Pourquoi les benchmarks, finalement, on s’en fiche

Maj. le 13 mars 2018 à 20 h 51 min

A chaque sortie de smartphone c’est la même chose. Chaque année on a droit au jeu de celui qui aura la plus grosse. Bien souvent, avant même que les smartphones ne soient officiellement dévoilés, on voit déjà des benchmarks apparaître ici et là sur la toile.

benchmarks smartphone

Qui de tel ou tel constructeur aura su dompter au mieux le processeur dernier cri ? Combien de RAM sont nécessaires pour avoir le top du top ? Sur Antutu tel smartphone a fait tel score alors que l’autre a fait moins. Et blablabla, et blablabla. Les benchmarks sont certes un bon indicateur de puissance, mais finalement, on s’en fiche non ? Voici pourquoi selon nous il ne faut pas attacher trop d’importance aux benchmarks.

Snapdragon 820 : les derniers benchmarks confirment, c’est un monstre !

Les benchmarks sont parfois faussés

Loin de nous l’idée de crier à la théorie du complot mais il faut bien avouer que les benchmarks ne sont pas toujours des valeurs sûres. Les sociétés qui développent ces applications se financent parfois comme elles peuvent et il n’est pas rare de voir de grandes marques proposer un petit arrangement pour faire figurer leurs smartphones en tête des scores même si, techniquement, ils ne sont pas meilleurs.

Snapdragon 830

L’autre point important, c’est que lors de l’analyse des performances, le processeur est souvent mis à rude épreuve pour le pousser au bout de ses retranchements. Les benchmarks sont bien souvent publiés dans des conditions optimales, sur des performances brutes. Le smartphone n’a jamais servi dans un usage quotidien. Pour un modèle commercialisé, utilisé chaque jour, les résultats sont souvent différents.

Et que dire des constructeurs qui trichent ? Par exemple, OnePlus et Meizu n’ont pas hésité à tricher en mettant en place des mécanismes sur les processeurs qui boostent les CPU lorsque des applications de benchmarks sont lancées. Là, pour le coup, on est complètement sur des résultats bidons.

Sur Android, les benchmarks varient selon la ROM que vous installez

On a tendance à l’oublier, mais l’une des forces d’Android c’est que l’on peut installer la ROM que l’on veut. Et qui dit ROM dit performances qui diffèrent. Car entre un smartphone équipé d’une version d’Android pur par exemple et un modèle avec une surcouche ultra-lourde, les performances vont grandement différer.

De la même manière vos habitudes, le nombre d’applications installées, la mémoire interne occupée, le niveau d’autonomie etc. vont influer sur certains benchmarks. Il faut donc bien garder ses distances par rapport aux chiffres qui ne sont que des indicateurs finalement.

iphone 6s benchmark

A-t-on vraiment besoin de toute cette puissance ?

Comparer les benchmarks c’est bien, mais à quoi ça sert au juste ? Finalement, à rien. Car une fois les résultats obtenus qu’est-ce qu’on en fait ? Pas grand chose à vrai dire. En fait les benchmarks sont de bons outils pour nous, testeurs, qui avons besoin de vérifier des ressentis lors d’un test d’un produit.

Par exemple, si nous trouvons tel ou tel produit un peu lent, nous allons vérifier tout cela avec les différentes applications de benchmarks pour confirmer ou infirmer nos impressions. Mais en dehors de cela, pour l’utilisateur il y a peu de choses à tirer des benchmarks.

Car clairement aujourd’hui, la plupart des smartphones commercialisés correspondent aux besoins de 99% des utilisateurs. Il n’y a pas besoin d’avoir le smartphone le plus puissant du marché pour pouvoir en profiter. Quelle différence entre la puissance d’un Galaxy S7 et celle d’un OnePlus 3 ou d’un Honor 8 ? Sur les benchmarks, la différence est importante, oui, mais en terme d’usage où est-elle la différence ?

nexus benchmarks
Un Nexus 5 avec Android pur est encore un excellent smartphone

Ce qui compte avant tout, c’est l’expérience utilisateur, pour certains le design, pour d’autres la qualité de l’appareil photo, pour d’autres encore l’autonomie ou la qualité de l’écran. Les benchmarks c’est le jeu de celui qui aura la plus grosse, pour justifier des prix exorbitants au passage.

Car finalement, en terme de puissance un smartphone avec un processeur de 2014 est largement suffisant pour la majorité des utilisateurs. Ce qu’il faut avant tout c’est bien cibler ses besoins et choisir son smartphone en conséquence. Les benchmarks, finalement, on s’en fiche.

Pourquoi LG peut créer la surprise avec son LG G6 au MWC 2017

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
NFC sur Android : qu’est ce que c’est et comment ça marche ?

Aujourd’hui, de très nombreux smartphones Android présents sur le marché sont équipés de puces NFC. Pourtant, cette technologie est encore relativement peu connu du grand public, qui a plutôt tendance à passer à côté sans savoir de quoi il en retourne. Il s’agit pourtant d’une fonctionnalité clé qui s’impose peu à peu dans plusieurs secteurs, à commencer par le paiement mobile.