Microsoft mise sur le cannabis pour augmenter ses revenus

Après son Windows 10, Microsoft préparerait-il le Windows Spliff ? Il semble en tout cas très intéressé par l’économie du cannabis légal aux Etats-Unis, et vient de devenir collaborateur d’une startup qui se spécialise dans son économie.

La vente et la consommation de cannabis restent illégales en France, mais ce n’est pas nécessairement le cas des autres pays. En bons frontaliers, nous savons déjà qu’Amsterdam et l’Espagne ont des politiques bien plus souples en la matière.

Aux Etats-Unis, c’est Etat par Etat que la légalisation se fait, et le mouvement est massif. Et comme de plus en plus de monde sont sur la corde à linge, Microsoft est bien tenté de pass’ le oinj’ désormais et annonce sa collaboration avec une nouvelle startup.

KIND Financial ,comme elle se nomme, est une jeune startup américaine spécialisée dans les transactions sécurisées de cannabis. Sa nouvelle solution Agrisoft Seed to Sale for Government se focalise sur la collecte et l’analyse des données de transactions de cette chère Marie Jeanne.

Le but ? Faciliter au gouvernement américain et aux organismes de contrôle et de régulation de son usage leur travail en fournissant directement des outils clés en main. Et Microsoft a annoncé que ceux-ci rejoindraient leur nouveau département dédié à la santé.

L’entreprise leur aura tapé dans l’oeil pour une raison très simple : non seulement il s’agit d’une industrie en pleine expansion, mais leur solution utilise les services cloud Azure devenus le principal moteur de croissance du développeur.

Une nouvelle acquisition de l’américain qui va vers la diversification. Après que celui-ci ait racheté LinkedIn pour asseoir sa position sur le secteur professionnel, le voilà qui prend contrôle de l’aspect financier d’une industrie dont les consommateurs ont plutôt tendance à ne pas apprécier les valeurs du capitalisme. O douce ironie quand tu nous tiens, mais Microsoft a le nez fin sur l’affaire.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article