Les jeux vidéo ne sont pas assez chers assure un analyste

Maj. le 21 novembre 2017 à 16 h 50 min

Evan Wingren n’a pas peur d’être à contre-courant. Selon cet analyste de la banque KeyBanc, les prix des jeux vidéo sont relativement bas comparé aux autres divertissements. Il estime que les éditeurs devraient augmenter leurs prix. Une position osée alors que la polémique des micro-transactions sur Star Wars Battlefront II bat son plein.

star wars battle front 2

Les jeux vidéo ne sont pas vendus assez chers. C’est en tout cas l’opinion d’Evan Wingren, analyste chez la banque KeyBanc. Selon lui, les jeux vidéo devraient coûter plus chers qu’actuellement car ils offrent un ratio prix/temps de jeu trop élevé comparativement à d’autres industries. « Si vous prenez du recul pour examiner les chiffres, une heure de contenu de jeu vidéo reste encore l’une des formes de divertissement les moins chères. Une analyse quantitative montre que les éditeurs de jeu facturent les joueurs à un tarif relativement bas, et qu’ils devraient certainement augmenter les prix », estime-t-il.

Les jeux vidéo pas assez chers?

Une sacrée provocation alors que le débat sur les microtransactions n’a jamais été aussi virulent. EA a été contraint de retirer les microtransactions sur Star Wars Battlefront II face à la colère des joueurs. Une décision poussée par Disney et due à une « réaction excessive » des gamers sur les réseaux sociaux et plus particulièrement Reddit. Evan Wingren assure même que la suppression de ces microtransactions peuvent susciter un risque pour l’industrie vidéoludique. Ce n’est pas l’avis des autorités de plusieurs pays comme la Belgique, qui avait ouvert une enquête sur le système de loot boxes des jeux Star Wars Battlefront II et Overwatch. Les titres de EA et Blizzard étaient menacés de requalification en jeux de hasard et donc d’une amende voire d’une interdiction de vente pour avoir commercialisé leur produit sans autorisation. En France, c’est le sénateur Jérôme Durain qui a mis en garde l’Arjel contre ces dérives, regrettant « le développement de pratiques dites de pay to win ».

Alors, l’industrie du jeu vidéo est-elle en danger si les jeux se maintiennent aux prix actuels et que les microtransactions sont retirées, comme le déclare Evan Wingren ? Il existe un contre-exemple parfait à sa théorie avec CD Projekt Red. Le développeur de The Witcher a connu un immense succès et des ventes exceptionnelles avec sa trilogie The Witcher, qui aura son adaptation en série TV. Sa recette? Du contenu en quantité et en qualité proposé à un prix tout à fait décent. Sorti en 2015, The Witcher III : Wild Hunt et ses DLC Hearts of Stone et Blood Wine sont régulièrement en promotion autour des 25 euros, pour plus d’une centaine d’heures de jeu et une campagne scénarisée épique. En plein développement de son nouveau RPG futuriste Cyberpunk 2077, CD Projekt Red a d’ailleurs profité des polémiques actuelles pour rassurer les gamers et critiquer la politique de ses concurrents sur Twitter. « Pas d’inquiétude. Quand vous pensez CP2077, pensez TW3 – un immense contenu solo, un monde ouvert, un RPG narratif. Pas d’entourloupe, vous aurez ce pour quoi vous avez payé – pas de bullshit, juste un jeu honnête comme l’est Wild Hunt. Nous laissons l’avidité aux autres ».

Réagissez à cet article !
  • lechariotdor

    Il va se faire des potes lui

  • Spitfire

    Mdr sans compter les DLC monsieur…

    • MIDORIJIN

      Surtout les dlc payant déjà présent sur les cd (comme ce fut le cas pour le SF4 il me semble)

  • Kinnay Ezrodel

    Le genre de truc à écouter ; et après qu’il ne s’étonne pas qu’il y ait autant de piratage.

  • Krayia

    Sony voulais mettre les jeux à 90€ … aujourd’hui un jeu complet avec le seasson pass est à combien ? Entre 120 et 150€

    Faut arrêter à un moment que les éditeurs passent au full demat je suis d’accord car le marché de l’occasion c’est comme du piratage mais si je passe au demat je veux du 30€ day one sur les AAA

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Nintendo Switch : bilan après 9 mois, faut-il craquer pour Noël ?

2017 a été marqué par la sortie de la Nintendo Switch. La toute nouvelle console de Big N était très attendue par les fans. Nous l’avons utilisée pendant 9 mois. L’heure du bilan est arrivée avant de savoir s’il faut l’acheter ou non pour Noël.