Santé : finalement les ondes de nos smartphones favoriseraient bien les cancers !

Date de dernière mise à jour : le 6 juin 2016 à 17 h 40 min

Les études se suivent et ne se ressemblent pas. Le problème des ondes de smartphones vient d’être à nouveau soulevé par une étude américaine. Selon ses résultats, les ondes auraient bien un impact sur la santé : elles favoriseraient les cancers.

Le National Toxicology Program (NTP) américain a mis en ligne jeudi dernier la première partie d’une étude de grande ampleur qui devrait rester dans les mémoires. Les scientifiques y ont démontré un lien entre deux cancers rares et l’expositions aux ondes des radiofréquences de 900 MHz, fréquences qui sont utilisées sur nos smartphones dans les normes GSM et CDMA.

Des moyens importants

Pour mener son étude, le Nation Toxicology Program n’a pas lésiné sur les moyens. Etalée sur deux ans et demi, l’étude a coûté plus de 20 millions de dollars. Chaque groupe d’animaux étudiés comptait 90 individus pour obtenir des statistiques vraiment fiables.

C’est la plus vaste étude de ce type conduite à ce jour sur le sujet. – Christopher Portier, toxilogue et ancien directeur adjoint du NTP –

Pour mener leur étude, les scientifiques ont exposé les animaux à un DAS (débit d’absorption spécifique) au dessus de la moyenne des smartphones du marché avoisinant 1 W/kg. Certains groupes ont donc été exposés à 1,5 W/kg, d’autres à 3 W/kg et enfin à 6 W/kg.

Des niveaux bien plus élevés que ceux auxquels nous sommes exposés et dans des conditions extrêmes. Des rats ont par exemple vu leur corps entier exposé 18 heures par jour durant toute leur vie, suivant le cycle suivant : 10 minutes d’expositions puis 10 minutes de « pause » et reprise de l’exposition.

Seuls les mâles sont touchés

Selon les premiers résultats dévoilés, les chercheurs ont dégagé plusieurs tendances. La première, c’est que contrairement à ce que l’on pourrait croire ce n’est pas le cerveau qui serait principalement touché mais le coeur. Les chercheurs expliquent avoir « une plus grande confiance dans l’association entre radiofréquences et lésions cardiaques, qu’avec les lésions cérébrales ».

L’autre élément surprenant, c’est que les effets sont différents selon les sexes. En fait, seuls les mâles sont touchés. Et cela n’a rien à voir avec une éventuelle stérilité, comme certaines études ont pu le mentionner.

Dans les mêmes conditions de test, les femelles exposées ne contractent pas les maladies développées par les mâles. Les chercheurs précisent tout de même qu’aucun cancer n’a été développé mais que des signes favorables à leur développement ont été relevés.

Un sujet sensible, l’ensemble des résultats attendu

Les ondes des smartphones dites électromagnétiques par le grand public sont un sujet extrêmement sensible. Beaucoup se battent pour obtenir une classification reconnaissant les ondes comme cancérogènes alors que d’autres expliquent que les ondes n’ont aucun effet. A l’heure actuelles elles ne sont classées que comme « cancérogènes possibles » par l’OMS.

Mais cette étude bouscule tout. Jusqu’à maintenant les études se sont suivies et se sont contredites mais aucune d’une aussi grande ampleur n’avait été menée. L’ensemble des résultats est donc très attendu. Il faudra encore attendre quelques mois précise le NTP.

Au Centre Internation de Recherche sur le Cancer, on préfère attendre également les résultats définitifs pour s’exprimer. Mais l’institution a déjà précisé :

Si cela s’avère nécessaire, en fonction de la nature des données qui seront apportées, le CIRC pourra réévaluer rapidement sa classification des ondes électromagnétiques des radiofréquences.

Le NTP a donc mis un sacré coup de pied dans la fourmilière. Christophe Portier, ancien directeur adjoint du NTP explique :

(Les résultats partiels présentés devraient suffire à ce que) les pouvoirs publics investissent plus, sans attendre, dans la recherche scientifique sur les impacts sanitaires de ces technologies (…) Vu l’usage mondial généralisé des appareils de communications mobiles, par des utilisateurs de tous âges, même une augmentation très faible de l’incidence d’une maladie résultat d’une exposition aux rayonnements électromagnétiques pourrait avoir des conséquences importantes pour la santé publique.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • jean sablon

    étude sur des rats il est vrai que certains humains ont un cerveau a peine plus développer que celui d’un rat

    • Mr Spyke

      Tu penses que les ondes n’ont pas d’impact sur l’homme ?

      • jean sablon

        je vais répondre comme les politiques ,c’est une très bonne question

    • Aldwyr

      On ne parle pas de développement mais de la structure du cerveau. Tout les cerveaux des mammifères fonctionnent de la même façon. C’est-à-dire par des processus chimiques et électriques.
      Et toute les expériences médicale se font sur des souris/rat en général avant de tester sur l’homme, donc c’est qu’on est assez semblable pour faire des tests sur eux.

    • Spitfire

      En commençant par toi pour écrire un tel commentaire …(humour)
      Mais c’es pas faux ! Les idiots y sont partout :3

    • 1messager

      Tu sais que les médicaments et cosmétiques sont toujours tester sur les animaux d’abord si?

      • jean sablon

        malheureusement pour eux

  • Mr Spyke

    Je suppose qu’une étude à 20 M ça dit pas n’importe quoi… prenons des précautions dès maintenant.

    • nono

      sa dépend de qui est derrière c bien la le problème de toutes ces études

  • Testhas Regis Moranes

    Source ?

  • 007

    Bon, résultats vraiment très partiels pour le moment. Mais comme ils vont dans le sens d’un risque possible, et que je suis un mâle (plus humain que rongeur, mais…), je vais continuer de considérer le DAS dans les critères d’achat : je ne dépasse jamais la valeur de 0,50 w/kg dans les modèles que j’achète, même si rien n’est encore prouvé, les iPhone ou Huawei ne sont donc pas pour moi , si bons soient ils. Je pense que je vais continuer comme ça du coup

    • 1messager

      J’ai jamais pris ça en considération malgré que j’ai toujours eu des smartphone avec un bas DAS mais je vais maintenant en faire un critère principal.

  • emmanuel milcent

    C’est normal que les études se contredisent, il y a les études sérieuses indépendantes et n’obéissant a aucune pression (lobby des constructeurs), et les études commanditées par les constructeurs,truquées et mensongères, pour protéger leur business :(
    La dangerosité des ondes des smartphones ne fait aucun doute, cela a déjà été prouvé pour d’autres objets, je ne vois pas par quel miracle les smartphones y échapperaient :(

  • Kokyn

    Cela semble logique puisque le passage d’une onde de haute fréquence au sein du corps humain a une action potentiellement mutagène quasi systématique.

  • sachouba

    Exposer des rats à de telles puissances d’ondes toute leur vie ne démontre rien du tout…

    Rappelons que boire de l’eau est mortel, si on dépasse 8L d’un seul trait.

  • 1messager

    Je fais bien de toujours mettre mon smartphone en mode avion quand je dors avant je le laissait même au sol quand je n’utilisait pas le mode avion la nuit.

  • NafN

    Une étude bidon probablement financée par Apple, le nouveau roi du cancer !
    Attendez dans 20 ans, avec la 42G !

  • NafN

    Apple (tm des Beatles) a un des pires DAS du marché, j’ai hâte de voir tous ces crétins de fanboys d’aïe-phone mourir du cancer !
    Dans 20 ans, Apple (tm des Beatles) se prendra le procès du siècle et coulera comme ça devrait déjà être le cas depuis 30 ans !