En une panne, de gros journaux français perdent l’intégralité de leurs abonnés

En une panne informatique chez leur hébergeur, c’est une grosse partie des journaux français qui se retrouvent paralysés. En effet, ceux-ci viennent de perdre l’intégralité de leurs abonnés et leurs informations bancaires, qui constituent la majeure partie de leurs revenus.

Internet est aussi sécurisé qu’il peut être à risque. L’époque où l’on stockait ses informations dans des grands dossiers et des salles remplies à ras bord est bien terminée, alors que nous gardons désormais toutes nos informations sur des serveurs distants ou des disques durs.

Mais que se passe-t-il lorsque ceux-ci ne répondent plus ? Pour nous autres consommateurs, c’est souvent la perte des photos de nos plus belles vacances… Mais quand il s’agit d’un acteur énorme, tout par à vau-l’eau. C’est la presse française qui en fait les frais aujourd’hui.

L’abonnement numérique est désormais répandu sur le net, d’où le fait que SFR mise sur son service Presse pour renaître. Et beaucoup d’acteurs ont centralisé leurs plateformes autour du prestataire de services GLI, qui a subi une panne informatique ces derniers jours.

Toutes leurs données ont été perdues, du code source aux sauvegardes effectuées, ce qui a rendu des journaux comme le Figaro, Les Echos, Libération, Le Point et de nombreux « petits acteurs » totalement paralysés. En effet, ils n’ont désormais plus accès à l’identité et aux informations bancaires de leurs abonnés, rendant leurs services caducs.

Terrible histoire donc, qui remet en avant les faiblesses de la centralisation et va mettre à mal le secteur de la presse française dont la période des vacances d’été est primordiale. Vous retrouverez toujours leurs informations dans vos lecteurs de flux RSS préférés, mais ce n’est pas ce qui constitue l’essentiel des revenus à l’heure actuelle.

Espérons que GLI comme ces journaux sauront vite rebondir de cette crise les frappant. On leur souhaite bon courage dans tous les cas. Pour les abonnés, soyez rassurés : il ne s’agit pas d’un piratage, vos données ne sont donc pas dans la nature.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • moncul

    source?
    « …ces journaux seront vite rebondir… » sauront???

  • Sébastien Seveno

    J’ai du mal à croire que ces journaux n’ait fait aucune backup, ou que absolument tout était sur le même serveur, en tout cas c’est triste pour eux

    • Kant1

      C’est pas tellement les journaux qui sont en tord pour le coup mais le presta GLI ! :/

  • Kokyn

    Mauvaise surprise que celle ci.
    Un épisode qui, encore une fois, démontre l’intérêt d’un backup complet, fréquent et effectué sur plusieurs supports en parallèles.

  • Mystic-k

    Mais quelle bande de bras cassés! Quand on a un site web à but commercial, on fait redonder tout son site sur plusieurs serveurs en INTERNATIONAL et surtout avec PRESTATAIRES DIFFéRENTS!! De plus, on fait de multiples-backup, horaires/quotidiennes/mensuelles/annuelles . Le manque de professionnalisme sur des sites de cette envergure est juste affligeant.

  • Valentin Maret

    Au pire c’est pas grave, pour toute la merde qu’ils racontent on va pas s’en plaindre !
    Si les abonnés n’ont plus accès a leurs journaux favoris c’est tant mieux ! Ça leur fera sortir dehors et il s’informeront autrement et j’espère mieux !

    • Atlas

      Cette idée, qui est très répandue, est très dangereuse. Tu vas prendre où tesinformations si ce n’est sur des sites d’information professionnels? Sur des blogs et autres sites conspirationistes gérés par deux ou trois personnes? Non, le meilleur moyen de s’informer restent les journalistes professionnels et pour éviter la propagande il faut varier les sources. Personne ne peut s’informer en « sortant » comme tu dis.

      • Valentin Maret

        On ne s’informe pas en sortant mais les gens on de plus en plus la fâcheuse tendance à gober la merde de tf1 puis la ressortir a tout va et ça se propage comme ça.

        Pour s’informer c’est simple, faut pas le faire sur les médias traditionnels (TV, radio, journaux ) mais sur internet, alors évidemment la neutralité du journaliste n’existe pas c’est pour ça que (perso) je m’informe à droite ou à gauche et à l’extrême droite pour en tire quelque chose de neutre

        Je dis à droite ou à gauche car de toute façons à l’heure actuelle la droite et la gauche c’est pareil, ils se bouffent la gueule mais quand le FN arrive ils sont tous d’accord, bref quand t’es prêt à mettre ton opinion et ton avis de côté pour un « ennemi commun » t’es pas un vrai gauchiste/droitiste …

        • Atlas

          Je ne sais pas si les gens gobent plus ce que dit tf1 qu’avant, par contre je sais que les gens ont tendance à croire de plus en plus ce qu’ils lisent sur internet et le résultat et que de plus en plus de monde croit que l’évolution et le réchauffement climatique n’existent pas.

          Sur internet oui, mais sur des sites reconnus de journalisme, parmi lesquels ceux-cités (ce ne sont pas les meilleurs exemples mais c’est mieux que le blog d’un mec au pif).

          Je note que tu ne t’informes pas à l’extrême gauche.

          • Courgito Alf

            Je pense qu’il faut diversifier ses sources et les lire en fonction de qui les finance !

          • Atlas

            Ah oui le financement en dit long en effet.

  • Courgito Alf

    Qu’un consommateur lambda « oublie » de faire des sauvegardes à temps, c’est… une bonne leçon ! Mais des professionnels ? Faut quand même une sacrée dose de négligences pour en arriver là !

  • Ophi

    ça leurs apprendra à payer des techniciens ou ingénieurs bac +5 à la sauvette.