MWC 2016 : Un scanner d’empreinte caché sous le verre de nos smartphones

La Mobile World Congress 2016 de Barcelone est aussi l’occasion de découvrir des avancées technologiques. L’entreprise Fingerprint Cards, spécialisée dans les scanners d’empreinte, et TPK, spécialisé dans les coques en verre, présentent le FPC 1268, le scanner capable de s’intégrer à même la structure d’un smartphone.

Les scanners d’empreinte digitale sont devenus la nouvelle norme en matière de sécurisation des smartphones : rendus populaires dans l’univers Android par le constructeur coréen Samsung, leur importance est désormais si reconnue qu’Android 6.0 Marshmallow a intégré la prise en charge native de ces solutions à même son système d’exploitation.

Cependant, pour la plupart des téléphones, cela requiert de faire de la place dans son design à un cadre servant à accueillir les capteurs. C’est pourquoi ils sont généralement cachés au sein du bouton accueil, comme sur le futur Galaxy S7. Mais ça ne sera bientôt plus nécessaire, grâce au FCP 1268 de Fingerprint Cards :

Grâce à ce nouveau capteur, l’intégration du scanner d’empreinte pourra se faire bien plus naturellement au sein des designs de smartphone Android. Ce scanner capacitif a en effet la possibilité d’être installé discrètement sous un écran en verre inactif, faisant qu’il pourrait être intégré sur les bords ou les dos de beaucoup de smartphones sans forcer un changement esthétique.

Le FCP 1268 fonctionne pour une couche de verre d’épaisseur comprise entre 300 et 400 µm. Il supporte toutefois le verre trempé et ne gênera pas donc la solidité des futurs téléphones. Ce nouveau scanner devrait être intégré à un appareil d’ici fin 2016, il est donc possible qu’on le voit appliqué à la prochaine vague de smartphone haut de gamme.

Fingerprint Cards en partenariat avec TPK fera une démo du FCP 1268 sur le salon du Mobile World Congress 2016, qui démarre dès dimanche avec la conférence LG. Notre équipe sera sur place et vous en donnera le meilleur en temps réel.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • coco

    De mémoire il me semble que Qualcomm dispose d’une techno de scanner à ultrason qui devrait permettre de se passer de bouton physique aussi? à confirmer

    • Benji

      En effet ! D’ailleurs je me demande pourquoi tous les appareils équipés du S820 n’ont pas de lecteur d’empreintes directement sur l’écran… ça aurait été un très bon argument de vente

      • coco

        oui clairement. Je ne savais pas que la techno était implémentait dans le 820 (peut être pas assez efficace pour l’instant) dommage…

      • Jonathan Véricain

        Les processeurs sont capables de gérer énormément de choses mais les constructeurs n’intègrent pas forcément tout. Question de licence et de coût. Mais il est vrai que voir ça sur un prochain Nexus serait vraiment pas mal !

        • coco

          Oui tout a fait d’accord avec toi mais si par exemple le 820 dispose d’un scanner d’empreinte à ultrason, pourquoi rajouter un capteur et une puce dédiée alors que le soc le permet (le G5 par exemple utilise une puce dédié ou la techno du futur 820? ça serait à étudier)

          • Jonathan Véricain

            Je vois où tu veux en venir. Mais c’est surtout que le S820 est capable de gérer la technologie, mais c’est pas forcément à Qualcomm de fournir les pièces permettant de gérer l’ensemble. C’est comme quand on dit que le S800 était capable de gérer la 4K, il faut bien le capteur derrière. Tu retrouves ce phénomène avec les Nexus. Le 6p fait de meilleures photos que le 5x alors qu’ils ont le même capteur, sauf que le S810 l’exploite mieux…
            Corrigez-moi si je me trompe.

      • Insomnia

        Peut être que la technologie n’est pas au poing tu pense pas ???

      • Atlas

        Le coût.

        • YoanJ

          Bah oui, ils vendent pas un S820 + capteur a ultrason gratuits les gars, et forcément comme dit Atlas, ca a un cout.

        • Benji

          Il serait largement rentabilisé par tous les nouveaux clients que ça attirerait

          • Atlas

            Si c’était aussi simple on aurait des téléphones avec beaucoup d’autres technologies de pointe qui existent déjà. Non, c’est juste le coût, le composant est probablement trop cher encore.