Orange : une facture de 134 000 euros à cause d’une chaudière

Orange a envoyé une facture de 134 000 euros à la mairie de Cognac à cause d’un problème de… chaudière. L’origine de cette surfacturation : des appels répétés à un numéro surtaxé non signalé par Orange.

Il n’est pas rare que l’on vous relate des histoires de surfacturations hallucinantes de la part des opérateurs. Souvenez-vous de cet abonné SFR qui avait reçu une facture de plus de 50 000 euros à son retour de vacances à cause de frais de roaming impressionnants. Bouygues Telecom a également multiplié les affaires du genre.

Cette fois, c’est Orange qui a fait fort. L’opérateur a envoyé une facture de 134 000 euros pour le seul mois d’avril 2015 à la mairie de Cognac. Une facture pour le moins salée qui s’explique assez bizarrement.

En effet, l’objet du « crime » serait une chaudière. « Mais que vient faire une chaudière dans cette affaire ? » direz-vous. Et bien figurez-vous que la mairie de Cognac a mis en place un système d’alerte qui appelle automatiquement la maintenance chargée d’intervenir sur la chaudière.

Mis en place depuis 2004, ce système n’a jamais posé problème. Le service proposé par Orange assurait que le numéro appelé était garanti à tarification basse. C’est en tout cas ce qu’a expliqué à l’AFP le premier adjoint au maire et adjoint aux finances de la mairie de Cognac, Patrick Sedlacek.

Orange ne nous avait pas prévenu de la nouvelle affectation de la ligne par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) vers des services commerciaux surtaxés.

Dans ces conditions on se demande donc pourquoi la mairie a reçu une facture aussi impressionnante. Selon l’adjoint au maire, la ligne téléphonique Orange de la mairie a reçu une nouvelle affectation par l’ARCEP. Désormais, le numéro d’appel d’urgence serait pris en compte comme un appel surtaxé. Mais la mairie n’aurait pas été prévenue.

Lorsqu’en avril 2015 la chaudière est tombée en panne, le système d’alerte a fait son travail. Et pendant tout le mois d’avril, les appels vers la maintenance se sont multipliés. Si la mairie n’a jamais vu venir de réparateur, elle a bien reçu la facture de 134 536 euros de la part d’Orange.

Or, deuxième problème pour Orange, le contrat passé entre la mairie et l’opérateur stipulait que le système d’alerte pour ses chaudières était plafonné à 60 000 euros. Non seulement Orange n’aurait pas prévenu la mairie, mais il n’aurait pas respecté les clauses du contrat passé avec celle-ci.

La commune a bien évidemment saisi la justice et explique que « la ville ne veut pas payer puisqu’elle n’y est pour rien ». L’adjoint au maire a par ailleurs ajouté :

On comprend la démarche d’Orange, car une partie du montant ne revient pas dans leur tirelire, ils doivent cet argent à un tiers. Mais puisque le défaut d’information leur revient, nous nous opposons au paiement de la facture totale.

Dans l’attente d’une décision de justice, la mairie a fait retirer tout le système d’alerte automatique et a changé de numéro pour qu’un tel désagrément ne se reproduise. Orange ne s’est pas exprimé sur cette affaire.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Mini-Tops

    Tien, ça c’passe chez moi ça xD

    • Angelneo

      copaing ^^ je suis sur angoulême

      • Mini-Tops

        La Charente c’est la vie !

  • retro-geek

    Bienvenu dans un monde d’objets connectés…
    DEmain la chaidère sera reliée par internet, pourra se faire piloter à distance et aussi se faire pirater… :-)