Suite à un piratage, la mairie de Saint-Malo écope d’une facture de 80 000 euros

Date de dernière mise à jour : le 16 novembre 2016 à 13 h 27 min

Un piratage peut aller très loin, mais peut aussi se retrouver dans des endroits incongrus et pour des sommes relativement faibles en comparaison des plus grandes histoires. Nous le voyons aujourd’hui suite à l’histoire de la marie de Saint-Malo, qui s’est retrouvée à devoir payer une facture téléphonique de 80 000 euros suite au piratage de son standard.

Le piratage prend bien des visages de nos jours, alors que le numérique tend à être utilisé dans tous les aspects de notre vie quotidienne. Bien que l’on pense souvent immédiatement au fait de se faire voler les codes de sa carte bleue, il peut parfois être beaucoup plus subtile que cela.

Evidemment, l’âge des smartphones étant le nôtre, ces petits appareils sont les premiers ciblés pour récupérer non seulement nos identifiants importants mais aussi des informations sur notre vie privée. Le Google Pixel a été piraté en moins d’une minute il y a peu, prouvant que même un système très bien conçu peut être vulnérable.

Mais qu’en est-il des anciennes technologies ? Sachez qu’il est toujours rentable pour des pirates malintentionnés de s’en prendre aux lignes classiques, comme le prouve le cas de la mairie de Saint-Malo aujourd’hui.

En effet, son système téléphonique a été victime d’un piratage au phreaking, faisant que les attaquants pouvaient utiliser la ligne de celle-ci pour appeler n’importe quel numéro sans frais. Après des appels lancés vers l’Afrique, notamment au Burkina Faso, et en Amérique Latine, la mairie a écopé d’une facture salée de 80 000€.

Comme quoi, les piratages les plus spectaculaires ne sont pas forcément les plus lucratifs. Bien que 400 millions de comptes AdultFriendFinder soient désormais dans la nature, rien ne dit que les informations soutirées par celui-ci aient la moindre valeur monétaire.

A contrario, ce petit piratage pouvant paraître bête comme chou a déjà rapporté 80 000€ à l’assaillant. Espérons qu’un jour ces pirates mettent leurs talents au service du bien, une occupation qui peut également se révéler très lucrative.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Tapian

    « Espérons qu’un jour ces pirates mettent leurs talents au service du bien  »

    Des fois je me demande si on vit dans le même monde…

    • Gargamel

      l’auteur pense surement que le monde est divisé en deux camps, les gentils et les méchants XD

      • Tapian

        C’est clair et puis lorsque tu cliques sur le lien à la fin de l’article , et que tu te rends compte de ce qu’ils considèrent « faire le bien »… ça fait peur

  • Rahan

    Que signifie « l’âge des smartphones étant le nôtre »?

    • Kevin B.

      Ils ont mal interprété leurs cours de français sur les expressions :-)

    • Gargamel

      J’ai aussi buggué dessus, le stylo du rédacteur s’est un peu emballé

  • trape

    C’est « très bien » que l’administration »goute aux joies » du piratage car, lorsqu’un individu subit les mêmes malversations; il se sent seul et l’administration, et apparentés, est la première a « s’en foutre », à douter, à ne pas en tenir compte…et à laisser un individu, bien seul.

  • Borny

    Défaut de sécurisation : ils sont cuits, et le propriétaire de la ligne coupable.

  • joe2x

    Alala, toujours cette abus de language « carte bleue ». Une carte bleue est un type de carte bancaire.

  • MaGiiC

    Donc ils ont eu une facture de 80 000€ et les assaillants ont gagné 80 000€ ? Personne ne prend sa part, l’opérateur par exemple ?

  • Sylvain Melis

    Faudrait rajouter a ces 80 000 € les 1500€ d’amende par adopi pour defaut de sécurisation de leur ligne :-)