Qualcomm : une faille critique menace des millions d’appareils sous Android

Suite à une modification des API de la part de Qualcomm, une faille critique a été mise en avant. Elle permet potentiellement à des applications d’accéder à tous vos messages, à votre historique des appels et d’autres informations sensibles. 

Ce n’est pas la première fois qu’une faille critique touche les appareils Android, mais cette fois c’est plus particulièrement lié à Qualcomm. Google a déjà réagi en corrigeant la faille, cependant les appareils sous Android Jelly Bean avec un processeur Qualcomm restent encore vulnérables à cette faille, ce qui doit faire des millions de smartphones Android. C’est le cabinet de sécurité FireEye qui a mis en avant cette faille.

Cela ne date pas d’hier, c’est en 2011 que Qualcomm a commencé ces changements d’API afin d’apporter des capacités de réseau supplémentaires à votre smartphone. Malheureusement ce changement a créé une faille critique au sein d’Android permettant à des personnes malveillantes de l’exploiter soit physiquement ou alors à l’aide d’une application malveillante disponible sur le Google Playstore.

« Cette vulnérabilité permet à une application apparemment bénigne d’accéder aux données utilisateur sensibles y compris les SMS, l’historique des appels et la capacité d’effectuer des actions potentiellement sensibles telles que la modification des paramètres du système ou de désactiver l’écran de verrouillage » explique les chercheurs de FireEye.

Pour eux la vulnérabilité est la plus sévère sur les appareils fonctionnant sous Android 4.3 Jelly Bean et ayant bien sûr une puce Qualcomm, car ils ne seront pas patchés pour combler cette faille. Cela pourrait représenter des millions d’appareils, car au final Jelly Bean possède encore 20% de parts de marché Android ce qui est énorme. Même si la faille a aussi été confirmée sous Android KitKat et Lollipop, elle a été corrigée pour ces appareils, et selon Google les appareils Nexus n’ont jamais été touchés par cette faille. 

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article