Test de Pavilion épisode 1 sur Nvidia Shield TV : puzzle sur toile vivante

Chaque jour, de nombreux jeux sortent sur les plateformes Android. Mais quand ceux-ci sont portés à notre attention par Nvidia, nous pouvons être sûrs qu’ils ont un potentiel supérieur à la moyenne. C’est le cas de Pavilion, porté sur la plateforme Shield par Nvidia et qui est sorti il y a quelques jours maintenant : voici notre test du jeu.

Les amateurs de puzzle game l’ont peut-être déjà dans leur viseur : Pavilion, le nouveau jeu de réflexion créé par le studio indépendant Visiontrick Media, a d’abord fait ses premières armes sur consoles et PC via Steam Greenlight avant de finalement être porté par Nvidia sur sa plateforme Shield.

Le jeu est donc disponible depuis le 15 septembre en avance sur ces plateformes, tandis qu’il sortira sur PC le 22 septembre et est prévu sur PS4 et PS Vita par la suite. Mais que vaut vraiment ce nouveau titre ? Réponse dans notre test.

Pas un puzzle game de plus

Il est vrai que sur la plateforme Android, de par la spécificité faisant qu’un écran tactile est le seul moyen d’interagir avec son environnement, les jeux de réflexion pullulent. Mais beaucoup de ceux-ci considèrent ses joueurs comme des idiots (il faut l’avouer), en leur tenant constamment la main et n’hésitant pas à afficher des pop-up tuant toute immersion pour les aider à avancer.

Pavilion n’est pas de ceux-là. Bien au contraire : si ce n’est le menu, aucune indication ne vous sera donnée durant toute l’aventure. Le but des créateurs du jeu est de proposer un jeu « à la 4ème personne« , un terme étrange mais qui prend son sens manette en main.

Car nous ne faisons pas qu’être spectateur, mais bien acteur du jeu. Prenant le rôle implicite d’un dieu omnipotent, notre rôle est de guider le personnage principal vers la sortie du niveau en interagissant avec le niveau même : allumer des lumières pour guider son passage, faire sonner une cloche pour l’attirer sont autant d’interactions possibles pour progresser.

En soi, Pavilion n’est toutefois pas vraiment compliqué : il ne m’est jamais arrivé de rester bloqué sur une énigme plus de 5 minutes, tant les mécaniques se découvrent et se maîtrisent facilement. Sur le pur plan du gameplay, il n’invente pas grand-chose, mais utilise des bases solides et éprouvées pour construire son oeuvre.

L’histoire sans frein

Car on apprend bien vite que le but du jeu n’est pas tant de vriller les neurones des plus réfléchis sur des casse-têtes progressivement plus retords, mais plutôt d’intégrer le joueur dans sa narration en le faisant héros du récit.

Pavilion ne raconte rien. Du moins, pas explicitement. A mesure que les niveaux s’enchaînent, des bribes d’une histoire à recomposer vous atteignent, vous laissant ainsi construire le scénario comme un puzzle dans lequel vous ajouteriez vos propres pièces.

C’est peut-être le meilleur aspect du jeu : il influence sans jamais véritablement guider, laissant l’astuce et l’imaginaire faire naturellement une partie du travail. Guidé par l’ambiance mélancolique de la bande-son et des environnements, on est naturellement poussé à comprendre l’histoire semblant tragique du personnage que l’on guide.

Des environnements à couper le souffle

C’est la grande force de Pavilion : sa direction artistique, tout simplement bluffante, est visuellement très inspirée des peintures romantiques décrivant des paysages désolés mais également très détaillés, où les couleurs ressortent énormément pour donner de la texture à l’ensemble.

Traverser un niveau du jeu est toujours une expérience en soi, puisque celui-ci donne aussi bien de nouvelles mécaniques de gameplay à utiliser qu’un nouveau souffle d’inspiration à l’histoire que l’on se prend à créer de nous-mêmes.

L’utilisation de la perspective et de la composition de l’image dans les énigmes est également à souligner, puisqu’elle participe à rendre cohérent le tout pour donner à l’expérience son propre ton, sa propre patte. C’est bien simple : il n’y a pas deux Pavilion, pour peu que vous soyez touché par l’expression artistique dans le jeu vidéo.

Conclusion

Les amateurs de puzzle game à l’ambiance onirique ne devraient pas faire l’impasse sur Pavilion, disponible en exclusivité sur Nvidia Shield TV, Shield Tablet et Portable depuis 5 jours désormais. Avec ses graphismes sublimes et son ambiance romantique, il réussit à parfaitement intégrer le joueur dans son histoire sans le guider une seule seconde autrement que par la cohérence de son univers graphique, sa bande-son et son gameplay.

Un beau tour de force qui nous fait espérer le meilleur du deuxième et dernier épisode, alors que le premier se finit pile au moment où les pièces du puzzle imaginé de son histoire commencent à prendre leurs places. Un titre bluffant, un peu trop facile pour les habitués des jeux de réflexion mais véritablement prenant.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article