Loi anti-Amazon : le senat vote la fin des frais de port gratuits

Date de dernière mise à jour : le 5 avril 2016 à 23 h 29 min

Une proposition de loi, déposée par des députés UMP, proposait que la loi Lang de 1981 sur le prix unique du livre intègre un nouvel alinéa. Celui-ci stipulait que dans le cas d’une livraison, le vendeur ne puisse pas cumuler la réduction autorisé de 5% ainsi que des frais de port gratuits. Les librairies indépendantes taxent ce genre de pratiques de « concurrence déloyale ». On peut les comprendre au vu de la situation financière de nombre d’entre eux.

Lors d’une séance hier soir au sénat, les élus ont voté la loi en première lecture à l’unanimité des suffrages exprimés. Celle-ci avait déjà été voté à l’Assemblée. Le but, à peine masqué, de cette nouvelle législation est de mettre des bâtons dans les roues des vendeurs en ligne, et principalement d’Amazon. Le texte de loi a ensuite été amendé par les sénateurs et va seconde lecture à l’assemblée avant que son adoption définitive soit promulguée.

Le sénat protège les librairies contre Amazon

L’un des amendement prévoit un délai de trois mois avant l’application du texte, afin de laisser le temps aux acteurs d’internet de procéder aux ajustements techniques et comptables. Les libraires traditionnels attendaient depuis longtemps un acte fort des élus nationaux sur cette situation. Ceux-ci ont dénoncé des mois durant le « dumping » effectué par Amazon.

De plus, notre pays dispose de 3500 librairies sur son territoire, un parc qui est l’un des plus importants du monde. 600 à 800 sont des librairies indépendantes et ne sont donc soutenues par aucun éditeur ou acteur tiers. A titre de comparaison, la Grande-Bretagne en possède 1000, nous sommes donc plus que concernés par ces nouvelles problématiques.

Toutefois, La ministre de la culture, Aurélie Philipeti déclare que « ce texte ne résoudra pas tous les problèmes des libraires. C’est une des pierres du plan librairie ». Celle-ci pense notamment aux problèmes de loyers et de fiscalité trop élevée. La ministre termine en disant qu’ « avec ce texte, nous apporterons une nouvelle pierre à l’économie du livre et à la régulation de ce secteur ». A notre humble avis, Amazon s’en tirera très bien malgré tout. Selon vous, faut-t-il à tout prix sauver les librairies traditionnelles ?

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Poulpy Chou

    Il est bien de protéger les librairies individuelles mais à mon avis, cette taxe est une solution de facilité ! Si ils se creusaient un peu plus la tête ils pourraient trouver quelque chose de plus constructif ! Par exemple baisser la tva pour les livres vendu uniquement en librairie

  • Antros Chain

    Ok ils font ça pour sauver les librairies. Seulement ils augmentent les paquets de cigarettes tout en donnant la possibilités d’acheter plus de paquet en Espagne. Résultat des buralistes ferment. Ils créent des caisses automatiques résultat des caissières perdent leur emploie. Donc avant de pénaliser les autres il faudrait peut être regarder ceux que l’on pénalise nous. L’informatique est certes génial mais c’est un grand destructeur d’emplois. Et un jour ou l’autre, buraliste, caissière, chauffeur de taxi, libraire, etc. Seront des métiers qui auront disparus. Bien sûr cela arrivera dans des centaines d’années mais ça arrivera.

    • moi

      Et de nouveaux métiers seront créés, pas d’inquiétude.
      Les conducteurs de calèche à chevaux n’existent plus aujourd’hui, est-ce gênant ?

      • Antros Chain

        Non ça ne l’ai pas. Mais il faut bien avouer que la technologie peut remplacer de très nombreux métiers.

    • Kawabonga

      c’est pas faux, mais pour l’achat des cigarettes à l’étranger c’est une directive européenne.

  • Stef80

    A mon avis, un coup d’épée dans l’eau. Est-ce qu’une personne ayant l’habitude de commander sur Amazon (ou autre), du jour au lendemain, va acheter ses livres en librairie ? C’est peu probable. Les libraires ne payent-ils pas leur manque d’anticipation du développement du e-commerce ?

    • Nailek

      C’est un peu comme le piratage. On nous bassine en disant que ça tue le marché du jeux video / film / logiciel (ce qui n’est pas forcément faux, pour les petits studios) sauf que est-ce que quelqu’un qui aurait piraté un certain jeu / film / logiciel, l’aurait acheté si y’avait pas la possibilité de l’avoir gratuit ?
      Je pense par exemple à Photoshop, logiciel extrêmement piraté, sauf que j’pense pas que 10% des personnes l’ayant fait l’auraient acheté.

      • Chris Scrolls

        il y a deux faces du piratage : ceux qui piratent pour pirater (trop chère , pas diponible ou encore pas de ressources financières) et ceux qui piratent pour tester . Seulement la loi est trop sévère , on devrais pouvoir telécharger « légalement » des produits dits piraté car , si je ne me trompe pas , dans le cas des jeux notament on a rarement de mise a jour et un support de jeu en ligne , on a donc pas tout le jeu par exemple ..

  • mabovitch

    Une fois de plus, defense des corporatismes passeistes. La France, toujours en retard d’une guerre !

  • ter1430

    Pourquoi les librairies indépendantes n’achètent t’ils pas leurs livres HT chez Amazon ?

  • Kawabonga

    Amazon va faire payer des frais de port de quelques cents pour justifier d’un payement pour la livraison.

  • Vaykadji

    Me faisant régulièrement livrer gratuitement en Belgique via Amazon.fr, moi je deviendrai quoi ?