Jeux vidéo : les ados qui jouent en ligne ont de meilleures notes !

Qui a dit que les jeux vidéo pouvaient ruiner la scolarité des joueurs ? Les parents ? Figurez-vous qu’ils se trompent. Une étude vient de démontrer que les ados qui jouaient en ligne avaient de meilleures notes. En revanche, les accros aux réseaux sociaux filent sur une mauvaise pente.

C’est l’économiste australien Alberto Posso qui a trouvé cette corrélation entre la pratique des jeux vidéo , la fréquentation des réseaux sociaux et les résultats scolaires. Dans une étude publiée dans l’International Journal of Communication, il explique avoir étudié les résultats au test Pisa de 12 000 élèves australiens âgés de 15 ans.

Le test Pisa se base sur les performances en culture scientifique, mathématiques et compréhension écrite. D’autres facteurs comme l’environnement familial et les pratiques des étudiants sont également pris en compte. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les jeux vidéo ne sont absolument pas néfastes pour la réussite scolaire. Bien au contraire.

Les ados qui jouent en ligne ont de meilleures notes

Alberto Posso écrit donc dans son étude que « les étudiants qui jouent à des jeux en ligne ont de meilleurs scores » dans tous les domaines testés par Pisa. L’économiste explique qu’il est possible que « les compétences associées au jeu en ligne soient corrélées aux connaissances et compétences nécessaires en maths, sciences et compréhension de l’écrit ».

Pour faire simple, certains jeux nécessitent de faire fonctionner sa logique, parfois des compétences mathématiques, ou de résoudre des énigmes. Par ailleurs jouer favorise la recherche d’informations ou encore la compréhension narrative grâce aux scénarios des jeux. Les aptitudes nécessaires dans le jeu favorisent donc l’apprentissage scolaire.

Autre bonne nouvelle pour les joueurs, la fréquence de jeu a aussi son importance. Les ados qui jouent « presque tous les jours » et non pas de temps en temps ou une fois par semaine ont de meilleurs résultats. Mais attention, le « presque » est extrêmement important ici. Car ceux qui jouent tous les jours et de manière assidue sont très distraits et leur résultats en pâtissent.

Glander sur Internet en revanche…

Si les jeux vidéo sont bénéfiques pour les résultats scolaires, on ne peut pas en dire autant de la pratique des réseaux sociaux. Selon l’étude, les ados qui « utilisent Facebook ou tchatent quotidiennement » ont une note en maths inférieure de 4% à la moyenne nationale.

Et il ne s’agit que d’une moyenne. Car l’étude révèle également que plus les ados passent du temps à glander sur les réseaux, plus leurs résultats se dégradent. C’est valable pour les maths mais aussi pour les sciences et la lecture. Selon Alberto Posso, cela peut être dû au fait que les ados sont souvent distraits en utilisant les réseaux quotidiennement et qu’une fois en classe leur capacité de concentration est altérée.

Attention, tout n’est pas figé

Alberto Posso tient tout de même à nuancer les résultats de l’étude. Jouer aux jeux vidéo en ligne ne suffit pas à améliorer les résultats. Tout comme les réseaux sociaux ne sont pas seuls responsables de mauvaises notes.

Il explique par exemple que les jeux vidéo violents ont une mauvaise influence sur les élèves. Ces nuances amènent l’économiste à proposer aux gouvernements d’intégrer le jeu dans le système éducatif. Car selon lui, « le potentiel des jeux en ligne en termes d’impact positif sur l’apprentissage en sciences, en maths et en lecture semble mériter d’être étudié de plus près« .

Dans tous les cas de figure, cette étude chasse bien des a priori concernant la pratique des jeux vidéo, ce qui est plutôt une bonne chose. En revanche, l’utilisation des réseaux sociaux est encore une fois remise en question. Des études ont déjà démontré des effets néfastes dans le développement psychologique des adolescents.

   Suivez nous sur Facebook   


  • Mots-clés

Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • French Epic Gaming

    Les jeux vidéos ont déjà fait leur preuve pour expliquer , illustrer certaines notions en cours, c’est le cas du jeu de simulation Kerbal Space Program.
    Les jeux vidéos sont bons , car motivant pour l’élève , le détress , tant qu’il occupe pas une place trop importante il peut qu’être bénéfique en théorie.
    En pratique , ça dépend des jeux et des individus.
    On aurait probablement pas eux les mêmes résultats en France par exemple.

  • Jérémie

    Ca me fait toujours autant délirer ces « études ».
    Ce ne sont que des ramassis de pseudos conclusions non étudiées et sans apport scientifique…
    Si on prend le problème dans l’autre sens, on obtient :

    – Les élèves les plus doués à l’école se consacrent à leur apprentissage et ne jouent pas aux jeux vidéos et ne trainent pas sur les réseaux sociaux.
    – Les élèves ayant un niveau correct sont attirés par les jeux vidéo en ligne mais sont capables de trouver un équilibre en ne jouant pas trop
    – Les élèves en échec scolaire passent leur temps à jouer aux jeux vidéo ou sur les réseaux sociaux…

    Ils confondent causes et conséquences et le pire, c’est que c’est que ces « résultats » sont relayés sans aucun discernement….

    • alchi

      Parfaitement d’accord. Et on peut ajouter une chose à cette étude. Il n’y a aucune précision sur le temps passé à jouer. J’adore les termes « presque tous les jours » et « de temps en temps ». Ca veut dire quoi ? 6 jours sur 7, 5 jours, 4 ? Et 10 min par jour, 1h, 4h ? Une étude se doit d’être précise pour être prise au sérieux.

      Sans faire une étude, je peux vous dire qu’à niveau équivalent, un élève qui révise sa leçon d’histoire (je prend cette matière volontairement puisque l’étude ne l’a prend pas en compte) aura une meilleure note qu’un élève qui joue en ligne :)

  • Nileju Oo

    Qu’ils aient d’aussi bonnes notes que les autres je veux bien, mais des meilleurs…

  • Reydin

    Ça tranche vachement avec la vision que la plupart des gens ont des jeux vidéo en France, à savoir qu’ils rendent violent, ils abrutissent le joueur et ne sont qu’une perte de temps.