Neutralité du net : Barack Obama milite pour un web neutre et ouvert

Date de dernière mise à jour : le 10 avril 2016 à 19 h 08 min

Le Président des Etats-Unis, Barrack Obama, a fait une déclaration pas plus tard qu’hier au sujet de la neutralité d’internet. Un débat de plus en plus présent autour du globe et qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Monsieur Obama s’est donc adressé à la FCC  (« Commission fédérale des communications »), on pourrait décrire ça comme l’ARCEP américain, pour leur dire de reclasser internet en tant que service « d’utilité publique » et par la même occasion d’assurer une neutralité d’internet pour protéger ses utilisateurs. Il l’a même qualifié de «service vital» et demande d’appliquer les dispositions du Communications Act de 1934 (Title II).

Cet objectif de Barrack Obama d’un Internet gratuit et libre changerait beaucoup de choses. Tout d’abord, c’est l’égalité de tous devant internet que Obama recherche, plus de priorisation, pas de blocage, ni de réduction de débit et plus de transparence de la part des FAI (Fournisseur d’Accès à Internet).

Sa demande ne s’arrête pas aux réseaux « fixes » mais aussi aux réseaux mobiles et il a explicitement dit de la Federal Communications Commission qu’elle devrait effectuer tous ces changements aussi sur les réseaux mobiles. Car le sans-fil c’est l’avenir et c’est ce vers quoi nous nous tournons tous.

Un tel projet est-il vraiment réalisable ? Internet reste internet, un vaste empire difficilement contrôlable et même si l’envie d’Obama est légitime et positive, son application quant à elle serait problématique.

Dans tous les cas, la Federal Communications Commission est une agence indépendante et la décision lui revient pleinement. Bien qu’une recommandation de la part du Président Obama pèse lourd, on ne peut pour autant être sûr de leur décision.

La neutralité d’internet est chaque jour remise en question et Barrack Obama vient de poser la première pierre de l’édifice qui est nécessaire même s’il est difficile. Nous ne pouvons qu’attendre de voir la décision de la Federal Communications Commission vis-à-vis de la demande d’Obama et voir ensuite ce qu’il s’ensuit.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • reef

    nos apprentis dictateur politique francais du ps et ump feraient bien de s en inspirer aussi!!!!

  • fun-evil

    enfin une bonne nouvelle pour notre liberté sur le net