Mariage Orange-Bouygues : Martin Bouygues accuse Free d’être responsable de l’échec

Date de dernière mise à jour : le 4 avril 2016 à 13 h 25 min

Vendredi soir, Orange et Bouygues annonçaient que leur mariage n’aurait finalement pas lieu. Le PDG de Bouygues Telecom, Martin Bouygues, est revenu sur cet échec dans les colonnes du Figaro. Il nous explique pourquoi il n’a finalement pas vendu son bébé à Orange.

Initié il y a environ trois mois maintenant, le mariage entre Orange et Bouygues Telecom n’aura pas lieu. Malgré des négociations qui avaient bien avancé et des accords trouvés, l’opération n’aura finalement pas trouvé d’issue positive. Martin Bouygues était pourtant prêt à faire des concessions mais pas à brader son bébé. Nous restons donc sur un marché à quatre opérateurs.

Cette opération de rachat ayant fait couler beaucoup d’encre, Martin Bouygues a tenu a s’expliquer sur l’échec du mariage qui était pourtant en bonne voie. Il a accordé une interview au Figaro dans laquelle il aborde tous les points importants de ce rendez-vous manqué. Après l’échec du rachat par SFR en 2015, Orange n’y arrive pas non plus. Mais alors pourquoi Martin Bouygues a-t-il finalement fait marche arrière ? Ses réponses.

Quatre à négocier, trois à vouloir aboutir

Martin Bouygues l’assure, il n’a jamais caché son jeu dans cette opération qui se serait révélée historique si elle avait abouti. Ceux qui ont cru qu’il ne jouait pas franc jeu se sont trompés sur lui. Et il l’affirme sans filtre :

Certains ont cru que je bluffais et que je négociais dos au mur. C’était stupide et même puéril de le penser.

Toutes ses conditions, Martin Bouygues les avait exposées clairement dès le début des négociations. Le PDG du troisième opérateur français souhaitait garder une place importante sur le marché des télécoms même après le rachat, et surtout ne pas faire de dégât sur le terrain de l’emploi. Il explique :

Ma première préoccupation, essentielle, était le maintien des emplois et du statut des salariés de Bouygues Telecom. La deuxième, c’était que je crois dans l’avenir du secteur des télécoms et que je souhaitais que le groupe Bouygues demeure un acteur dans ce secteur, et donc qu’il trouve sa place d’actionnaire chez Orange. Ensuite, je demandais que le montant de l’opération soit proche de l’offre que nous avait faite Patrick Drahi il y a un an. Enfin, Bouygues ne devait pas assumer seul le risque d’exécution. Toutes ces conditions, je les ai exposées, très clairement, dès le départ. Il n’y avait aucun malentendu possible.

Si le mariage n’a pas abouti, c’est notamment selon lui parce que l’un des acteurs des négociations n’a pas vraiment fait d’efforts pour que le mariage fonctionne. Sans donner de nom, Martin Bouygues laisse entendre que l’un des quatre opérateurs voulait un maximum davantage en prenant un minimum de risques. Selon le Figaro, il s’agirait de Free Mobile.

Si nous étions quatre à la table des négociations, nous n’étions que trois à vouloir aboutir. Manifestement, l’un des protagonistes nourrissait l’ambition d’avoir le maximum en payant le minimum, tout en gardant la possibilité de se retirer. – Martin Bouygues –

Ce n’est pas l’Etat qui a tout fait capoter

Contrairement à ce que l’on pouvait lire avant le dernier Conseil d’Administration d’Orange et de Bouygues, ce n’est pas l’Etat qui a tout fait capoter. C’est en tout cas ce qu’explique Martin Bouygues, qui estime que si tous les opérateurs avaient réussi à trouver un point d’entente, la question de la place de l’Etat n’aurait été qu’un détail de la négociation qui aurait été réglé rapidement. Néanmoins, le PDG du groupe Bouygues reste étonné de la réaction de l’Etat. Il explique au Figaro avoir « trouvé très étranges » les exigences de Bercy.

Qu’entend-il par « très étranges » ? On ne le sait pas vraiment. Mais il est vrai que la position de l’Etat était pour le moins douteuse. Si dans un premier temps il ne semblait pas opposé à un mariage, il a clairement fait part de mauvaise volonté par la suite.

Selon certaines sources proches du dossier, c’est Emmanuel Macron qui se serait montré inflexible. Il aurait été intransigeant sur la part qui devait revenir à l’Etat dans ce deal et ne voulait pas passer sous la barre des 20% de part d’Orange. Sans compter les exigences de restrictions à l’encontre de Bouygues Telecom après le rachat. Bizarre.

Si nous étions parvenus à un accord entre les quatre opérateurs, ce sujet-là aurait fini, je l’imagine, par trouver sa solution.

Malgré l’échec de l’opération, Martin Bouygues reste positif et explique que le groupe Bouygues a les ressources nécessaires pour se développer sur un marché à quatre opérateurs. Il conclut son entretien en mettant en avant les qualités du réseau Bouygues Telecom qui est l’un des meilleurs du marché et souligne que le groupe a réussi à trouver un équilibre au niveau des coûts sans dégrader sa qualité de service. C’est une chose que n’a pas réussi à faire Patrick Drahi par exemple avec SFR.

S’agissant de Bouygues Telecom, je ne suis pas inquiet. L’entreprise est parfaitement viable dans un marché à quatre. Elle est la première à avoir fait des efforts de rationalisation, considérables. Sa structure de coûts est une des plus basses du marché, et elle a l’un des meilleurs réseaux mobiles. Le premier trimestre témoignera de notre croissance à la fois dans le fixe et dans le mobile. Nous avons, avec les cash-flows et la puissance du groupe Bouygues, les moyens nécessaires pour investir et continuer de développer Bouygues Telecom.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • christophe poupon

    On en reparle dans un an ou un peu plus … Je précise que je suis sur le réseau BT et que cela fonctionne très bien !

    • sekai

      C’est sur qu’on capte bien! mais quel débit de m***** et pourtant je suis sur l’IDF, je sais pas pourquoi il y a un tel engouement pour BT

      • MaGiiC

        Encore une fois, ça dépend des régions, mais bon, j’ai fait Paris Boulogne Sur Mer avec B&You, j’ai eu de la H+ 4G sur quasiment tout le trajet. Meilleur opérateur selon moi, le plus équilibré en ville comme à la campagne par chez moi. En étant passé par Free & Orange avant.

        • sekai

          Ben en restant sur Paris et Banlieue, je capte bien la 4G h+ et compagnie mais le débit est vraiment ridicule… 0.56Mbps en Down et 7.05 Mbps en UP… Le meilleur que j’ai testé à ce jour sur Paris et Banlieue est Sosh… Free a un débit correcte mais bon, on perd la connexion toutes les minutes si on est dans un bus/métro

        • espiondudimanche

          Pour ajouter de l’eau au moulin…
          J’ai Sosh 5Go et B&You 20Go sur le même tél.
          En campagne, c’est kif kif avec une petite avance pour BT qu’on capte mieux dans des coins vraiment reculés (en Bretagne).
          Sinon au niveau débits, je fais régulièrement des tests sur speedtest et je dois dire que c’est assez équivalent.
          En même temps pour 10€ et 1€49, c’est vraiment parfait ^^

  • NafN

    De belles photos de TERRORISTES !

  • Leroymerlin1

    Ca me fait rire les PDG qui râle parce que un autre PDG veut le maxi en payant le Minimum, parce que Bouygues la il voulais pas tiré le Maxi d’orange peut être…?

    Ils ont chié sur Free depuis 3 ans, alors il leur rends juste la pareil ^^, puis mdr le « l’entreprise est viable » bah oui c’est connu tout les grand PDG se séparent d’une entreprise qui engrange un max…

    • Angelneo

      C’est ça. Donc en gros selon lui, il fallait acheter sans concession. Non mais mec, si tu vends, tu fermes ta gueule point barre. Le mec va chercher à négocier, tu n’es pas en position de force :O
      Bon ok la situation de bouygues est largement meilleur que SFR

      • Tony Fiant

        Cela ne marche pas comme ça à ce niveau là. Ce n’est parce que tu vends que tu es en détresse et le vendeur a tout autant de latitude de négociation que l’acheteur qui n’est pas en position de force puisqu’il est intéressé.
        Il n’y a jamais de plus fort dans une vente sauf si l’un des 2 a une raison vitale de la transaction.
        Les enchères avec prix de réserve sont un bon exemple

        • Angelneo

          tout à fait mais ici bouygues est limite en detresse… C pas pour rien qu’il recherche un reprenneur…
          Sauf que ce monsieur veut le beurre, l’argent du beurre, la cremière et le cul du crémier si possible… Trop gourmand.
          Bof toute façon, ses amis de droite l’aideront en 2017 comme sous sarko

          • Antonio

            n’importe quoi ! c’est Free qui ne veut que le beurre, l’argent du beurre et la crémière. ça a toujours été le cas ! S’il veut vendre c’est parce que c’est pour le bien de tous. 3 opérateurs = plus de marge. Tandis qu’à 4, ils sont tous fragiles et exposés à la consolidation mondiale. Donc si c’est pour le bien de tous, il est du devoir de Free de faire des concessions aussi comme les autres, puisqu’il en bénéficie.

          • Angelneo

            Bah en l’espèce free demandait juste des garanties en cas d’annulation des supports aux antennes… Je pense que c’était une condition acceptable de dénoncer un contrat qui te coute X milliards et qui devient caduque à cause du droit de regard des immeubles/propriètaires.

  • toutenkamion

    Il prend vraiment les gens pour des cons, mettre l’échec des négociations sur le dos de Free alors que c’est le gouvernement qui n’a pas cédé à ça demande de participation. Et là, j’ai éclaté de rire: « Ma première préoccupation, essentielle, était le maintien des emplois et du statut des salariés de Bouygues Telecom »

    • Angelneo

      vu qu’il aime pas free enfin niel, c’est pas étonnant que ce soit la faute de free hein. C’est juste un gamin a qui on a enlevé son os à ronger.

    • Antonio

      en quoi ça te fait éclaté de rire ? tu penses qu’un PDG n’a pas d’âme ? ou de morale ? tu n’es qu’un jaloux

  • Silver

    Que les discussions absurdes des lecteurs ignorants commencent !

  • Jimbo

    Le mec il veut se faire racheter mais veut garder une place importante dans les decision ? Heee, c’est qui qui rachète l’autre ? lol
    En plus il n’a pas réussi à revendre BT à Drahi il y’a un an et veut que Orange offre la même chose ? Mais il sait faire du business le gas ? Avec un passif pareil n’importe qui sait qu’il peut proposer moins, si tu arrives pas à vendre ta maison pour 100, un an après tu crois que tu peux sérieusement la vendre encore 100 ? XD

    • nicolaszc

      En 2015 Bouygues a gagné 769000 nouveaux clients, SFR en a perdu 1 millions.

      • Jimbo

        Il redit la même chose aujourd’hui, pourtant ça fait 2 fois qu’il essaie de vendre son entreprise… c’est jamais bon signe.
        Pourquoi vendre si ca te fait gagner de l’argent ? Juste pour te faire du Cash ? Cela veut dire qu’il t’en manque ailleurs… De plus ce servir de sa boite viable pour emprunter est bien plus judicieux que de liquider.

        Perso je trouve a louche, mais je ne suis pas un dirigeant du CAC40 lol

        • alfred

          Bah ça ne fait pas de l’argent justement… vous pensez que ça rapporte de l’argent, mais ce n’est pas du tout le cas. Il souhaite vendre pour sauver l’emploi des 7000 salariés Bouygues, tout en gardant un pied dans les télécoms car c’est sa passion. Suffit de connaitre l’histoire de Martin pour comprendre ça

  • nicolaszc

    A quoi bon débattre sur qui est responsable de cet « échec », alors que c’est juste excellente nouvelle pour nous consommateurs.
    Ce rachat aurai signer la fin de la guerre des prix et des licenciements massifs pour les employés de Bouygues télécoms.

    Le retour a 3 opérateurs se fera peut être un peu plus tard, lorsque SFR Numericable fera faillite.

    • alfred

      vous rigolez ? vous pensez que l’entrée de Free n’a pas généré des licenciements massifs ?
      Pour recruter il faut faire des bénéfices. A quoi ça sert d’avoir 4 opérateurs dont 2 qui ne font pas de bénéfices ???? vaut mieux avoir 3 qui en font beaucoup et embauchent, que 4 dans un secteur mort.

  • Richard Rance

    OUINNNNNN, il m’énerve le Romano, c’est sa faute, m’en fout je vais bruler le château, voila!!!!!

  • Teddy

    Merci Free ! Ils ont tout comprit sur ce coup ^^

  • jeremy vervoitte

    c est une bonne chose car je ne me serait pa vu sans bouygue il aurait juste fallu k il propose un mariage dans le meme genre de sfr numericable une seul entité mais quand meme avec 2 service et des offre differente le mariage complet n est pas interessant