Mastodon : 5 choses à savoir pour comprendre et maîtriser le réseau social

Mastodon vient de sortir, mais peut paraître quelque peu compliqué de prime abord. Voici donc les points les plus importants à savoir sur le réseau social : sa philosophie, sa manière de fonctionner et tout ce que vous pouvez faire sur l’alternative libre, sans pub et open source de Twitter, Facebook et consorts pour vous libérer de leurs chaînes.

Mastodon

Les réseaux sociaux. Devenus pierre angulaire de notre consommation de contenu sur le net, ils sont aujourd’hui aussi importants que les moteurs de recherche comme Google pour trouver un article, une vidéo, une musique qui nous importe.

Toutefois, ils ne sont pas sans défaut, ni sans perspective d’évolution. Pas étonnant que beaucoup s’y essayent ces dernières années. Le dernier en date n’est autre que Mastodonte, qui reprend les principes de Twitter en y ajoutant une philosophie intéressante. Zoom sur le nouveau venu.

Mastodon, c’est avant tout une philosophie

Rien d’étonnant à ce que l’éléphant emblème du site s’affiche en compagnie de petits oiseaux : il doit beaucoup à Twitter dont il reprend l’essentiel des fonctionnalités. Les tweets deviennent des Pouets (ou Toot en VO), les RT deviennent des ReToot, mais le fait de suivre des utilisateurs pour remplir sa timeline classée chronologiquement est toujours présent.

Mais Eugen Rochko, créateur de Mastodon, a bien plus en tête que de réaliser une simple copie carbone de Twitter. En effet, ce projet est né en réaction aux déclarations de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, sur la place qu’il souhaitait accorder à son réseau à l’avenir.

Face à la « communauté mondiale fonctionnant pour tout le monde » voulu par celui-ci, monsieur Rochko critique la centralisation des réseaux sociaux. Lorsque vous vous connectez à Facebook ou Twitter, vous ne vous connectez finalement qu’à un serveur unique. Si celui-ci tombe en panne, plus personne ne peut utiliser le service.

Mais en prime, ce site peut agir comme bon lui semble avec vos données, vos paroles, et sévir pour n’importe quelle raison. Pour Eugen Rochko, l’avenir d’internet n’est pas dans la centralisation vue comme impérialiste, bloquant la construction d’un projet ou d’une communauté : il est dans la fédération.

Les instances de Mastodon, pour fédéraliser internet

La grande nouveauté de Mastodon est son système d’instance. Mais c’est aussi sa plus grande faiblesse, puisqu’il s’agit de la fonctionnalité la moins facile à comprendre du système. Nous allons vous l’expliciter du mieux que nous le pouvons.

En vérité, Mastodon n’est pas qu’un simple site internet accessible via l’adresse Mastodon.social. Il est aussi un logiciel permettant de créer son propre site Mastodon en l’hébergeant sur son propre serveur.

C’est la fameuse « fédération » voulue par son créateur : quiconque peut créer son serveur, décrit comme une « instance » par le service, pour avoir son propre réseau social ayant la forme que l’on veut avec les personnes inscrites que l’on souhaite.

Vous souhaitez créer une petite communauté entre amis, utilisant le microblogging pour se parler entre eux ? Aucun problème. Vous êtes une entreprise et voulez un réseau social interne ? C’est tout à fait possible. Vous voulez tenter de concurrencer Facebook directement et laisser porte ouverte à n’importe qui ? Là encore, faites comme bon vous chante.

Toutefois, par défaut, ces nouvelles instances seront reliées entre elles. Vous pouvez interrompre ce lien, mais la volonté est très simple : permettre aux utilisateurs d’une communauté spécifique d’interagir avec la communauté globale, et inversement.

Concrètement : vous utilisez Mastodon.social, l’instance principale créée par Eugen Rochko. A partir de celle-ci, vous pouvez parfaitement discuter avec les utilisateurs de la plateforme Octodon.social, une des nombreuses instances disponibles, et suivre les posts de ses membres. L’inverse est également tout à fait possible.

Toutefois, vous vous êtes inscrits sur Mastodon.social à l’origine. De ce fait, si cette instance devait fermer, votre compte le serait également. Vous êtes dépendant de votre instance de départ sur cela, et également pour la timeline publique qui vous est accessible.

Vous pouvez retrouver une liste non exhaustive des instances déjà créées avec Mastodon par ici.

Mastodon reprend l’interface de Tweetdeck, avec une nouveauté

L’interface de ce nouveau réseau social sera familière à bon nombre de ceux qui utilisent déjà Twitter, puisqu’elle reprend les grandes lignes de Tweetdeck. Le site est organisé en colonne : la première est celle vous permettant de « pouetter » (tweeter) votre message, en y incluant un média quelconque.

La deuxième représente votre timeline. Organisée chronologiquement, comme aux premières heures de Twitter, elle vous montre les derniers messages postés par les personnes que vous suivez, ainsi que les « RT » de ceux-ci.

La troisième représente vos notifications : les réponses à vos « pouets » (tweets) tout d’abord, mais aussi les personnes qui vous suivent et les pouets qui ont été mis en favori par les autres utilisateurs. Là encore, l’affichage est chronologique.

C’est la quatrième et dernière colonne qui différencie le réseau social, puisqu’il intègre également un flux d’actualité global, local ou mondial. De quoi voir les pouets du monde entier, mais qui est limité à l’instance que vous utilisez.

C’est dans cette dernière colonne que la différence se fait entre les différentes instances du réseau. Ainsi, si vous choisissez de rejoindre une instance dont la préoccupation principale est la cuisson parfaite de la choucroute alsacienne, cette timeline globale sera naturellement orientée sur le sujet. Vous pouvez choisir de ne pas y apparaître, si vous le souhaitez.

Mastodon est gratuit, libre, sans pub, et open source

La plus grosse particularité de Mastodon est bien évidemment d’être totalement gratuit, libre et open source. Quiconque est donc libre non seulement de créer son propre serveur Mastodon, mais aussi de modifier le code du logiciel à sa guise pour lui rajouter des fonctionnalités ou lui faire prendre l’apparence qu’il souhaite.

Cela amène également une autre considération : le réseau social n’est pas amené à héberger de la publicité en soi comme Facebook et consorts, et n’a aucun projet financier en tête. Aussi, vous êtes certains de ne voir aucune pub arriver sur les réseaux créés avec cet outil.

On pourrait toutefois à l’avenir voir arriver un nouveau réseau social basé sur le code de Mastodon, avec de nouvelles subtilités et de nouvelles fonctionnalités. Ou même certains serveurs devenir payants. Mais dans sa forme basique et sa philosophie actuelle, vous ne le subirez jamais.

Mastodon est disponible sur mobile

Mastodon Twitter

De nos jours, il est difficile d’être un réseau social sans avoir d’application mobile, les smartphones étant les premières plateformes utilisées pour interagir avec ses amis qu’importe la forme du message.

La nature de Mastodon fait qu’il n’a pas d’application officielle à proprement parler. L’utilisation de ses API est elle aussi entièrement libre, permettant à n’importe quel développeur de créer son application pour naviguer sur le réseau social.

Sur Android, de nombreuses applications existent déjà malgré la jeunesse du réseau, la plupart en accès anticipé : Mastodroid, 11t, TootyFruity… On vous conseillera pour le moment Tusky, disponible par ici :

Gardez toutefois en tête que le réseau est aussi jeune que ces applications : des bugs sont à prévoir autant que des serveurs parfois surchargés. La situation s’améliore toutefois de jour en jour.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
5007af4f8d066a3f55d6e21d4414083fllllllllllllllllll