Opinion : en 2016, tous les smartphones sont ennuyeux à mourir

L’essentiel des smartphones qui inonderont le marché sur l’année 2016 entière a été dévoilé, et un constant frappe instantanément : ils se ressemblent presque tous, de quoi avoir du mal non seulement à choisir son téléphone mais aussi à être excité par ceux-ci.

Après que le PC ait commencé à subir un ralentissement conséquent, non seulement économique mais aussi technologique, les smartphones ont pris leur place en tant que périphériques les plus innovants du marché de la high-tech.

Aujourd’hui, tout le monde a un smartphone. Pas nécessairement performant, pas nécessairement tout neuf ni de dernière technologie, mais ils ont a minima intégré votre vie et ceux de vos parents à tel point qu’ils peuvent maintenant être considérés comme objets de base d’un rythme de vie normal.

Ce qui ne les empêche pas de chercher à être renouvelés tous les ans. Les constructeurs enchaînent les nouveaux modèles les uns après les autres, mais rien n’y fait : le marché des smartphones a une croissance si basse qu’on peut considérer qu’il stagne. La cause : tous les modèles se ressemblent désormais.

La fiche technique se répète encore et encore

En 2016, c’est bien simple : tous les smartphones ont la même fiche technique. Je peux vous prédire que le prochain smartphone haut de gamme annoncé aura un Qualcomm Snapdragon 820, 4go de RAM et un écran de 5 pouces Quad HD.

Le plus fou aura 6go de RAM, qui ne seront qu’un argument marketing tant ils ne se ressentiront pas à l’utilisation, et la sécurité sera assurée par un scanner d’empreinte digitale. L’appareil photo ne bougera presque pas, il sera seulement plus rapide ou un peu plus performant (sans plus) en basse luminosité.

Et… voilà. Problème est que sur l’industrie, un fondeur a désormais un énorme avantage : Qualcomm, qui malgré l’erreur du Snapdragon 810 n’est pas descendu de son piédestal, fournit la majorité des smartphones. Les Exynos de Samsung ne sont que des modèles équivalents chargés de voler quelques sous à celui-ci.

Et MediaTek, le grand challenger, ne s’occupe que du bas de gamme et pousse quelques accords passés avec les constructeurs. A la manière d’Intel et AMD sur le PC, rien ne bouleverse vraiment l’augmentation incrémentale de la puissance et la baisse des prix sur le bas de gamme. On s’ennuie à mourir.

Les constructeurs sont frileux

Les ventes de smartphones n’augmentent pas, elles stagnent. Les consommateurs ont bien compris qu’il ne servait plus à rien de renouveler tous les ans leurs appareils, les modifications n’étant plus à la hauteur, et qu’il valait mieux attendre la prochaine révolution véritable.

A cela, les constructeurs réagissent tous de la même manière. A l’égal du cinéma ou du jeu vidéo, ils privilégient la sûreté avant l’innovation. Ainsi, nous voyons tous les téléphones prendre l’un après l’autre un corps métallique, plus ou moins arrondi, et garder le même form factor en changeant à peine ce que les uns et les autres ont utilisé des années durant.

Regardez donc le OnePlus 3 fraîchement annoncé : même si son tarif à 399€ en fait une offre vraiment alléchante, je ne peux m’empêcher de bâiller en voyant ce que j’aurais très bien pu prendre pour un HTC si le logo collé à l’arrière n’était pas celui de 1+. Pareil pour l’iPhone, pareil pour les Huawei, tous se repompent leurs design jusqu’à devenir une masse informe.

Le modulaire, cette fausse bonne idée

On pourrait faire effectivement cas cette année d’une tendance émergente sur le marché : le modulaire. Le LG G5 s’est en effet présenté avec la nouvelle idée du siècle, celle de rendre le téléphone modifiable en passant par des accessoires à intégrer directement dans son téléphone.

A cela, Motorola a récemment répondu avec le Moto Z qui permet lui d’aimanter directement le même type d’accessoire au dos de son téléphone, qui est devenu bien fin pour l’occasion histoire de ne pas tuer le design complet de leur appareil.

Pour ces 2 appareils, c’est une fausse bonne idée. Pour le LG G5, cela passe par le fait de devoir éteindre complètement son téléphone à chaque fois que l’on souhaite changer de module. Pour le Moto Z, c’est tout simplement une version de base avec une batterie à peine suffisante pour tenir la journée et une finesse qui n’est pas bienvenue dans ce secteur.

La conquête des constructeurs chinois

Pour tous ces points, le marché en lui-même n’est plus aussi séduisant. Là où l’on pouvait encore admirer les nouveaux appareils chaque année, force est de constater qu’ils ont perdu en grade lorsque les constructeurs chinois sont arrivés sur le marché.

Comment arriver à justifier de dépenser 749€ pour le HTC 10 ou 699€ pour un S7 quand le OnePlus 3 n’est qu’à 399€ avec sensiblement la même fiche technique ? La plupart des consommateurs ne le peuvent plus, et ont ainsi commencé à se tourner vers les appareils de Huawei, Meizu et j’en passe.

Ils ont bien raison, puisque ceux-ci apportent exactement la puissance dont on a besoin pour profiter d’un smartphone fluide en 2016. Pas de chichi, pas de fonctionnalités dont on ne se servira jamais, simplement un design efficace, une fiche technique solide, et roulez jeunesse. Les constructeurs chinois ont tout compris des attentes du marché actuel.

iOS VS Android ? Plutôt AndriOSd

Même au niveau des systèmes d’exploitation, rien ne vient vraiment bouleverser le quotidien. Windows Phone est désormais mort et enterré par Microsoft, et le couple Apple / Google reste donc le visage proéminent de l’industrie.

A ceci près qu’ils n’apportent plus grand-chose de neuf. La refonte Material Design lancée par Android N aura fini de remettre l’OS à niveau de celui d’Apple, avec un design enfin travaillé et plaisant pour l’utilisateur final.

Les nouveautés d’iOS 10, présentées lors de la WWDC 2016, sont toutes des copies de ce qui existait déjà sur son rival depuis des années. Toutes les nouveautés présentées par Google lors de l’I/O 2016 n’étaient que des mises à niveau de ce sur quoi ses concurrents avaient une longueur d’avance.

Et dans l’ensemble, les deux systèmes sont désormais si semblables que l’on se demande s’ils ne vont pas finir par les fusionner. Sérieusement : à part le lanceur d’application, qui est aussi en voie de disparition ironiquement, que reste-t-il de véritablement différent entre les deux. Le look ?

Une évolution cachée

En vérité, tout ce cynisme s’explique par un point extrêmement positif : les smartphones ont plus ou moins atteint leurs formes finales dans l’état actuel des choses. Si les appareils se ressemblent, c’est parce que des années de recherche ont abouti à une forme et un placement parfait pour l’ergonomie et la prise en main.

Si la puissance est bridée, c’est tout simplement parce que l’autonomie freine nos appareils. Nous sommes en cruel manque d’une nouvelle technologie de batterie, qui ne devrait pas apparaître avant quelques années encore et nous permettrait de pousser nos smartphones beaucoup plus loin.

Et si les systèmes sont équivalents, c’est parce qu’ils ont chacun innové de leurs côtés et se sont poussés les uns les autres à la grandeur jusqu’à atteindre le firmament. Nos OS ne manquent pas d’innovation : ils sont en vérité complets, et ne demandent finalement plus que quelques optimisations çà et là pour atteindre la perfection.

Nos téléphones sont puissants, beaux, font appel à des matériaux nobles et peuvent désormais faire l’intégralité des tâches qu’on leur demande. Même les jeux vidéo deviennent de plus en plus prenants et recherchés, et vont bénéficier d’améliorations logicielles fortes comme l’API Vulkan pour continuer sur leur lancée.

L’avenir est dans le périphérique

Ils se suffisent tout simplement à eux-mêmes, et n’ont pas besoin de beaucoup plus pour atteindre la perfection. A l’image du PC avant eux donc, leur intérêt se relancera avec les périphériques. C’est pourquoi les téléphones modulaires sont finalement les évolutions les plus excitantes de ce marché.

Ils sont après tout exactement ce que l’on veut d’un périphérique : qu’il se connecte facilement, qu’il ne soit pas difficile à utiliser et qu’il se retire tout aussi facilement. L’intégrer à un smartphone, c’est être certain de ne pas en rendre l’utilisation poussive mais au contraire claire et limpide pour les consommateurs.

Les premiers essais font quelque faux pas, certes. Le LG G5 et le Moto Z ont tous deux leurs défauts : pour le premier, le fait de devoir éteindre son téléphone est un énorme frein. Pour le deuxième, c’est au sacrifice de son design qu’il incorpore de nouveaux éléments.

Mais force est de constater que nos smartphones sont assez puissants pour remplacer de nombreux objets de notre vie quotidienne. Imaginez une coque dans laquelle insérer votre smartphone, qui le transformerait immédiatement en PC fixe ou portable ? C’est tout à fait possible, et ce vers quoi tous les appareils convergeront un jour ou l’autre.

La réalité virtuelle arrive

Nous pouvons déjà voir les premiers signes de cette convergence dans le marché de la réalité virtuelle, qui débarque en force sur nos smartphones cette année. Et pour cause : il s’agit, contrairement à l’Oculus Rift ou à l’HTC Vive, des appareils ayant le plus de potentiel à rendre la technologie incontournable.

Nous avons déjà le Samsung Gear sur le marché, qui a dépassé le million de ventes cette année. Mais LG a lui-même présenté son casque 360 VR et 1+ a poussé son propre casque cardboard pour sa présentation. C’est bien simple : tout le monde se rue dessus.

C’est naturel : la technologie est sûre de faire un carton (cardboard, carton… je sors), touchant de nombreux secteurs comme les jeux vidéo en mobilité et la photographie avec la vision à 360°. Et pour la viabilité de la réalité virtuelle, quoi de mieux qu’un smartphone pouvant l’exécuter sans devoir être rattaché en filaire à un second appareil ?

Google l’a bien compris, et va lui aussi pousser la plateforme avec Daydream. 2016 n’en sera que la naissance, mais les smartphones de 2017 sont tous sûrs d’avoir la réalité virtuelle intégrée à leurs spécifications techniques et leurs systèmes d’exploitation.

Le marché des smartphones n’est pas ennuyeux : il est en attente d’une révolution de périphérique se préparant silencieusement, alors que l’objet lui-même est devenu proche de la perfection. En cela, nous nous apprêtons seulement à en vivre les plus belles années.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Kokyn

    Ça fait belle lurettes que les smartphones sont ennuyeux.
    Depuis fin 2013 et les lg g2, nexus 5 ou encore note 3, y’a plus grand chose qui a changé.
    Pour cause, le snap 800 proposait des performances honorables, les dalles étaient en full HD et proposaient ainsi une résolution supérieure à ce que peut discerner l’oeil humain. Il n’y a depuis que quelques petites améliorations en termes de fluidité et de qualité d’affichage puis des gadgets comme l’étanchéité.

    Cote Software aussi on a des OS relativement complets depuis 3 ans déjà.

    Seul l’iPhone n’est ennuyeux que depuis 2014, mais c’est du au fait qu’il ai très tardivement laissé tomber sa diagonale ridicule. Pas très reluisant donc.

    En même temps, on voit difficilement ce que l’ont pourrait ajouter à nos smartphones si ce n’est une autonomie digne du 3310 d’antan.

    Quid de la VR ? Encore un marché de niche qui de toute façon n’est pas adapté aux appareil mobiles (vous vous voyez avec votre casque de VR dans la rue ou sur la plage ?) et qui devrait connaître en premier lieu son succès dans nos salons.

    • slayers84

      En même temps quant tu vois comment l’utilisation de 3d touch explose dans iOS 10, le lockscreen j’ai jamais vu aussi beau et complet et niveau widget ça devient du action launcher puissance 10, un 6s n’a pas l’air d’être ennuyant avec cette version
      C’est surtout l’iphone 6 que j’ai trouver ennuyant car a part qu’il soit plus grand, il n’avait rien de spécial

      Ils sont négatifs mais bon le moto z, ces modules m’ont l’air pas mal, chez samsung le hardware a des choses en plus que pas mal d’autres android mais c’est vrai qu’a part ça, c’est pas très excitant

      Quant il disent « Et dans l’ensemble, les deux systèmes sont désormais si semblables que l’on se demande s’ils ne vont pas finir par les fusionner. Sérieusement : à part le lanceur d’application, qui est aussi en voie de disparition ironiquement, que reste-t-il de véritablement différent entre les deux. Le look ? »
      C’est moi ou ils ne connaissent pas vraiment ces deux os ? A part les icônes, les deux sont fondamentalement différents, ça ne s’utilise pas de la même façon, les fonctions ne sont pas toujours les mêmes etc…, bref je ne comprend pas trop

      • Kokyn

        Si fondamentalement 99% de ce que l’on peut faire avec l’un est faisable avec l’autre. C’est juste la manière de le faire qui diffère.
        Android c’est un peu comme rouler à droite, et iOS comme rouler à gauche. La façon de conduire diffère mais le résultat est le même : Aller d’un point A à un point B.

        • Clever

          Et ils arrivent à nous vendre une nouvelle manière de rouler comme une révolution…

        • slayers84

          Je comprend ton analogie et c’est vrai puisque c’est globalement ce que je pense aussi mais j’ai le sentiment qu’il y a pas mal de choses qu’ils n’ont pas pris en compte, la manière différe mais chacun des deux a des atouts que l’autre n’a pas et donc c’est plutôt réducteur je trouve quant ils se disent que ce n’est quasiment qu’une histoire de look ^^

          La, 3d touch participe carrément a l’utilisation central de l’os que ce soit pour switcher entre les apps sans passer par le multitâche, faire apparaitre les widget sur l’accueil ou la transformation des notifs, le curseur du clavier et pas mal de choses, il y a une vrai cohérence d’usage et ça a tendance a simplifier pas mal d’actions, d’ailleurs ça va encore évoluer car il y a des api pour que les sites web puissent l’utiliser dans iOS 10 donc comme c’est quelque chose qui s’étend de plus en plus a travers l’os, les apps et services, on ne peut pas vraiment le qualifier de gadget du fait qu’il y a une volonté de le rendre indispensable au fur et mesure que le temps passe

          Les modules les qualifier de gadget dépend surtout d’une chose : leurs qualités, si ils apportent vraiment quelque chose en boostant énormément la qualité, c’est un gros plus mais si ça n’apporte pas grand chose de plus que sans, effectivement c’est du gadget onéreux

          • Kokyn

            Le force touch est un gadget car ce n’est pas quelque chose qui s’impose naturellement. Il faut un temps d’adaptation et personnellement je vois pas en quoi cela peut me faire gagner du temps. Pourtant je l’ai testé, mais bon…
            Il est vrai qu’avec l’habitude ensuite on gagne quelques centièmes de secondes ici et là mais honnêtement c’est un gadget.

            On est arrivé à un marché ou la maturité fait que tout ce qui semble évident (affichage, fluidité) à atteint un stade quasi parfait. Et donc les pistes d’améliorations se situent maitenant sur des choses moins évidentes et moins naturelles et c’est donc en toute logique que ces choses sont des gadgets.

            Seul l’autonomie reste une piste d’amélioration logique et potentiellement révolutionnaire (imaginons un smartphone dont la batterie dure 1 semaine).

        • Visiteur125

          Pas daccord! c’est comme pour me marché automobile ou on peut rouler d’un point A à un point B aussi. Et les smartphonnes, c’est comme les voitures Certains le font mieux, plus surement et plus confortablement, avec plus d’ergonomie et de sécurité et confort que d’autres. Iphone à malheureusemen (a cause du prix) bien de l’avance sur tous ces points.

          • Kokyn

            Heu non il a pas du tout de l’avance et encore moins à cause du prix.

      • comcom

        Bah c’est quand même vrai, entre le 6 et le 6s en dehors du 3d touch, finalement le reste c’est banal : un peu plus puissant, un peu plus optimisé, un peu plus redesigné et ça vaut pour tous les tels… C’est clair que c’est vraiment dommage mais bon c’est comme ça…

        • slayers84

          Oui, heureusement qu’il y a 3d touch mais au moins il se différencie des autres même si le reste ne va que dans la continuité
          De toute façon, on a atteint un cape, avec tout ce qu’il y a aujourd’hui, on sera difficilement surpris et les gens sont aussi plus difficile qu’avant car une maj comme iOS 10 ou même 3d touch si elle était sortie en 2010 ça aurait était un raz de marrées de superlatif alors qu’aujourd’hui on dirait que les gens sont blasées de tout, c’est un peu triste

          • comcom

            Oui je suis d’accord aussi, on a tendance à minimiser ce qui est fait car ça ne fait plus l’effet « impressionnant » des débuts où certains découvrait tout ça, aujourd’hui tout le monde est équipé du coup tout le monde attend à la nouveauté magique et finalement il n’y en a pas.
            Après ce qui a tendance aussi à casser l’effet intéressant c’est qu’on nous bassine à mort avec toutes les rumeurs fondées ou non, du coup quand on découvre le produit, on dit mouais bof on s’y attendait…

    • Shem68

      Ça n’arrive pas souvent, mais en l’occurrence je suis entièrement d’accord. A mes yeux le marché des smartphones, tout comme le marché des OS pour smartphones, a atteint le stade la maturité. A part des modifications incrémentales, je n’attends plus grand-chose ni des appareils ni des logiciels.

      Je ne sais pas encore ce que sera « the next big thing », mais je ne pense pas que ce sera la VR. Pas à la même échelle en tout cas, et dans tous les cas, pas avant des années.

  • WoBble e

    On est toujours loin de la perfection selon moi, et par la désinformation des gens et leur désintéressement aux smartphones il y a des aberrations.
    La taille des téléphones. Cette course à la finesse n’a aucun intérêt, surtout comme on l’a vu dans cet article car la technologie actuelle sur les batteries avance moins vite que sur le reste de la tech des smartphones. Les entreprises tentent de limiter la casse avec les écrans Oled, Amoled pour Sammy, les optimisations diverses et Qualcomm avec ses CPUs qui consomment moins pour une puissance équivalente. C’est très bien tout ça, faut bien temporiser en attendant des nouvelles technos de batterie (je suis loin d’être un vieux briscard d’android ou de l’informatique en général mais on voit souvent des protos de nouvelles batteries donc ça devrait finir par arriver.) Toutefois, quant à temporiser pourquoi ne pas faire un smartphone de quelques mm plus fin et mettre une batterie de plus grosse capacité (et oui, la capacité ne fait pas tout je sais) !
    Les cartes micro SD c’est la vie. Rien ne remplacera pour moi une carte micro SD. Elle est dans le corps du téléphone, pas a coté style USB OTG (c’est bien aussi, mais pas la même utilisation pour moi), et quand on en a besoin (crash, changement de téléphone, tout ce que vous voulez, elle est là. Après, ceux qui veulent plus de sécu vous la cryptez je sais pas, je me suis pas renseigné sur comment ça marche mais bref y’a toujours moyen…
    Fiche technique OK, c’est toutes les mêmes.
    Pour le modulaire, j’attends le projet ARA, car pour le moment que ce soit Moto Z ou LG g5 c’est moche, pas bien fait du tout, et ça n’étend pas les possibilités de quoi que ce soit (Si ce n’est cette foutue batterie, on y revient!
    Android/IOS, pour le consommateur lambda en effet ca se rapproche fortement. J’irais plutot Apple si je voulais que ca marche ni plus ni moins, mais en l’occurence je préfère l’ouverture. Ca ramène l’OS du Big Brother à la hauteur d’IOS avec les mises à jour rapides via ROMs custom, et bon l’ouverture de toute manière je rentre pas dans les rangs donc ca me permet d’etre « différent car j’utilise de toute maniere mon phone différemment. BREF.
    Par contre faut arreter avec la « meilleure forme » et les smartphones de 5,5″. C’est juste Enorme! Va falloir revenir sur du plus compact avec des bonnes specs comme l’a fait Sony avec ses compacts!
    Et d’ailleurs ca aussi c’est en attente d’une nouvelle tech, un smartphone de 5″ pour se balader, et « agrandir » l’écran chez soi quoi….
    Mouais, la VR ca me fait pas particulierement rever de toute facon…
    Ce n’est que mon avis, mais bon je voulais le donner pour qu’on puisse en parler et que vous m’ouvriez l’esprit à d’autres choses qui pourrait m’échapper.

  • Funk

    Il est loin le temps ou Nokia sortait des mobiles ahurissants ( période 2004 a 2008 ) en forme (form factor )
    Et le constat est encore + amer pour celles et ceux ( j’en fais partie ) « les vieux croutons » qui ont connu toutes les évolutions du GSM ( Bluetooth,écran couleur,photo,magasin « externe » d’apps…etc )
    Aujourd’hui,c’est plus morose,c’est évident,mais c’est plus efficace.

  • Titan

    C’est l’article qui est ennuyeux. Il y a une grosse différence de qualité d’image entre un écran amoled et un écran cristaux liquides et ça ce n’est pas ennuyeux de le constater. Ceci entre autre par exemple.