Test du Sony Ericsson Xperia Arc S : encore un tir réussi pour Android.

Date de dernière mise à jour : le 22 septembre 2016 à 2 h 36 min

Objet de mode incontournable au profil finement élancé, en ces périodes de fêtes, le Xperia Arc S sera peut-être une idée de cadeau.

Nous vous avions fait le test récemment de son petit frère, le Arc. Sony Ericsson avait déjà conçu ici un petit appareil étonnant de beauté et de puissance. Imaginez donc le Arc, en mieux. Le design général est quasiment identique mais la séduction, l’attrait presque charnel du smartphone se fait ressentir.


Il fait sans aucun doute parti des mobiles les plus sexy du marché. Très sincèrement, lorsque je teste un smartphone, et vous le savez, je n’hésites pas à critiquer ce qui ne va pas. Et bien, les critiques vont se faire rares pour une fois. Non pas qu’il soit parfait, le Arc S tient ses promesses jusqu’au bout.

Et on peut dire qu’ils sont rarrissimes ceux qui sont dans ce cas. Incroyable mais vrai : le Arc S, niveau design est la réplique quasi parfaite de son frangin. Un peu de puissance en plus et un excellent appareil photo le démarque tout de même.

Je n’ai pas reçu de pot-de-vin, je tiens tout de même à le préciser pour les mauvaises langues :P Alors passons tout de suite au test du Sony Ericsson Xperia Arc S.

Au sommaire :

  1. Caractéristiques techniques.
  2. Contenu de la boîte.
  3. Vue générale.
  4. Prise en main.
  5. Test de l’appareil photo.
  6. Conclusion.

1/ Caractéristiques techniques du Sony Ericsson Xperia Arc S :

* Dimensions : 125.0 × 62.5 × 8.7 mm.
* Poids : 117 grammes.
* Ecran : LED 4.2″ 854×480 pixels Reality avec Mobile BRAVIA® Engine (meilleur contraste et couleurs plus vives).
* Système d’exploitation : Android 2.3.3 Gingerbread.
* Processeur : Qualcomm Snapdragon™  à 1.4 GHz
* Mémoire : 512Mo de RAM / 1 Go de ROM extensible jusqu’à 32Go via une carte MicroSD.
* Autonomie : 7h20 en appel / 450h en veille.
* Appareil photo : 8MPx avec flash LED, autofocus, détection sourire et visage, zoom numérque 2,46x et capteur CMOS Exmor R™.
* Mode vidéo : enregistrement en HD 720p.
* Réseaux : Quadribande 850/900/1800/1900 MHz / Edge – GPRS – HSDPA (3G+) / Wi-Fi.
* Connectiques : compatible DLNA, micro USB, sortie HDMI, entrée Jack 3.5mm, Bluetooth, aGPS.

 2/ Contenu de la boîte :

  • Le Sony Xperia™ Arc S (bien évidemment).
  • La batterie.
  • Un câble micro USB pour synchroniser vos données entre autre.
  • Un chargeur secteur micro USB.
  • Un câble micro HDMI.
  • Une protection écran.
  • Un kit main-libre.
  • Une carte MicroSD de 8Go.
  • Le guide d’utilisation.

     

3/ Vue générale :

Le propre du Xperia™ Arc S est son dos finement recourbé. C’est d’ailleurs ce qui frappe au premier regard. On se laisse donc vite séduire par cet aspect très « Feng Shui », très doux. Il est évident que Sony Ericsson a souhaité ici faire de son Arc S, un modèle d’esthétisme unique…

Et oui, comme vous le voyez, j’ai cité mot pour mot ce que vous pouvez lire sur le test du Xperia Arc premier du nom. Et pour cause! Rien de neuf dans ce design. Un clone magnifique. Je vous propose donc de parcourir le test du Xperia Arc. comme je vous l’ai dit en introduction, seuls deux points varient : le côté hardware interne et l’appareil photo.

En dehors de cela, on se retrouve avec un smartphone à l’écran magnifique et à l’angle de vue qui frôle les 180°. Je ne le répéterai jamais assez : Bravia fait parti du top au niveau de la qualité d’affichage sur smartphone. Un vrai et bel écran comme on en veut tous. Malgré cela, la résolution reste toujours aussi faible pour un écran aussi grand et c’est bien dommage.

Et comme Noël approche, vous allez pouvoir découvrir le Xperia Arc S prêt à être emballé à travers quelques jolis clichés.

           
Crédit photo © D.Ladurelle

Vous remarquerez, par rapport au test de l’Xperia Arc, que le Arc S est identique. Je ne vous ai pas menti. Néanmoins, si vous ne possédez pas le Arc, son aîné fera l’affaire.

4/ Prise en main :

Là aussi, aucune nouveauté frappante. L’intérieur comme l’extérieur est en tout point identique à l’Xperia Arc. L’interface Sony Ericsson UI™ de Sony Ericsson (ah bon?) est toujours de la partie et toujours la bienvenue. Elle s’intègre parfaitement à l’éco-système et rajoute sa touche de simplicité avec des raccourcis utiles.

Tout comme l’Arc, on ne s’étonne plus de la vitesse d’exécution et de la fluidité. Son processeur 1.4GHz mono-core, et c’est sans doute le gros point à l’heure des smartphones dual-core, remplit son rôle avec perfection. En multitâche il est exemplaire et dans la navigation aussi. Je viens de vous dire que le dual-core aurait été plus que bienvenue mais en fin de compte, pourquoi proposer un processeur survitaminé si celui-ci fait parfaitement l’affaire? De plus, c’est justement parce qu’il n’est pas alimenté à l’Ovomaltine qu’il peut nous proposer une tenue de batterie qui vous fera tenir toute une journée sans crainte.

Cependant, car je vous l’ai dit, la perfection n’existe pas, soit cela vient de modèle testé, soit ce souci est récurent, il faisait grimper légèrement la température de mon appart’. C’est l’hivers, c’est bien gentil, mais pour cela, j’ai ma poêle à charbon… Un jeu trop énergivore (du style les bons gros hits Gameloft et EA qui demandent plus de puissance qu’on peut leur en fournir) fera dégringoler le niveau de la batterie vitesse grand V, mais réchauffera un peu trop vos doigts au passage. Déplaisant à souhait.

Donc, tenez-vous en à Angry Birds et autres Doodle Jump et laissez PES 2012 à votre PSP ou XBox 360. Un smartphone, ce n’est pas une console :)

Je pense que ce souci de combustion instantanée (j’exagère bien entendu, c’est pour l’humour) reste le seul point faible que j’ai pu noter. Du reste, on retrouvera les applications que Sony Ericsson intègre à la majorité de ses terminaux :

* Serveur Multimédia : grâce à la technolgoe DLNA, partagez votre contenu avec d’autres appareils compatibles via le réseau Wi-Fi.
* Facebook : nul besoin de le présenter. Accéder à votre compte Facebook et gérer vos amis ou encore vos messages.
* LiveWare™ Manager : permet de gérer les accessoires connectés à votre mobile. L’avantage de cette application et qu’il permet d’attribuer une application à ouvrir automatiquement dès qu’un casque, par exemple est connecté. En situation réelle, on peut donc régler pour que dès que le casque soit branché, l’application Musique s’ouvre.
* Timescape™ : l’application Sony Ericsson qui regroupe vos réseaux sociaux (Facebook et/ou Twitter).
* TrackID™ : enregistrez de la musique depuis n’importe quelle source audio et retrouvez toutes les infos la concernant. Cette application est très connue des utilisateur Sony Ericsson.
*Canal+ : réservé aux abonnés Canal+ et Canal Sat et profitant de l’option Web+ Mobile, cette application vous permettra de regarder sur votre Xperia™ Arc S toutes les chaînes proposées sur Canal+ et Canal Sat.
* Jeux Gameloft™ : cette application n’en est pas vraiment une. Il s’agit simplement d’un raccourci vers le site mobile Gameloft. Vous pourrez alors vous offrir un de ces jeux à succès pour 3€.

5/ Test de l’appareil photo :

Sur ce point, je crains qu’il n’y ai pas grand chose à critiquer. Le Xperia Arc S prend d’excellents clichés, sans trop de bruit. Néanmoins, les zones d’ombre ne seront pas épargnées et seront donc inexploitables pour de la retouche future ou même de l’impression photo. Je vous laisse juger par vous-même, je ne suis pas un photographe professionnel (vous l’avez remarqué aussi?).

 

6/ Conclusion :

Nous retrouvons ici un jumeau du Xperia Arc légerement plus puissant et embarquant une mémoire interne plus importante. Le premier nous a séduit, le second nous l’adoptons.

On aurait pu se sentir lassé de voir un l’Xperia Arc refaire surface. Les possesseurs de celui-ci se sont sans doute senti volé, fourvoyer peut-être. Car sortir un mobile identique au sien mais avec quelques caractéristiques différentes, cela n’aurait-il pas mieux valu le coup d’attendre ou tout simplement, Sony Ericsson n’aurait-il pas dû proposer seul et seulement le Xperia Arc S? Car après tout, le changement est quasi imperceptible.

Néanmoins, pour ceux et celles qui ne le possèdent pas, si vous recherchez un excellent smartphone prenant de bonnes photos, léger et fluide, ce Xperia Arc S sera sans doute fait pour vous. Pour les geeks purs et durs, comme moi, passez votre chemin.

La rédaction lui attribut un excellent 17/20, les problèmes de chauffe gâchant un peu l’expérience du jeu sur smartphone.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • lynx2025

    j’ai aimé le test, l’humour aussi, je crois qu’on est définitivement réconciliés… lol!

    Mais je me demande pourquoi les gros processeurs chauffent comme ça ? Au début j’ai cru que mon tel (GS2) avait un défaut technique, apparemment, c’est juste qu’un gros processeur ça fait chauffage de secours aussi… lol! on verra bien avec les quadri ce que ça donne…

  • Merci beaucoup :)

    C’est comme un PC, lorsqu’il chauffe, le ventilo se met à tourner bryamment pour le refroidir. Ici, c’est pareil, sauf qu’il n’y a pas de ventilo.

    D’ailleurs, je déconseille à quiconque de jouer sous les couverture ou l’Enfer s’abattra sur vous ^^

    Au pire 10 minutes au moment d’aller se coucher histoire de se réchauffer les pieds mais c’est tout :P