Pourquoi le mariage Orange / Bouygues pourrait être le début de la fin

Maj. le 9 mars 2018 à 14 h 15 min

Le mariage entre Orange et Bouygues Telecom se poursuit et un accord sera selon toute vraisemblance trouvé d’ici le 31 mars. Mais ce rapprochement en forme de démantèlement complet de l’opérateur risque bien d’être plus nocif qu’autre chose pour les consommateurs.

orange bouygues etat rachat

Nous suivons tous avec attention le mariage entre Orange et Bouygues Telecom, et souhaitons parfois même intimement que celui-ci n’ait pas lieu : en effet, nous ne savons pas ce que deviendra le paysage télécom français si celui-ci venait à être validé.

Car nous avons tous en nous les souvenirs de ce qu’était le mobile et les tarifs qu’il pratiquait avant l’arrivée de Free en 2009 : la création d’une gamme de forfaits sans engagement, l’accès à la fonctionnalité modem sans surcoût, les facilités de paiement mensuelles explicitées pour le consommateur sont autant d’évolutions que l’on doit à l’opérateur d’Iliad.

Mais si le mariage Orange/Bouygues se concrétise, et il est bien parti pour, nous nous retrouverons dans une situation analogue à avant son arrivée : 3 opérateurs majeurs, se partageant l’intégralité des clients français et pouvant s’entendre en coulisse pour pousser la moindre pratique.

Orange, SFR et Free : les seuls restants

Imaginons tout simplement : le mariage Orange et Bouygues est désormais acté, et les 3 opérateurs restants se sont ainsi séparés les clients, les réseaux et antennes, et les employés de Bouygues équitablement tandis que des accords ont été trouvés afin de continuer la mutualisation du déploiement des antennes.

Tout est censé être au plus beau dans le meilleur des mondes, à ceci près que ce mariage ne fait que renforcer les défauts de tous les opérateurs français déjà existants. C’est bien simple, il semble que rien de bon ne puisse être tiré de ce mariage.

stephane richard tape google

Orange continuera d’être « France Telecom »

Orange a depuis des années bien profité du fait d’être l’opérateur historique français, étant auparavant France Telecom et appartenant au secteur public. Cette position lui aura permis d’avoir le réseau français le plus étendu de base.

Mais surtout, il lui aura permis d’être déjà enraciné dans l’esprit des consommateurs : à l’heure actuelle, les quinquagénaires et le troisième âge ont bien du mal à s’habituer à l’idée qu’il y ait désormais de la concurrence, et restent chez Orange bien souvent pour la seule raison qu’ils y sont « depuis des années et que ça marche très bien ».

Aussi, à l’arrivée de Free, Orange aura été l’un des derniers à jouer le jeu de la concurrence et continue toujours de traîner la patte lorsque des baisses de prix ou des innovations chamboulent le paysage mobile français.

Sa marque low-cost Sosh est elle bien plus compétitive, puisqu’elle se doit de toucher un public jeune né dans cette concurrence. Mais elle profite grandement de la qualité perçue par le public héritée de cette première mentalité.

SFR perdrait toute motivation à s’améliorer

Bien sûr, la qualité de son réseau reste l’une des grandes forces de l’opérateur historique… Au contraire de SFR, qui connait une situation difficile sur ces dernières années et dont le réseau a stagné en 2015 suite au rachat de Numericable, perdant 1,2 million de clients sur l’année.

C’est pourquoi il est prêt à tout pour récupérer les clients de feu Bouygues et propose 4 milliards d’euros à Orange pour en faire l’acquisition. Mais cette stratégie risquerait bien de pousser l’opérateur au logo rouge à continuer dans ses travers.

Après tout, bien que les clients mécontents pullulent chez SFR et qu’ils fuient de part et d’autre, l’opérateur n’a pas fait de grands efforts pour l’endiguer et s’est quelque peu renfermé sur lui-même pour accuser le coup en réduisant silencieusement ses effectifs.

Si l’opérateur récupérait les 12 millions de clients mobile de Bouygues Telecom, il n’y a aucune certitude sur le fait qu’il en profiterait pour relancer sa croissance et son déploiement technologique sur le territoire. L’histoire nous montre plutôt qu’il continuerait de se reposer sur ses lauriers, une situation déplorable pour ses clients.

free mobile anniversaire 4 ans

Free le chevalier gris

Free a été pour beaucoup de raison le botteur de fesses officiel dans le paysage français, lui qui aura forcé la baisse de prix des forfaits Internet, l’apparition de la box et des offres triple play, et aura ensuite fait de même avec les réseaux mobiles… Risque bien de perdre sa place de « chevalier blanc ».

Nous savons déjà ce que donne un oligopole en France, en ne regardant pas plus loin qu’avant 2009 : un rapprochement des 3 opérateurs afin de trouver une entente avec laquelle chacun se porte bien et enregistre de belles marges.

Bien que Free ait acquis sa place en mettant en avant des prix défiants toute concurrence, il est bien sûr présent sur ce marché dans cette même optique de profit et vise déjà 25% de parts de marché. Difficile de prévoir qu’elle sera sa réaction alors que les 2 autres tenteront probablement un rapprochement.

Après tout, il est arrivé en tant que challenger et n’a pas affronté un seul opérateur mais bien l’ensemble des opérateurs français pour gagner sa place. Après avoir racheté les antennes Bouygues Telecom, celui-ci sera au même niveau qu’eux et n’aura plus besoin de son accord d’itinérance.

Que se passera-t-il donc quand il aura gagné sa place à la table, égale à ses compétiteurs et en totale indépendance ? Il y a tout de même fort à parier que la tentation de revenir à une situation profitable pour tous mais stagnante soit trop forte pour être ignorée.

bouygues telecom rachat orange

Un scénario pas si improbable

Attention toutefois : il s’agit là bien sûr du pire scénario possible et rien n’est joué dans cette affaire, seul le temps nous dira ce que donnera le retour à 3 opérateurs en France. Toutefois, la question est digne d’être posée et méfiance est de mise pour les consommateurs durant les prochaines années.

Après tout, les acquis de ces dernières années perdureront nécessairement sur les années suivantes : les opérateurs ne peuvent revenir en arrière sur la question des forfaits sans abonnements, de l’internet illimité avec plusieurs gigas de données ou même la clarté des offres avec mobile compris.

C’est d’ailleurs exactement ce que déclare le PDG d’Orange Stéphane Richard, se voulant rassurant sur la question :

« Ce qui s’est passé avec l’arrivée du quatrième opérateur en France est irréversible. Il y a eu effectivement une très forte baisse des prix qui fait que l’on a en France des prix parmi les plus bas du monde. La France est dans une situation privilégiée, et ça, c’est un acquis qui est définitif donc je le dis très clairement : en aucune manière si rapprochement il devait y avoir entre Orange et Bouygues Telecom ça ne se traduirait par une augmentation des prix, la question n’est pas là. »

Problème étant que ce n’est pas sur la question des acquis mais bien de l’avenir que ce mariage fâche : le marché des mobiles et leurs réseaux est l’un des plus porteurs de la high-tech, et subira de nombreuses évolutions au fil des ans.

Est-ce que les opérateurs seront prêts à les suivre tout en gardant les fameux prix français parmi les plus bas du monde ? Rien n’est moins sûr, d’autant qu’un même exemple en Europe tend à dire le contraire. L’Autriche, qui en 2014 est repassée à 3 opérateurs, a vu le prix de ses forfaits augmenter de 18,7%.

C’est bien pourquoi l’UFC Que Choisir a alerté le gouvernement et craint une hausse des prix, notant que la répartition des parts de marché risque fort de se transformer en un arrêt complet de la volonté de conquête de nouveaux clients.

Et c’est bien cette volonté qui pousse la concurrence. Aussi, il faudra être alerte dans les prochaines années pour que ce scénario ne devienne pas réalité et que nous, clients, ne devions pas subir le marché plutôt que de le créer et l’influencer.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Free (Iliad) pourrait racheter près de 25% d’Orange

Free (Iliad) envisage de racheter une partie d’Orange, rapporte La lettre de l’Expansion. Xavier Niel, le fondateur de Free, se serait même rendu à l’Elysée en mai dernier pour plaider les bienfaits de ce rachat et négocier les 23% des parts…

Free Mobile va passer à la 4G à l’étranger, enfin !

Free Mobile rattrape son retard sur la concurrence. Si l’opérateur propose plus de destinations dans son enveloppe data à l’étranger, il faut se contenter de la 3G. Xavier Niel a annoncé que la 4G arriverait bientôt.

Free Mobile pourrait débarquer en Belgique et casser les prix

Free Mobile pourrait devenir le quatrième grand opérateur en Belgique et venir bouleverser les prix de ce marché comme il l’a fait en France en 2012. Alexander De Croo, le ministre en charge des questions liées aux télécoms, a ouvert la…