Pourquoi le mariage Orange / Bouygues pourrait être le début de la fin

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 15 h 10 min

Le mariage entre Orange et Bouygues Telecom se poursuit et un accord sera selon toute vraisemblance trouvé d’ici le 31 mars. Mais ce rapprochement en forme de démantèlement complet de l’opérateur risque bien d’être plus nocif qu’autre chose pour les consommateurs.

Nous suivons tous avec attention le mariage entre Orange et Bouygues Telecom, et souhaitons parfois même intimement que celui-ci n’ait pas lieu : en effet, nous ne savons pas ce que deviendra le paysage télécom français si celui-ci venait à être validé.

Car nous avons tous en nous les souvenirs de ce qu’était le mobile et les tarifs qu’il pratiquait avant l’arrivée de Free en 2009 : la création d’une gamme de forfaits sans engagement, l’accès à la fonctionnalité modem sans surcoût, les facilités de paiement mensuelles explicitées pour le consommateur sont autant d’évolutions que l’on doit à l’opérateur d’Iliad.

Mais si le mariage Orange/Bouygues se concrétise, et il est bien parti pour, nous nous retrouverons dans une situation analogue à avant son arrivée : 3 opérateurs majeurs, se partageant l’intégralité des clients français et pouvant s’entendre en coulisse pour pousser la moindre pratique.

Orange, SFR et Free : les seuls restants

Imaginons tout simplement : le mariage Orange et Bouygues est désormais acté, et les 3 opérateurs restants se sont ainsi séparés les clients, les réseaux et antennes, et les employés de Bouygues équitablement tandis que des accords ont été trouvés afin de continuer la mutualisation du déploiement des antennes.

Tout est censé être au plus beau dans le meilleur des mondes, à ceci près que ce mariage ne fait que renforcer les défauts de tous les opérateurs français déjà existants. C’est bien simple, il semble que rien de bon ne puisse être tiré de ce mariage.

Orange continuera d’être « France Telecom »

Orange a depuis des années bien profité du fait d’être l’opérateur historique français, étant auparavant France Telecom et appartenant au secteur public. Cette position lui aura permis d’avoir le réseau français le plus étendu de base.

Mais surtout, il lui aura permis d’être déjà enraciné dans l’esprit des consommateurs : à l’heure actuelle, les quinquagénaires et le troisième âge ont bien du mal à s’habituer à l’idée qu’il y ait désormais de la concurrence, et restent chez Orange bien souvent pour la seule raison qu’ils y sont « depuis des années et que ça marche très bien ».

Aussi, à l’arrivée de Free, Orange aura été l’un des derniers à jouer le jeu de la concurrence et continue toujours de traîner la patte lorsque des baisses de prix ou des innovations chamboulent le paysage mobile français.

Sa marque low-cost Sosh est elle bien plus compétitive, puisqu’elle se doit de toucher un public jeune né dans cette concurrence. Mais elle profite grandement de la qualité perçue par le public héritée de cette première mentalité.

SFR perdrait toute motivation à s’améliorer

Bien sûr, la qualité de son réseau reste l’une des grandes forces de l’opérateur historique… Au contraire de SFR, qui connait une situation difficile sur ces dernières années et dont le réseau a stagné en 2015 suite au rachat de Numericable, perdant 1,2 million de clients sur l’année.

C’est pourquoi il est prêt à tout pour récupérer les clients de feu Bouygues et propose 4 milliards d’euros à Orange pour en faire l’acquisition. Mais cette stratégie risquerait bien de pousser l’opérateur au logo rouge à continuer dans ses travers.

Après tout, bien que les clients mécontents pullulent chez SFR et qu’ils fuient de part et d’autre, l’opérateur n’a pas fait de grands efforts pour l’endiguer et s’est quelque peu renfermé sur lui-même pour accuser le coup en réduisant silencieusement ses effectifs.

Si l’opérateur récupérait les 12 millions de clients mobile de Bouygues Telecom, il n’y a aucune certitude sur le fait qu’il en profiterait pour relancer sa croissance et son déploiement technologique sur le territoire. L’histoire nous montre plutôt qu’il continuerait de se reposer sur ses lauriers, une situation déplorable pour ses clients.

Free le chevalier gris

Free a été pour beaucoup de raison le botteur de fesses officiel dans le paysage français, lui qui aura forcé la baisse de prix des forfaits Internet, l’apparition de la box et des offres triple play, et aura ensuite fait de même avec les réseaux mobiles… Risque bien de perdre sa place de « chevalier blanc ».

Nous savons déjà ce que donne un oligopole en France, en ne regardant pas plus loin qu’avant 2009 : un rapprochement des 3 opérateurs afin de trouver une entente avec laquelle chacun se porte bien et enregistre de belles marges.

Bien que Free ait acquis sa place en mettant en avant des prix défiants toute concurrence, il est bien sûr présent sur ce marché dans cette même optique de profit et vise déjà 25% de parts de marché. Difficile de prévoir qu’elle sera sa réaction alors que les 2 autres tenteront probablement un rapprochement.

Après tout, il est arrivé en tant que challenger et n’a pas affronté un seul opérateur mais bien l’ensemble des opérateurs français pour gagner sa place. Après avoir racheté les antennes Bouygues Telecom, celui-ci sera au même niveau qu’eux et n’aura plus besoin de son accord d’itinérance.

Que se passera-t-il donc quand il aura gagné sa place à la table, égale à ses compétiteurs et en totale indépendance ? Il y a tout de même fort à parier que la tentation de revenir à une situation profitable pour tous mais stagnante soit trop forte pour être ignorée.

Un scénario pas si improbable

Attention toutefois : il s’agit là bien sûr du pire scénario possible et rien n’est joué dans cette affaire, seul le temps nous dira ce que donnera le retour à 3 opérateurs en France. Toutefois, la question est digne d’être posée et méfiance est de mise pour les consommateurs durant les prochaines années.

Après tout, les acquis de ces dernières années perdureront nécessairement sur les années suivantes : les opérateurs ne peuvent revenir en arrière sur la question des forfaits sans abonnements, de l’internet illimité avec plusieurs gigas de données ou même la clarté des offres avec mobile compris.

C’est d’ailleurs exactement ce que déclare le PDG d’Orange Stéphane Richard, se voulant rassurant sur la question :

« Ce qui s’est passé avec l’arrivée du quatrième opérateur en France est irréversible. Il y a eu effectivement une très forte baisse des prix qui fait que l’on a en France des prix parmi les plus bas du monde. La France est dans une situation privilégiée, et ça, c’est un acquis qui est définitif donc je le dis très clairement : en aucune manière si rapprochement il devait y avoir entre Orange et Bouygues Telecom ça ne se traduirait par une augmentation des prix, la question n’est pas là. »

Problème étant que ce n’est pas sur la question des acquis mais bien de l’avenir que ce mariage fâche : le marché des mobiles et leurs réseaux est l’un des plus porteurs de la high-tech, et subira de nombreuses évolutions au fil des ans.

Est-ce que les opérateurs seront prêts à les suivre tout en gardant les fameux prix français parmi les plus bas du monde ? Rien n’est moins sûr, d’autant qu’un même exemple en Europe tend à dire le contraire. L’Autriche, qui en 2014 est repassée à 3 opérateurs, a vu le prix de ses forfaits augmenter de 18,7%.

C’est bien pourquoi l’UFC Que Choisir a alerté le gouvernement et craint une hausse des prix, notant que la répartition des parts de marché risque fort de se transformer en un arrêt complet de la volonté de conquête de nouveaux clients.

Et c’est bien cette volonté qui pousse la concurrence. Aussi, il faudra être alerte dans les prochaines années pour que ce scénario ne devienne pas réalité et que nous, clients, ne devions pas subir le marché plutôt que de le créer et l’influencer.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • jeremiewalter

    Ce qui se passera, c’est qu’on aura toujours les mêmes prix de bases pour nos forfait, mais ce ne seront plus les forfaits au top. Pour profiter des dernières innovations, il faudra débourser des € supplémentaires et au final, les dépenses liés au forfait mobile augmenteront.

    Ce qui sera vraiment intéressant, c’est de voir comment évoluera Free Mobile lorsqu’ils seront à niveau égal avec les autres opérateurs. Actuellement, beaucoup de choses sont faites pour attirer le consommateur, mais est-ce qu’une fois atteint l’égal des autres, ce sera toujours le cas ? Pas sûr… :)

  • juan

    Bof mois je reste chez Bouygues j’ai pas et envie de Free et encore moins de SFR ou Orange…

    • Pol pot

      Sauf que visiblement, les clients Bouygues basculeront chez SFR.

      • Ophi

        mouai j’ai de gros doute sur la légalité et la faisabilité d’une bascule. ça reviendrai pour Orange à exclure des abonnés, ça me parait tiré par les cheveux.

        • Pol pot

          Ça se fait des achats de BDD de clients. Après, contractuellement, le basculement d’un fournisseur à un autre, je sais pas, ça rend peut être ton contrat caduque… À voir…

        • harlocksa

          Il garderont dans un premier temps le meme forfait au meme prix… ils seront juste sur le reseau SFR… apres si cela ne leur convient pas…ils auront juste a a aller voir ailleurs..

          • ripclaw68

            si sfr les gèrent comme ils ont gérer le rachat de 9/aol…

          • harlocksa

            Il vont le gérer encore pire.. C’est numericrade maintenant lol

  • emmanuel milcent

    A court terme terme il n’y aura pas d’augmentation, l’Arcep, l’autorité de la Concurrrence et les associations de consommateurs veillent au grain, mais à moyen terme (d’ici 2 ou 3 ans), ça c’est bien moins sûr. Ils vont encore nous sortir l’excuse des investissement conséquents et tenter de nous la  » faire à l’envers  » :(

  • Salva

    « Ils s’entendendaient sur les prix »…. Meuh non, tous les boufons d’anti-conspirationiste vous dirons que ce n’est pas possible.

  • trollinlove

    A voir comment vont réagir les autoritées,aujourd’hui il y a 4 opérateurs et 4 licences pour les fréquences,si Bouygues disparait,un nouvel opérateur pourrait prétendre à obtenir une licence,perso si c’est SFR qui reprend,j’envois direct ma lettre de résiliation et fait suspendre mes prélèvements chez Bouygues.

  • Math Picpic

    ce n’est pas de rajouter un opérateur qui a fait baisser les prix, mais de rajouter le « Bon » opérateur. celui qui a fait une promesse et s’y est tenu.
    on aurait pu voir débarquer un 4 ème opérateur qui se serait entendu ave cles 3 autres et aurait profité de l’énorme gateau.
    Car pourquoi peut-il y avoir entente à 3 opérateurs maus qu’à 4 ce serait impossible?

    Tant que Free sera là, les prix bas le seront aussi.

    • tabo56

      Free peut être tenté d’augmenter les prix ;)
      Déjà, le prix pour la box premium (la V6) n’est plus à 30 euros depuis quelques années…
      J’ai des doute sur le maintient des prix actuel en mobile chez Free. Pas tout de suite mais d’ici 3-4 ans, j’ai des gros doutes.

      • bonny

        bouh! les gros doutes ! le forfait mobile de 3 giga est passé à 20 giga inclus est passé à 50 G ,
        et tu crois que le forfait (prix) va augmenter ???

        • Coco74

          On disais déjà ça au temps de la box à 29,99, tout peut arriver…

          • tabo56

            Exactement.

      • ripclaw68

        peut etre mais chez free y a pas d’abo et on part quand on veux

  • Coco74

    Orange n’a pas besoin de racheter bouygues. Orange, ex France telecom est pratiquement en situation de monopole avec sa situation de leader partout !
    Bouygues, c’est les seuls avec free qui fond dans la qualité à pas trop trop cher…

    • Neuneu

      Orange rachète Bouygues ? Je ne le voitboas comme ça. Orange va mettre 8 milliards en actions … Qui va faire de Bouygues l’actionnaire principale d’orange. Enfin c’est ce que voudrait martin

      • Neuneu

        L.actionnaire principale privée. L’État reste majoritaire.

  • Bernard SNOOPY

    Free, chevalier gris ? Ce n’est pas demain la veille. Tout le monde vient ou revient chez Free pour les tarifs qui lui font toujours honneur.

  • Tomasini kiffekiffe

    C’est quand même incroyable qu’on soit revendu à un opérateur comme un vulgaire paquet de bonbons !! Est-ce qu’on m’a demandé si je voulais aller chez sfr à moi ?? Parce que c’est ce qui risque de se passer, à savoir les clients B&YOU a SFR et les antennes à Free .. sachant que chez moi SFR ne passe pas je serai surement obligé de résilier pour prendre un forfait Free !! En fait on se fiche des gens, ils en ont rien à foutre de nos tronches, t’es pas content ? Va voir ailleurs !! C’est lamentable.. Et pour l’augmentation des prix c’est clairement le but de Stephane Richard au sinon ça servirait à quoi ce rachat ??