Pokémon Go : selon un eurodéputé le jeu « viole la législation UE », il demande une enquête

Pokémon Go est décidément dans l’oeil du cyclone. Sa politique concernant l’exploitation des données personnelles ne passe pas. Un eurodéputé estime que Pokémon Go « viole la législation UE » et demande l’ouverture d’une enquête.

Pokémon Go a connu des débuts tonitruants et est devenu un véritable phénomène. Mais après l’effervescence vient le temps de la réflexion. Et concernant Pokémon Go, la réflexion n’apporte rien de bon.

En effet, les conditions d’utilisation du jeu ont déjà été remises en question à de multiples reprises. Les créateurs de Pokémon Go ont mis en place un système de récupération des données complètement dingue.

Les politiques commencent à s’en inquiéter. Et aujourd’hui on apprend que l’eurodéputé Marc Tarabella, du groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, a décidé de passer à l’action.

L’eurodéputé belge a donc demandé à ce qu’une enquête soit lancée. Il explique que les conditions d’utilisation du jeu développé par Niantic « sont truffées de clauses semblant être abusives qui créent un déséquilibre significatif dans les droits et obligations au détriment du joueur ». Ce déséquilibre violerait donc les lois européennes selon Marc Tarabella.

Parmi les arguments qu’il met en avant, on compte par exemple le fait que personne ne lit les conditions d’utilisation : « 10 000 mots sur un téléphone portable donnent souvent envie de cliquer à l’aveugle ». Or, ce sont bien ces CGU qui inquiètent l’eurodéputé. Et voici la liste des points les plus alarmants :

  • Niantic peut récupérer la position de l’utilisateur, mais aussi son IP et la dernière page web ouverte.
  • Niantic peut pister toutes les pages web visitées par les joueurs
  • Des cookies pistent la navigation des utilisateurs. On ne connaît pas leur durée de vie et les supprimer empêche de jouer.

Les inquiétudes de l’eurodéputé sont donc bien fondées et l’enquête a beaucoup de chances d’être lancées. Nos confrères de Next Inpact ont contacté le bureau parlementaire du député européen et obtenu cette réponse :

Même si elle (la Commission Européenne) n’est pas toujours très partante pour de telles initiatives, elle a les ressources, les moyens et les enquêteurs pour le faire.

L’eurodéputé est déterminé. Reste à voir si la législation européenne a vraiment un pouvoir sur une application qui n’est pas basée sur nos terres. Une victoire a déjà été obtenue concernant les applications de rencontre il y a quelques jours. L’eurodéputé conclut donc avec classe : « Tinder ou Pokemon : quoique vous chassiez cet été, il y a danger ». Pas mieux.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Cette punchline finale ^^

  • jean sablon

    encore un illustre inconnu qui veut faire parler de lui

    • doggy310

      Il vaut mieux un eurodéputé qui veut faire une enquête afin de savoir si le jeu respecte les lois européenne (et protéger les gens en quelque sorte) plutôt que certains crétins qui veulent tout interdire ou ceux encore qui veulent légiférer Pokémon Go au volant par exemple alors que c’est déjà fait via l’interdiction de l’utilisation du smartphone.
      Et au moins il s’inquiète de la protection des données perso contrairement à Bernard Casenmoins qui veut nous empêcher d’en faire ce qu’on veut en interdisant le chiffrement …

  • lulumilk

    « l’exploitation des données personnelles » même en postant sur ce site on en laisse des données personnelles, n’est ce pas?
    Pourquoi cette angoisse sur les données personnelles….De toute façon c’est impossible de contrôler l’exploitation de nos données.

  • emacs-nox

    Un bon gros virus

  • Athena223

    Je comprend pas l histoire des cookies.
    L application accède au cookies du navigateur internet ? Si oui leur suppression n est pas blocante pour utiliser le jeux.
    Ou c est que le jeux intégre des cookies commun au navigateur ?
    Si quelqu’un veux bien éclairé ma lanterne car la je suis paumé.

  • Ophi

    et personne ne se demande d’où Google tire ses informations sur le traffic routier dans son google maps ?