Le Bon Coin répond à Nicolas Sarkozy et l’invite à une rencontre

Nicolas Sarkozy s’est fait remarqué la semaine dernière avec une sortie médiatique risible en déclarant qu’il ne connaissait pas le site Le Bon Coin. L’ancien Président de la République est devenu la risée du web. Le site d’annonces a réagi et a répondu à Nicolas Sarkozy. Il l’invite à une rencontre.

leboncoin repond sarkozy

L’information a fait le tour de la toile la semaine dernière. Lors d’une visite à Lyon pour parler de l’emploi, Nicolas Sarkozy s’est entretenu avec quelques chefs d’entreprises. Ces derniers ont expliqué qu’ils recrutaient de plus en plus leurs salariés sur le site Le Bon Coin. On connait la plateforme pour ses ventes de biens mais depuis maintenant un an et demi, il devient également une référence sur le marché de l’emploi.

Si la plupart des français connaissent ce site (même si tous ne l’utilisent pas), ce n’est pas le cas de l’ancien Président de la République qui a répondu aux patrons : « C’est quoi Le Bon Coin ? ».

Evidemment, les internautes se sont moqués de Nicolas Sarkozy sur les réseaux sociaux, soulignant le décalage entre les citoyens et les représentants politiques. Après un tel tapage, en toute logique, celui qui a gouverné la France pendant 5 ans a fini par s’exprimer. Ainsi, sur son compte Twitter, Nicolas Sarkozy a déclaré qu’il connaissait bien Le Bon Coin et l’a invité à parler d’emploi avec l’entreprise.

Le site n’a pas tardé à lui répondre et l’a invité à lui rendre visite pour discuter de ce thème si cher aux politiques. Le Bon Coin a accompagné son tweet d’une infographie expliquant en quelques chiffres à quel point il pèse sur le marché de l’emploi. Bien joué !

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Google est prêt à se censurer pour revenir en Chine

Google est prêt à renier ses principes pour revenir sur le marché chinois. La firme de Mountain View travaille sur un projet de moteur de recherche censuré qui serait accepté par les autorités du pays. Google y avait pourtant retiré…