Pour le conseiller de François Hollande, c’est Free qui devrait racheter Bouygues Telecom

Le rachat de Bouygues Telecom par Orange aboutira-t-il ? Probablement. En attendant, il fait beaucoup parler de lui, même au niveau de l’Etat. Tout le monde n’est pas d’accord et Le Canard Enchaîné nous dévoile aujourd’hui quelques indiscrétions.

Si les principaux acteurs du marché ne semblent pas s’opposer à un retour à trois opérateur, du côté de l’Etat, c’est loin d’être le même son de cloche. On savait déjà depuis quelques temps que l’Etat, actionnaire à 23% d’Orange, ne voulait pas que la part de Bouygues, une fois le rachat effectué, dépasse les 11% (alors que l’opérateur espérait en détenir 15%) de façon à éviter que dernier ne cherche à prendre le contrôle.

Et actuellement, ces craintes sont toujours d’actualité. La Banque Publique d’Investissement et l’Agence des participations de l’État craignent que Martin Bouygues n’utilise l’argent que lui rapporterait cette transaction pour racheter encore plus d’actions Orange. Reste à voir si ces craintes sont vraiment fondées mais, une chose est sûre, ce rachat dérange.

Aujourd’hui, certains propos rapportés par les sources du Canard Enchaîné laissent entendre qu’au sein de l’Etat, personne ne veut vraiment de ce mariage entre les deux opérateurs. On relèvera notamment la phrase d’un expert qui déclarait récemment :

Au lieu de perdre des mois à négocier avec l’Autorité de la concurrence, Orange ferait mieux de songer à se développer, comme ses grands concurrents Deutsche Telekom ou Telefonica.

Si c’est à l’Autorité de la concurrence que reviendra la décision finale, l’Arcep qui craint un retour en arrière pourrait également mettre son veto sur ce rachat si elle juge que c’est nécessaire. Elle joue d’ailleurs un rôle d’expert auprès de l’autorité de la concurrence. Le régulateur pourrait même restituer certaines fréquences à l’État pour les réattribuer par la suite.

Mais la citation la plus intéressante relevée par Le Canard Enchaîné restera celle d’un des conseillers de François Hollande qui ne cache pas qu’il aurait préféré que ce soit Free qui rachète Bouygues Telecom :

Le plus pertinent aurait été que Niel rachète Bouygues Télécom (…) Mais cela n’a pas été possible.

Évidemment, quant on sait à quel point les deux dirigeants se détestent, ça n’aurait effectivement pas été possible.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Thierry Brez

    les réseaux de Bouygues + Free fusionnées, ça serait une tuerie. C’est clair qu’Orange serait dans la merde

    • tito

      Si Orange serait dans la merde, alors pourquoi dès le début, Orange souhaite acheter Bouygues pour revendre le réseau à Free ???? C’est que forcément il y gagne…

      • Trackeur

        Cas N°1: Free achète Bouygues, il récupère les clients de Bouygues plus son super réseau. Orange aurait un concurrent qui peut faire jeu égal avec lui et pourait perdre sa place de leader. SFR peut déposer le bilan, il ne pourait plus suivre les 2 premiers
        Cas N°2: Free récupère que le réseau de Bouygues, orange est 100% gagnant, free se libère de son contrat avec Orange en ayant un bon réseau. SFR reste bon dernier mais pourra continuer d’exister en bon dernier.

        • tito

          Mon ami, si Free achète Bouygues, il ne pourra pas garder ses tarifs aussi bas, car il ne pourra pas payer pour les boutiques, les salariés et le réseau.

  • bibousiq

    Il est vrai que l’idéal aurai été le rachat de Bouygues par Free. Mais, outre le fait que Martin Bouygues déteste Xavier Niel (pour des raisons totalement débiles mais passons), Free ne souhaitait pas procéder à ce genre de rachat pour la simple raison qu’ils auraient hérité d’une structure trop lourde pour divers aspects: boutiques et personnel notamment.