Canal+ : abonnements, émissions, TF1

Canal+ est une chaîne de télévision privée payante et un groupe media filiale de Vivendi qui possède également CanalSat. La première chaîne privée à péage de France est lancée en novembre 1984. Aujourd’hui il n’y a pas une mais des chaines canal thématiques. L’histoire de Canal+ est inséparable des périodes en clair de la chaîne, avec des émissions cultes comme Le Grand Journal, Le Petit Journal, le Zapping, les Guignols de l’Info, la Boîte à Questions, Canal Football Club, Salut les Terriens…

Mais c’est aussi Les Nuls, les Inconnus, le SAV des Emissions, Antoine de Caunes, Robert Denisot, Thierry Ardisson Les Robins des Bois et quantité d’autres stars du PAF, et une ribambelle de Miss Météo devenues célèbres comme Charlotte Le Bon et Louise Bourgoin ou alors Doria Tillier.

On vous propose sur cette page toutes les dernières infos sur Canal+, la chaîne et le groupe Canal !

Canal+ : la chaîne impertinente

Les débuts de Canal+ sont chaotiques. En 1984, la chaîne est lancée d’abord à destination des CSP+ résidant dans les grandes villes, ce qui handicape son développement. Il faut en prime pour la recevoir acheter une antenne spécifique (VHF). Et l’arrivée de nouvelles chaines sur la PAF, la Cinq et TV6 freine les abonnements. D’autant que son prix à l’époque de 120 Francs (18,50 euros) est très élevé. La chaîne a pourtant des originalités. Elle s’axe sur les films, qu’elle choisit de diffuser 6 fois maximum contre 50 fois par exemple sur la chaîne câblée américaine HBO.

Ce positionnement spécifique change vite alors que la chaîne peine à trouver son équilibre. Canal lance alors une série de rendez-vous et d’émissions « accrocheurs » pour changer son image et parler à un public plus large. Le tout se passe sous l’égide d’Alain de Greef qui donne son identité à la chaîne. Et ça commence… par la diffusion d’un film pornographique par mois – une habitude qui débouchera sur le fameux Journal du Hard. Mais aussi le Top 50 présenté par Marc Toesca en 1984, Coluche 1 Faux à partir du 7 octobre 1985, Surtout l’après-midi présenté par Antoine de Caunes à partir de novembre 1984 et des jeux télévisés comme La Maxitête, Tout s’achète et Les affaires sont les affaires.

PPDA, Christophe Dechavanne, Alain Chabat, et Michel Denisot sont tous là des le lancement. À partir de 1987, on entre réellement dans le vif de l’impertinence. Alain de Greef devient directeur des programmes et lance plusieurs émissions et humoristes dont Nulle part ailleurs et bien sûr Les Nuls. Une impertinence parfois potache qui fera très longtemps partie des murs de la chaîne avec par exemple plus récemment Groland, Salut Les Terriens ou encore Les Robins des Bois.

Canal+ : l’ère Bolloré

En internet, l’histoire de Canal+ est assez tumultueuse. La chaîne on vous le disait a eu dès le départ des difficultés financières mais est parvenue dans les années 1990 à devenir extrêmement profitable. Elle lance alors plusieurs déclinaisons comme Canal+ Cinéma, Sport, Décalé, mais aussi un bouquet satellite CanalSatellite, devenu CanalSat. Mais le groupe perd à nouveau de l’argent à partir de 1997 (bien que la chaîne reste rentable). En septembre 1999, sous l’égide de Jean-Marie Messier, Vivendi qui détient 49% de Canal mais surtout 75 % des voix au conseil d’administration commence à changer la grille de programmes, et supprime par exemple Nulle part ailleurs, l’émission phare de la chaîne.

A l’époque les changements sont mal perçus, d’autant que Nulle Part Ailleurs fait d’excellentes audiences. Les tensions entre la chaîne et Vivendi rythment le début des années 2000. Sous la direction de Méheut, Canal+ est sous le coup de restructurations. Et la grille en clair est à nouveau revue. Mais un chambardement bien plus important encore se prépare avec Vincent Bolloré. L’homme d’affaires prend la direction de Vivendi, et place son adjoint Maxime Saada à la tête de la chaîne. S’ensuit une accélération des restructurations et de très nombreuses suppressions ou passages en crypté d’émissions. Les Guignols par exemple ne sont plus en clair.

Yann Barthès, le présentateur du Petit Journal quitte la chaine pour TMC où il lance une variante de l’émission qu’il baptise Quotidien. Mais il n’est pas le seul à partir : Grégoire Margotton, Maïtena Biraben, Ali Baddou, Ophélie Meunier, et Thomas Thouroude lui emboitent le pas. En novembre 2016, Canal+ reconnaît avoir perdu 542.000 abonnés en 1 an.

Canal+ : Vincent Bolloré quitte la direction

Canal+ annonce du changement. Vincent Bolloré quitte la direction et laisse sa place de président du conseil de surveillance. Cette dernière est reprise par Jean-Christophe Thiery, alors que Maxime Saada, qui était...

TF1 : Canal+ a rétabli le signal

TF1 est de nouveau disponible pour de nombreux abonnés Canal+, CanalSat et TNT Sat. Le groupe média explique sa décision par la demande du CSA de rétablir le signal et le communiqué du ministère de la Culture qui a...

Voir plus d'articles