Steve Jobs voulait faire un système de mails fermé

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 9 h 25 min

Le mail, ce service universel et à la portée de tous aurait pu être la propriété d’une seule entreprise : NeXT, l’entreprise de Steve Jobs entre 1985 et 1996, avant son rachat par Apple et le retour du patron à la tête de la firme. C’est en tout cas ce que nous révèle le magazine The Inquirer.

Aux balbutiements du web, des services .mac existaient et n’étaient qu’accessibles qu’à partir des machines d’Apple, en gardant à l’esprit que la firme voulait se différencier à tout prix de Windows, avec son fameux slogan « Think Different » qui le prouve bien.

Mais revenons-en au mail, dans le milieu des années 1980, quand il a créé la société NeXT, Jobs avait visité l’université de Carnegie Mellon. C’est là que l’homme a discuté avec des ingénieurs qui avaient initié l’envoi de pièces jointes par mail. Nathaniel Borenstein a travaillé sur ce projet et a déclaré que le PDG avait assisté à une démonstration de cette nouvelle technique de messagerie.

Jobs et son esprit toujours aussi fou a été conquis et a essayé de convaincre toute l’équipe de venir travailler avec lui selon The Inquirer, ce que les ingénieurs ont décliné. Ce qui n’a pas découragé le PDG qui a créé par la suite NeXT Mail.

Cette branche avait pour mission de développer une technologie similaire où l’utilisateur pourrait envoyer et recevoir des images. Ils ont réussi, à une exception près : quand les membres de l’université de Carnegie Mellon essayaient d’envoyer des fichiers vers le système de NeXT, les transferts n’arrivaient jamais à aboutir. Ils ont donc abandonné le projet.

Borenstein a alors sondé d’autres équipes pour que cette technologie devienne une norme à laquelle chacun pourrait accéder, et a donc mis ses travaux en libre accès. Si nous pouvons envoyer des pièces jointes d’un service à un autre, c’est grâce à lui.

Mais Jobs ne l’entendait pas de cette oreille et ne voulait absolument pas partager ses travaux. Une position qui semblait inflexible dans l’esprit de l’ex-PDG d’Apple. Mais l’entêtement peut parfois avoir du bon comme par exemple, dans un tout autre contexte, dans le conflit entre son successeur Tim Cook et le FBI.

Nous retrouvons donc là toute l’essence d’Apple, quand elle met la main sur une technologie, elle veut s’en emparer et ne rien partager, c’est l’exemple parfait du logiciel propriétaire que Richard Stallman exècre par dessus tout en plus de Facebook.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • emmanuel milcent

    Ah l’enfoiré :( Heureusement, il a échoué :) Enfin, bon, paix à son âme

  • Slaughter

     » un peu de la même manière qu’aujourd’hui Tim Cook ne veut pas ouvrir son système iOS pour que le FBI ait accès aux données d’un iPhone. »

    Vous trouvez ça similaire, sérieusement ?

    • Atlas

      Quelle bande de debiles… Vive adblock!

    • itachi

      C’est clair qu’il n’y a pas de rapport.

  • Tet Monboyo

    Les bons gros rapprochements débiles.
    Bravo !

  • Kant1

    *chiffrement

  • Provoc

    C’est toute la différence entre les deux Steve.
    Wozniak a tous de suite vu le potentiel de l’informatique pour le grand public, alors que Jobs a vu l’énorme fric qu’il pouvait se faire avec. Il n’a cessé de pousser les bureaux d’études vers l’enfermement du software et sur du hardware prioritaire. Deux visions opposées, qui ont poussé Wozniak à quitter Apple.
    La meilleure façon d’enfermer un utilisateur, c’est simple. Il suffit de l’inciter à mettre toutes ses billes dans le même sac. Et Jobs l’avait très bien compris. Quelques mois avant son décès, dans un document interne, il écrivait encore:
    « Il faut lier tous nos produits ensemble afin d’enfermer davantage nos utilisateurs dans notre écosystème »

    Ce que l’histoire a oublié, c’est que des deux Steve, c’était Wozniak le génie…
    Woz était un exceptionnel ingénieur pas un showman nombriliste.

    • Stef80

      Ouaip, 2 philosophies différentes. Malheureusement, les gens préfèrent écouter un commercial qu’un réel inventeur.

  • MoiJe

    Steve Jobs, c’est pas ce type qui a piqué aussi pas mal d’idée au Xerox parc ? mmm ?

    • Stef80

      Entre autre ! Il s’est aussi servi des locaux et du matériel d’HP pour faire fabriquer le premier ordinateur apple ;)

  • Tony Fiant

    Cela nous rappelle que Jobs n’était ni un génie ni un visionnaire, juste un bon vendeur avec des concepts de vente très efficaces.
    Le mail fermé : super, je ne rajoute rien, tout est déjà dit de par le principe même
    Sa société Next a été un bide, donc le visionnaire à l’époque où l’évolution technologique était particulièrement forte, plus qu’aujourd’hui, a raté pas mal de créneaux.
    De toute manière, quand bien même, le projet aurait abouti, et bien, face aux systèmes ouverts de MS (avec les défauts que cela implique, je suis honnête), ce système serait resté un épiphénomène