bien que le tactile réponde bien, il m’a été impossible d’utiliser correctement ces deux pads. Lorsque l’on regarde l’écran pour jouer (oui logique), la délimitation des deux « joysticks » n’est pas assez accentuée. En pleine partie, on se demande alors pourquoi rien ne se passe lorsque l’on veut exécuter une rotation avant de se rendre compte que nos doigts n’étaient plus du tout dans l’emplacement dédié. Obligé donc de quitter le jeu des yeux toutes les cinq minutes pour se repositionner.

Encore une fois, cela reste l’expérience que j’en ai eu pendant cinq jours d’essai.

Concernant les jeux, principalement développés par Gameloft, spécialiste de renommée mondiale pour la création ou le portage de jeu nomade. Tous les titres sont certifiés HD et quelques uns 3D. Et ma foi, ils sont très bien fait. Certains même vraiment très bien fait. D’autres jeux sont des titres provenant de la PlayStation™ première du nom.

Je vous laisse à présent découvrir quelques vidéos de jeux :

Battlefield™ Bad Company 2 HD.

BackStab™ HD.

N.O.V.A™ 2 HD.

Bruce Lee.

MediEvil™.

Star Battalion HD.

 

7/ Conclusion :

Smartphone Android, le Xperia Play n’a pas su me séduire ou me convaincre. Sony Ericsson n’en est qu’à ses balbutiements dans ce concept et il est clair que certaines choses doivent être changées et optimisées.

Côté smartphone, il s’en sort tout de même avec quelques égratignures : trop de lenteur et ce n’est pas ce que l’on demande aujourd’hui.

Le côté PlayStation™ est néanmoins très intéressant. Quelques petites choses à revoir comme les gâchettes L et R ou encore les pads tactiles.

On est encore loin de la bête de guerre.

 

La rédaction lui attribuera un petit 14/20.

Le Sony Ericsson Xperia™ Play est disponible chez tous les opérateurs :

  • Orange : à partir de 149€ (offre de remboursement de 100€ jusqu’au 30/09/2011).
  • Bouygues : à partir de 49.90€ en comptant l’offre de remboursement de 100€.
  • Virgin Mobile : à partir de 101€.
  • NRJ Mobile : à partir de 129€.

Des questions? Des commentaires? N’hésitez pas à laisser un message.

Je tiens à remercier Angeline pour sa gentillesse. Ce mobile a été généreusement prêté par Sony Ericsson.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !

Découvrez le HTC U Ultra dans notre test complet du smartphone haut de gamme de la marque taiwanaise qui a fort à faire pour relever la tête et mise beaucoup sur son téléphone au double écran.

04224d0e2532d904f996c12790cf2b121111111111111111111