Microsoft remporte une victoire minime contre Motorola

Maj. le 18 octobre 2017 à 19 h 54 min

Et après Apple et HTC, c’est au tour de Microsoft de remporter une victoire contre Motorola dans une affaire qui opposait les deux firmes pour violation de brevet. Une victoire toutefois partielle car si Redmond accusait le constructeur américain d’avoir violé sept brevets lui appartenant, c’est seulement la violation d’un seul que l’International Trade Commission a reconnu, invalidant ainsi la violation des six autres.

Une victoire vraiment minime dans le sens où Motorola pourra facilement trouver une parade en retirant de ses appareils la fonctionnalité incriminée, tout comme HTC avec Apple.

A noter qu’il s’agit toutefois d’une décision préliminaire, la décision finale devant être rendue seulement à la date du 20 avril 2012. Ce qui ne semble pas effrayer le constructeur américain qui vient tout juste de publier un communiqué de presse dans lequel il exprime avec détermination sa volonté de revendiquer ses droits face à Microsoft

Retrouvez toutes l’actualité du conflit Microsoft vs Motorola sur nos pages Facebook et Twitter.

Réagissez à cet article !
  • Boris

    Il portait sur quoi le brevet ?

  • hiroko

    Le brevet violé par Motorola permettrait d’envoyer des invitations à des contacts pour des rendez-vous, tout cela depuis son smartphone, puis s’assurer que la demande a bien été reçue par le destinataire…

    La fonction vitale par excellence lol

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Bitcoin : son prix pourrait atteindre 400 000$ d’ici deux ans !

Le cours du Bitcoin n’est pas prêt de s’arrêter de grimper ! Selon une analyse de Ronnie Moas, la cryptomonnaie va bientôt s’imposer comme la monnaie d’échange la plus précieuse du monde, devant l’Or et l’argent. Que conseille cet analyste ?

Bitcoin : la France veut réguler la cryptomonnaie

La France demande une régulation du Bitcoin. Représentant un « risque spéculatif » qui met en danger la « sécurité des épargnants », la cryptomonnaie servirait aussi au financement du terrorisme et au blanchiment d’argent.