Taxe Youtube : le gouvernement veut aussi surtaxer les sites porno

Hier, des députés suggéraient l’instauration d’une taxe Youtube. Il proposait de taxer à hauteur de 2% les revenus publicitaires liés aux contenus vidéo publié sur le web. Mais le gouvernement veut aller plus loin avec les sites porno et envisage une surtaxe.

L’amendement a été voté en commission aujourd’hui.  Trois députés socialistes suggéraient hier l’instauration d’une taxe Youtube visant à imposer les revenus publicitaires des créateurs de vidéos gratuites ou payantes sur internet.

Cette taxe laissait tout de même place à quelques exceptions. Les organes de presse par exemple peuvent échapper à cette taxe car la vidéo n’est pas leur activité principale.

Car c’est bien là le coeur du texte : il faut que la vidéo soit l’activité principale des créateurs. Ils seront alors taxés de 2% sur leurs revenus publicitaires. Les Youtubers professionnels par exemple seront donc taxés.

En revanche, une précision n’avait pas été apportée hier avant le vote de cet amendement. Le gouvernement envisage en effet de surtaxer les sites pornographiques. Plus précisément, le texte parle d’oeuvres à « caractère pornographique ou d’incitation à la violence ».

Pour eux, la taxe ne sera pas de 2% mais de 10% sur leurs revenus publicitaires. Pour rappel, le business du porno est de loin le plus juteux de la planète. Le gouvernement ne s’y trompe pas. C’est Marc Dorcel qui va être content.

Le texte devra toutefois passer devant l’Assemblée Nationale avant d’être définitivement adopté. S’il l’est, le produit de la taxe sera affecté au CNC (Centre Nation du Cinéma) jusqu’à un montant de 70 millions d’euros. Au-delà, les recettes seront injectées dans le budget général de l’Etat.

Encore une fois, la question des contrôles va se poser ainsi que celle de la définition d’un statut professionnel. Une chaîne Youtube pourra-t-elle être taxée par exemple même si le créateur de la chaîne a une autre activité qui le rémunère davantage que les recettes publicitaires liées à ses contenus ? La mise en place risque d’être compliquée.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • nin a

    1- Les parlementaires sont les premiers consommateurs de porno (voir connexion de l’assemblée nationale recensée par Hadopi, comportement de Mr Rochefort à Castorama, Sapin avec les journalistes, La méthode Baupin, DSK…), donc les premiers impactés. Vu ce qu’ils nous volent, ils ont les moyens !
    2- La France s’efforce à démontrer la validité de la courbe de Laffer. Difficile de taxer une industrie qui n’a pas de frontière, zou les serveurs de contenus à l’étranger.

    Ce mal français de tout taxer, et de tout faire pour contourner ces taxes inutiles…

  • Fred

    Pas J&M quand meme? 😂

    • Stef80

      Si, même eux… :(

  • Teddy

    Ce gouvernement me dégoûte à vouloir taxer tout et n’importe quoi.

  • Tapian

    Bordel et après on nous parle d’accès à la cul..ture !!!!!!!!!!!

  • Thorgsen

    la taxe sur la branlette fallait oser, ce n’est pas DSK qui aurait proposé ça :)

  • Stef80

    Le jour où ils taxeront la connerie, ils vont s’auto-financer…

  • Mr Patator

    Passera pas. Faire une différence de taxe entre du streaming classique et du streaming porno n’est pas constitutionnel.