Les jurés pourront bientôt visiter les scènes de crime en réalité virtuelle

La réalité virtuelle est partout mais qui aurait cru qu’un jour elle aurait sa place dans le domaine de la justice ? Pourtant, outre-Manche, elle est en train d’y faire ses premiers pas et pourrait bien révolutionner la manière dont les jurés appréhendent les affaires criminelles.

Il est toujours difficile de décrire le réalisme d’une scène de crime dans une salle d’audience, même avec des photos. Il arrive parfois que les jurés se déplacent sur les lieux mais ça reste une entreprise complexe et pas toujours possible. Et c’est là que la réalité virtuelle pourrait avoir un rôle à jouer.

Les membres du centre d’archéologie et du département sciences et criminalité de l’Université britannique de Staffordshire viennent de recevoir une subvention qui va leur permettre de financer leur prochaine mission : rechercher différentes façons d’enregistrer et de présenter des scènes de crime en réalité virtuelle. Grâce à la technologie, la scène de crime sera présentée d’une façon plus engageante, plus interactive et plus compréhensible.

Comme l’explique le professeur agrégé de médecine légale à l’Université de Staffordshire, Caroline Sturdy Colls qui dirige le programme, le but est ici d’appliquer des méthodes d’enregistrement numérique modernes à des enquêtes criminelles complexes.

« Les moyens traditionnels utilisés pour documenter, dessiner et photographier des scènes de crime peuvent être laborieux et ne fournissent pas d’issues appropriées pour la présentation en cour pour les non-experts. »

Ce projet ambitieux du nom de Dig For-Arch utilisera les technologies déjà employées pour les jeux en réalité virtuelle. Les jurés pourront ainsi visiter les scènes de crimes à l’aide de casques de réalité virtuelle comme l’Oculus Rift. On notera que la plupart des services juridiques semblent favorables à ce projet, à commencer par la police. Le chef de la police du Staffordshire, Simon Tweats déclare d’ailleurs que l’utilisation de cette technologie pourrait s’avérer inestimable pour le secteur juridique.

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article