OpenOffice : l’alternative gratuite à Microsoft Office pourrait bientôt disparaître

OpenOffice pourrait-il disparaître ? C’est en tout cas ce que laisse entendre l’un des cadres impliqués dans le projet. L’avenir de l’alternative gratuite à Microsoft Office dont la dernière mise à jour date d’octobre 2015 semble sérieusement menacé.

La dernière mise à jour de la suite bureautique OpenOffice a été déployée il y a presque un an. Il s’agit d’ailleurs de la seule proposée en 2015 alors que le logiciel concurrent LibreOffice en recevait près d’une quinzaine l’an dernier. Voilà qui laissait déjà présager d’un avenir sombre pour le logiciel désormais développé par la fondation Apache et aujourd’hui les dernières déclarations de Dennis Hamilton, vice-président de la division Apache Open Office, semblent confirmer cette pessimiste hypothèse.

Dans un récent message adressé à la liste de diffusion officiel du projet, il explique que désormais, la communauté et trop restreinte et trop peu impliquée et les interpelle sur les conséquences d’une éventuelle fermeture d’OpenOffice.

« J’ai régulièrement observé que le projet Apache OpenOffice avait une capacité limitée pour un maintien énergique. J’ai également remarqué qu’il n’y avait pas suffisamment de développeurs ayant la capacité, le talent et la volonté de joindre leurs forces à la demie-douzaine de bénévoles qui maintiennent le projet. »

Il faut dire que depuis qu’Oracle a racheté Sun Microsystems, société à l’origine de la suite bureautique, en 2009, des dizaines de développeurs ont quitté le projet pour se tourner vers LibreOffice qu’on retrouve également sur Android. Oracle a ensuite confié OpenOffice à Apache en 2011 mais la fondation n’a visiblement pas suffisamment de temps et d’énergie à lui consacrer.

Le logiciel souffre de la désertion des développeurs et sans mises à jour, les failles de sécurité s’accumulent. La dernière en date remonte à juillet et permettait d’exécuter du code. Au lieu de proposer une mise à jour, Apache avait alors suggéré d’utiliser Libre Office ou Microsoft Office. Face à cet abandon, Dennis Hamilton a tenu à réagir. Reste maintenant à savoir quel effet aura son initiative, attirer les développeurs dont OpenOffice a tant besoin ou, au contraire, les faire fuir encore plus.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • joe2x

    Je trouve cela tout à fait normal. La communauté ne voulait pas être dirigé par une entreprise et a donc créé un fork à cet effet : LibreOffice.

    Dommage que Oracle s’en est mélé à l’époque et a foutu le boxton. OpenOffice avait un nom connu meme par quelques personnes novices

    • Oracle avait pourtant changé le type de licence, mais cela n’a pas apporté
      suffisamment de confiance pour que les développeurs qui ont fui reviennent au
      bercail.

  • HBE

    Libreoffice fait bien l’affaire, merci au revoir ^^

    • MIDORIJIN

      Normal que libreoffice fasse bien l’affaire, puisque c’est la « vrai » suite de open

  • iAndroid

    A se demander s’il n’y a pas des relations étroites entre Microsoft et Oracle pour que ce dernier en prenant le contrôle d’OpenOffice ne le fasse pas disparaître. Donc faut pas s’étonner qu’un groupe ait crée le fork LibreOffice pour se libérer de cette emprise.
    Pour le particulier, j’estime que maintenant LibreOffice est suffisamment abouti et tenu à jour pour ne pas avoir besoin de la suite Office. Cependant en entreprise c’est une autre musique et en terme de productivité Office reste largement au-dessus, ne serait-ce que pour les macros sous un tableur. Et aussi, LibreOffice crashe trop souvent même avec une feuille « .odt » sous Writer et on a le droit à une belle fenêtre de récupération. D’ailleurs même si dans les administrations LibreOffice est adopté, ça reste à « l’étage inférieur » et au niveau des états-majors c’est bel et bien la suite Office sur laquelle travaillent les spécialistes, les statisticiens, etc.
    Et aussi question compatibilité entre documents Office et LibreOffice c’est toujours pas génial, notamment quand il y a des tableaux où le format n’est même pas respecté.
    Donc je le redis, LibreOffice est parfait pour le particulier mais encore trop instable pour l’entreprise.

    • joe2x

      tout dépend du type d’utilisation. je ne fais jamais de macro mais en effet, c’est le bas qui blesse.

      il y aussi les tableaux croisées dynamiques
      c’est malheureux qu’en effet que ce soit pas encore ca pour les entreprises.

    • nicolaszc

      Je ne pense pas que ce soit une question de relation avec Microsoft.
      Sun contribuai a beaucoup de projets de logiciels libre, tandis qu’oracle a une politique totalement différente, même plutôt hostile aux logiciels libre.
      C’est ce qui a entraîné les forks LibreOffice et mariahDb.

  • InfinityHD

    « les failles de sécurité s’accumulent »
    il faut se calmer, c’est juste un logiciel de traitement de texte hein ..