Entre Orange et Bouygues Telecom, une mutualisation du réseau mobile est-elle possible ?

Une association entre Orange et Bouygues Telecom est-elle crédible ? Si l’idée a de quoi faire sourire, elle a pourtant été évoquée sur BFM Business. Fort d’un constat, le marché en restera à quatre opérateurs mobiles pour le moment, le PDG d’Orange, Stéphane Richard estime qu’une mutualisation entre certains réseaux mobiles concurrents est inévitable à moyen terme.

Pour étayer son hypothèse, Stéphane Richard explique ainsi que « les conditions générales font que le marché va rester avec les quatre acteurs existants », en l’occurrence Orange, Bouygues Telecom, Numericable/SFR, et Free Mobile sont maintenant bien installés dans le paysage français, et pour se renforcer les opérateurs mobiles n’auraient donc pas d’autres choix que de construire des alliances sous certaines conditions à définir.

Le PDG d’Orange prend l’exemple de Bouygues qui tente de trouver un accord de mutualisation avec SFR. Si celui-ci aboutirait sur un échec, il y aurait d’autres possibilités. Il évoque notamment que « toutes les combinaisons entre opérateurs sont possibles et peuvent se faire » bien que l’éventualité d’un partenariat entre SFR et Orange soit déjà rejeté en amont.

C’est alors que Stéphane Richard prononce ce qui aurait été impensable avant l’arrivée de Free Mobile sur le marché : « Orange-Bouygues, c’est possible. » La petite phrase ne passe pas inaperçue d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte particulier, Orange a tenté de racheter Bouygues ces derniers mois. A défaut de réussir dans son entreprise, l’agrume opterait désormais pour une association en bonne et due forme ? La porte est désormais ouverte, la balle est dans le camp de Bouygues Telecom.

Difficile de présager du futur mais l’horizon qui se dessine semble mettre l’accent sur la convergence. A l’heure où l’on commence à parler d’opérateur mobile européen, nous comprenons rapidement les enjeux nationaux, soit être le plus fort possible sur le territoire afin d’être mieux armer face à une concurrence encore plus féroce qu’auparavant.

Via

Réagissez à cet article !
  • Tino

    Espérons Une mise en commun des réseaux 4G

  • Kragu

    Après ce faire la guerre pour la 4G, ils veulent mutualiser leur réseau… je comprends pas. Il y aura pas mal de doublons (même si la 4G orange est bien mieux) Et tout ses doublons c’est autant d’antennes qui aurait pu servir dans des endroits sans réseaux ou où l’on capte juste le 2G.

    • Allan Landstar

      Tout à fait d’accord, au lieu de mutualiser leur réseau, ils devraient faire un partenariat pour couvrir les zones blanche.

  • Vomito

    Les 2 opérateurs le plus implantés en terme de 4G qui hypothétiquement s’allient ….y’a anguille sous roche…

  • Luna

    Le consommateur y gagnerait beaucoup… Non, à mon avis, ils cachent quelque chose ;)

  • Allan Landstar

    On va voir ce qu’en pense l’ARCEP déjà non ?

    • PBCb

      Ils étaient OK pour SFR-Bouygues je pense qu’ils diront pareil pour Orange-Bouygues.

      • Allan Landstar

        Orange est beaucoup plus gros que SFR. Je pense pas que cela sera aussi facile.

        • astropc

          Si on inclus les MVNO sur réseau SFR, le nombre de carte SIM sur les antennes SFR est plus important que Orange . . .

          • Allan Landstar

            Je parlais de Orange et SFR sans MVNO bien évidemment.

      • Bouygues a un énorme réseau d’antennes 4G. Orange a un énorme réseau d’antennes 4G. Gros + Gros vs petits, l’ARCEP déteste ça.

  • frenchy

    « Si celui-ci aboutirait sur un échec » hein? en français ça donne quoi?

  • heparti

    S’il y a mutualisation entre le béton et l’agrume, il y aurait obligation par un ou les deux opérateurs de vendre à Free une partie de leur réseau, celui en doublon :D :D

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
SFR abandonne son plan pour fibrer la France

Le Secrétaire Général du groupe SFR, Régis Turrini, a officiellement confirmé que l’opérateur renonce à couvrir entièrement le territoire français en Très Haut Débit d’ici 2025. Une décision attendue tant le groupe est à l’agonie.

Orange : après la banque, l’opérateur veut vous vendre de l’électricité !

Orange se voit bien comme un fournisseur d’électricité en France après avoir lancé des services bancaires. La stratégie de diversification continue. Les consommateurs pourront avoir recours aux services d’Orange pour le fixe, mobile, la banque et le courant électrique. D’ailleurs ce secteur n’est pas étranger à la firme française qui est présente dans de nombreux pays.