T411 : trahison, argent et fuite du responsable, voici la face cachée du site

T411 est désormais fermé, l’enquête avance et les anciens membres de l’équipe du site commencent à se confier sur la face cachée du site. Les deux administrateurs présumés sont désormais soupçonnés d’être de simples modérateurs, et le réel responsable du site d’être en fuite. Entre histoires de trahison, d’argent mal réparti entre les contributeurs et la cavale du chef, T411 n’était pas qu’une idylle des internautes.

t411

T411 a été fermé par les autorités. Alors que de nombreuses voix s’élèvent contre la fermeture du site, six personnes au total ont été arrêtées dont deux en Suède quatre en France à la suite d’une opération de police. Les enquêteurs soupçonnent ces derniers d’être soit des “super modérateurs” du site voire des “administrateurs”. Mais alors que l’enquête suit actuellement son cours pour déterminer le rôle exact des suspects, il semble que le réel responsable du site soit passé entre les mailles du filet : il pourrait résider au Canada.

T411 : un envers du décor à l’opposé de l’image que peuvent en avoir les internautes

En attendant les anciens modérateurs du site commencent à parler. Le journal Le Monde a eu accès à certains de leurs témoignages : selon eux le site serait devenu une véritable « usine à fric ». La publicité y aurait généré 6 millions d’euros de chiffre d’affaires très peu et inégalement répartis. Sans compter le système de ratio pour lequel les utilisateurs pouvaient payer, s’ils partageaient trop peu. Seuls 5 membres de l’équipe auraient été effectivement rémunérés.

Le site était très structuré avec des échelons. Des témoins parlent d’un petit régime « totalitaire » où une poignée d’individus peignait sans partage. Il arrivait à certains moments que des réunions audio aient lieu, des informations personnelles y étaient parfois échangées “entre collègues”. Il serait d’ailleurs possible que certains d’entre eux aient pu collaborer avec les autorités.

Certains membres de l’équipe déplorent que l’esprit initial du site (illégal) aurait été détourné en encourageant les utilisateurs à tricher (un système de ratio était en place pour favoriser le partage des fichiers). De nombreux utilisateurs se sont retrouvés bannis, tandis qu’un système payant institutionnalisant la triche a été mis en place. Une image complètement opposée à celle d’un « temple du partage ».

Depuis la fermeture, on voit apparaître des clones un peu partout sur la toile : prudence car ces sites sont probablement mis en ligne par des individus mal intentionnés en quête de proie facile.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Google Fuchsia remplacera Android d’ici 5 ans

Fuchsia, le nouvel OS sur lequel travaille Google, va bel et bien remplacer Android à terme. La firme de Mountain View veut un système d’exploitation universel disponible sur tous les appareils : smartphone, PC ou enceinte connectée. Google consacre de…

Google Images change d’interface, découvrez son nouveau design

Google Images aura bientôt une interface avec un tout nouveau design. Google a commencé à déployer celle-ci auprès d’un premier échantillon réduit d’utilisateurs en guise de test et devrait la proposer à tout le monde prochainement. Comme vous allez pouvoir…