Qualcomm refuse les 121 milliards de Broadcom, c’est encore insuffisant !

Qualcomm refuse l’offre de rachat de 121 milliards de dollars de Broadcom. Le groupe considère que c’est encore insuffisant et estime que la proposition « sous-évalue sensiblement » la valeur du fondeur. Mais Qualcomm reste ouvert à la discussion et propose une réunion à son acheteur potentiel. C’est le deuxième refus de la part du groupe américain de semi-conducteurs, mais peut-être bien le dernier.

Qualcomm

Qualcomm refuse à nouveau l’offre de Broadcom. Les 121 milliards de dollars proposés par le groupe singapourien sont encore insuffisant. L’offre de 82 dollars par action, dont 60 dollars en numéraire et 22 dollars en titres, « sous-évalue sensiblement » la valeur de Qualcomm. Le fondeur ne ferme toutefois pas le dialogue avec son concurrent et potentiel acheteur. Le groupe de semi-conducteurs propose ainsi une réunion à Broadcom pour ce qui devrait être une dernière proposition ferme de rachat.

Qualcomm dit non à Broadcom et son offre de rachat à 121 milliards

En novembre 2017, Qualcomm disait non aux 103 milliards proposés par Broadcom pour racheter le fondeur américain. Le groupe qui équipe notamment Apple considérait alors que l’offre sous-valorisait fortement l’entreprise. Jeudi 8 février, Qualcomm réitère son refus et dit non aux 121 milliards de dollars proposés par le groupe singapourien. Cette fois-ci, néanmoins, Broadcom ne doit pas être loin du montant attendu par les actionnaires de Qualcomm. Le groupe justifie son refus en considérant que l’offre « sous-évalue sensiblement » sa valeur.

Quel est le vrai prix maximum auquel vous seriez prêt à acheter Qualcomm ? Est-ce à 82 dollars l’action ou davantage ?

Paul Jacobs, président du conseil de Qualcomm, prend la parole et interpelle Broadcom dans une lettre rendue publique. Il y explique également que la proposition de son concurrent ne répond pas « aux engagements réglementaires stricts qu’exigerait le conseil d’administration ». Il poursuit néanmoins le dialogue avec Hock Tan, le PDG de Broadcom, en l’invitant à se rencontrer. Il est l’heure d’être prudent pour Qualcomm, car le groupe singapourien avait affirmé lundi que son offre était « sa meilleure et dernière ».

Mais Qualcomm estime que la proposition de Broadcom ne prend pas en compte son rachat en cours de NXP, un concurrent néerlandais. Ni les « perspectives importantes » apportées par l’arrivée de la 5G et de son modem ultra-rapide Snapdragon X50. Broadcom n’a pour l’heure pas encore donné de réponse.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !