Le marché des tablettes s’est encore effondré en 2015

Date de dernière mise à jour : le 3 février 2016 à 9 h 55 min

L’IDC nous dévoile aujourd’hui les chiffres de ventes des tablettes pour le dernier trimestre 2015 et l’ensemble de l’année. Et pour le cinquième trimestre consécutif, c’est la chute !

Globalement, le marché a reculé de 10,1 % entre 2014 et 2015 et la majeure partie des constructeurs en ont pris pour leurs grade. Les ventes de tablettes Samsung affichent un recul annuel de 16,1% et celles de l’iPad 21,8%. Apple reste leader et détenait toujours 24% du marché en 2015 mais le seul constructeur à avoir réussi à tirer son épingle du jeu, c’est Huawei qui affiche une croissance de 116,6% avec 6,5 millions de tablettes vendues en un an.

Si l’on observe le dernier rapport trimestriel de l’IDC, on retrouve les mêmes tendances mais de façon encore plus prononcée. Des ventes globales qui affichent un recul de 13,7% tandis qu’Apple et Samsung affichent respectivement une croissance négative de -24,8% et -18,1%, Huawei voit sa part de marché grimper et affiche une croissance annuelle de 124,6%.

Si Asus conserve la quatrième place sur le classement annuel avec 7,1 millions de tablettes écoulées en 2015, au dernier trimestre de l’année, il a totalement disparu du top 5 remplacé par Lenovo qui perdait sa troisième place, lui même pulvérisé par Amazon qui se hisse juste en dessous de Samsung avec 5,2 millions de ventes.

A quoi imputer cette baisse des ventes ? Tout d’abord aux phablettes qui ont littéralement tué les tablettes ces dernières années. En outre, il faut tenir compte du fait que le cycle de renouvellement des tablettes est plus lent que celui des smartphones. Mais ce ne sont pas les deux seuls facteurs. Si en 2015, 206,8 millions de tablettes se sont écoulés, 8,1 d’utilisateurs ont préféré craquer pour un hybride offrant à la fois la mobilité d’une tablette et la productivité d’un PC.

Un constat qui laisse penser que Xiaomi et Huawei ont bien vu car chacun des deux devrait lancer un hybride dans les prochains mois.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Thomas Didio

    On en vient au même point que pour les téléphones portables. Un manque d’innovation fait que les gens ne renouvellent pas leurs matériels. De plus il s’agit d’un objet qui selon moi passe après un téléphone au niveau de sa nécessité d’achat.

  • Tony Fiant

    Normal, rien de neuf à l’horizon.
    Les iPad se suivent et se ressemblent, pire encore que les iPhone.
    Quant aux autres acteurs, même chose.
    Ensuite, le secteur rétrécit : renouvellement du parc moins important, l’image de la tablette est socialement bien moins importante que celle du phone donc on garde plus longtemps, sur les petits formats, les phablettes grignotent des parts de marché et sur les grands formats, les prix délirants, l’absence de VRAI clavier et la concurrence des ultrabook grignotent aussi.
    Quant aux pseudo hybrides, tant qu’un constructeur ne sortira pas un VRAI pc portable (pas une MS surface), avec un écran de taille décente (au moins 13 pouces), un VRAI clavier de PC et un écran détachable qui devient une VRAIE tablette, cela ne marchera pas.
    Si, un jour, un tel appareil sort en 15, 16 ou même 17 pouces, j’achète direct et je ne pense pas être un cas isolé.

    • Alex P

      Bon courage pour porter ton écran 15 pouces à une main pendant que tu tapotes à l’écran de l’autre hein.
      Le concept que tu décris est inutilisable. L’orientation prise par lenovo et sa gamme Yoga (reprise par HP et asus entre autre) est bien plus pertinente pour intégrer un grand écran tactile tout en le mettant dans une position confortable à l’utilisation.
      D’autant plus que détacher l’écran, ça veut dire y intégrer batterie et puissance de calcul. Je suppose que quand tu met « VRAI » PC, tu penses à un proco un peu puissant. Donc il faut aussi le refroidir…
      Enfin, pour voir des hybrides, ça s’abîme. en particulier ceux ACER (que j’ai en horreur) avec des faux contact avec le clavier qui arrivent assez souvent au bout de 6 mois (Hop, clavier plus reconnu, on débranche et on rebranche l’écran!)

      Une autre façon de voir les choses, c’est celle du dock : Il faudrait concerter tous les constructeur pour mettre en place un doc compatible sur lequel on brancherais des vrai clavier, des vrai souris, d’autres écrans. Comme ça on se balade avec la tablette type surface pro (donc puissante étouétou mais sans vrai clavier etc) et arrivé à la maison ou au bureau, poum dans le dock.

  • Lecorbubu

    Je crois que l’article expose très bien les causes du recul des ventes des tablettes : cycle de renouvellement plus longs, démocratisation des phablettes. Les tablettes viennent apporter une nouvelle manière d’utiliser l’informatique, elle convient à un certain nombre de personnes mais pas à tous. L’effet de mode se dégonfle au passage ça ne veut pas dire pour autant que ce sont des produits relégués au placard et sans avenir. Juste que chacun est en train de prendre conscience que tel ou tel appareil est plus à même de répondre à ses usages et exigences. Tout le monde ne veut pas pas un hybride c’est faux. Il y a quantité de personnes qui se satisfont de la simplicité de la tablette et qui pour rien au monde ne veulent complexifier cet usage. D’un autre côté, certain voudront aller plus loin sans pour autant aller jusqu’au laptop complet. Enfin certains ne finiront pas d’avoir recours à de vrais ordinateurs sans nécessairement avoir besoin ou vouloir une fonction tablette. Les scénarios d’usages se sont démultipliés peut être faut-il arrêter de vouloir cantonner la même machine à tout le monde.