TF1 : replay et blocage des chaînes sur les box, tout savoir

TF1 est à la fois une chaîne et un groupe de médias français crée en 1987 lors de la privatisation de la Une. Le groupe est propriété à 43,9% de Bouygues depuis 1992. TF1, aujourd’hui, c’est aussi TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI, des sociétés de production et cinéma et régie publicitaires. La gouvernance de TF1 a été marquée par plusieurs dirigeants dont Patrick Le Lay, Etienne Mougeotte, Nonce Paolini. Aujourd’hui le groupe TF1 est dirigé depuis 2016 par Gilles Pélisson.

Vous retrouverez ici toutes les news autour de la chaîne de télévision, et notamment ses relations compliquées avec les FAI Orange, Free et SFR-Altice.

TF1 : histoire d’une chaîne privatisée

Il faut avoir forcément plus de 30 ans (et encore) pour s’en souvenir : TF1 n’a pas toujours été une chaîne privée. TF1, c’est l’acronyme de Télévision Française 1. La chaîne, est depuis plus de 20 ans souvent appelée la Une : c’est que c’est depuis toujours la chaîne sur laquelle on zappe lorsque l’on appuie sur le 1 de la télécommande. La chaîne a en fait été créée, après quatre ans d’expérimentations, le 26 avril 1935. On ne parlait pas encore de TF1, mais de Radio-PTT Vision. Pour mieux comprendre pourquoi nos aînés l’appellent la Une, il faut se souvenir qu’à l’époque c’était la seule chaîne de télévision. Et cela va rester tel quel pendant 29 ans.

Bien sûr, la seconde guerre mondiale va vite rattraper la chaîne. Entre 1937 et 1974, elle va changer six fois de nom : Radiodiffusion nationale Télévision en 1937,  Fernsehsender Paris (Paris-Télévision) sous l’Occupation nazie en 1943, RDF Télévision française à la libération, RTF Télévision en 1949, RTF, puis première chaîne de l’ORTF en 1964 lorsqu’enfin, une 2e chaîne commence à émettre. Avant de s’appeler finalement TF1 en 1974 sous l’impulsion de Valéry Giscard d’Estaing. Entre 1975 et 1986 la chaîne reste publique.

Après avoir été la première chaine Française à être lancée, elle devient la première chaîne privée en 1987. Ce changement intervient en même temps que la création de Canal+, la Cinq, et TV6. Le paysage audiovisuel français compte alors aussi Antenne 2, et France Régions 3 (FR3). La loi qui permet sa privatisation prévoit que 50% du capital soit cédé à une entreprise privée tandis que les 50% restants sont propriété des salariés. Après de longs mois de tractations, la CNIL choisit le consortium mené par le groupe Bouygues (qui compte alors Robert Maxwell, Bernard Tapie, Editions mondiales, Le Point, GMF et plusieurs banques).

TF1 20 heures : le plus grand JT de France… et d’Europe

De 1987 à 2007, la chaîne vit une longue ère marquée par le couple Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte. On doit par exemple à Patrick Le Lay cette citation qui a fait couler beaucoup d’encre : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible« . C’est sous leur ère que Claire Chazal, Patrick Poivre d’Arvor, ou encore Jean-Pierre Pernait prennent l’antenne. TF1 devient la première chaîne en termes d’audience avec 40% de parts de marché. A partir de 2008, Nonce Paolini change de très nombreux fondamentaux. C’est lui qui débarque par exemple brutalement PPDA du journal de 20 heures.

Ce dernier cumule pourtant des audiences excellentes. Selon des chiffres de 2008, le journal rassemblait chaque soir 9.600.000 téléspectateurs, pour une part de marché de 49,3 %. Diffusé également en Belgique, Suisse et Luxembourg, le JT de 20 heures reste alors le plus regardé d’Europe. Cette stratégie fait grincer des dents, mais le groupe se diversifie, et devient plus efficient avec une forte réduction des dépenses.

Depuis 2016, Gille Pélission a repris la direction d’un groupe marqué par l’augmentation de la concurrence des chaînes de la TNT, mais aussi un véritable changement des usages où la TV n’est plus qu’un écran, en concurrence avec de nouveaux modèles de consommation des contenus à la demande : Youtube, Replay, plateformes de streaming comme Netflix, etc.

TF1 vs Orange, Free et SFR-Altice : le coup de poker

Voyant ses revenus publicitaires fondre au profit de la TNT et d’Internet, TF1 tente désormais de faire participer les FAI. Il s’agit de facturer un ensemble de services aux diffuseurs (quelques 100 millions d’euros) puisque ces derniers ont des bouquets TV. TF1 tente d’imposer la chose à coups de coupure de service en replay et plus récemment de coupure d’accès aux chaînes. Bien sûr, Bouygues a rapidement accepter de contribuer. Mais Orange, SFR, et Free ne comprennent pas pourquoi ils devraient payer pour un service jusqu’ici gratuit. D’autant que TF1 reste une chaîne 100% gratuite sur la TNT.

La situation semble d’autant plus absurde que désormais 50% des téléspectateurs regardent les chaînes du groupe via leur box internet. Se priver de cette diffusion est-il raisonnable ? En tout cas les négociations ne tournent pas vraiment à l’avantage de l’opérateur. Des accords sont trouvés avec SFR qui aurait accepter de payer TF1 entre 10 et 20 millions d’euros par an pour de nouveaux services (soit 10 fois moins que demandé). Chez Orange c’est au point mort : malgré les demandes de TF1, Orange ne coupera la chaîne que si la justice l’ordonne. Chez Free une option a été déployée sur les Freebox pour passer automatiquement sur la version TNT de la chaîne en cas de coupure.

TF1 et Orange ont signé un accord secret

TF1 et Orange ont récemment passé un nouvel accord de diffusion, dont de multiples clauses sont restées secrètes jusqu’ici. Si l’opérateur historique a accepté de rémunérer la chaîne privée pour ses...

Voir plus d'articles