Malware WannaCry : la Corée du Nord est « directement responsable » accuse les États-Unis

Le malware WannaCry a été lancé par la Corée du Nord selon les États-Unis qui ont mené une enquête pour le déterminer. La terrible menace a fait couler beaucoup d’encre et a touché de nombreux pays et d’ordinateurs à travers le monde entier. Il était question de faire payer une rançon à des particuliers et des entreprises qui n’avaient plus accès à leurs outils informatiques à cause d’un cryptage de leurs données.

wannacry etats unis accuse corree du nord

La cyberattaque mondiale lancée en mai 2017 a causé beaucoup de tort à travers le monde entier. Lors du dernier décompte, il était question de 300 000 ordinateurs touchés à travers pas moins de 150 pays. Des établissements sensibles comme des hôpitaux ont parfois été touchés, paralysant une grande partie de leurs systèmes informatiques. Les États-Unis pointent du doigt la Corée du Nord qu’ils estiment être l’origine de ce fléau et qu’ils tiennent pour seul responsable. Le pays le plus fermé au monde jouit déjà d’une réputation particulièrement sulfureuse.

Malware WannaCry : la Corée du Nord est directement accusée par les États-Unis

Ce n’est pas la première fois que la Corée du Nord est ainsi accusé puisque le Royaume-Uni a déjà eu une réaction similaire suite à une enquête menée par les services secrets britanniques. Le spectre de WannaCry fait encore froid dans le dos aux nombreux États qui ont été touchés puisque la menace leur a coûté plusieurs milliards de dollars. Comme le relate le WashingtonPost, l’administration Trump a déclaré publiquement mettre tout en oeuvre pour contrer la capacité de la Corée du Nord à conduire de futures cyberattaques.

En conséquence, l’administration appellera tous les États responsables à contrer la capacité de la Corée du Nord à mener des cyberattaques et à appliquer toutes les sanctions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies.

De son côté, la Corée du Nord continue de nier toute implication au sujet de WannaCry. D’après le porte-parole de son gouvernement, cette démarche ne vise qu’à décrédibiliser davantage le pays, qui est déjà dans une situation précaire aux yeux de la communauté internationale. La Corée du Nord va très probablement avoir droit à de nouvelles sanctions dans les semaines qui viennent. Rappelons qu’aux dernières nouvelles, 6800 spécialistes sont formés à la cyberguerre dans le pays le plus fermé du monde. Espérons que des mesures seront prises rapidement pour leur empêcher de nuire une nouvelle fois.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !