Une femme condamnée pour avoir téléchargé 11 films, sans avertissement d’Hadopi

Parmi ceux qui téléchargent illégalement il y a les bons gros bourrins qui connaissent toutes les tactiques, et puis ceux qui font ça occasionnellement. C’est le cas de cette jeune fille qui a téléchargé 11 films sur le web. Mais pas de bol, elle a été condamnée. Et la Hadopi ne lui a même pas donné d’avertissement.

prison telechargement illegal

Voilà une histoire qui va en refroidir plus d’un. Alors que le rôle de la Hadopi est vivement critiquée depuis son lancement pour son inefficacité, cette affaire ne risque pas d’arranger les choses. Une jeune fille de 21 ans a été condamnée mercredi pour avoir téléchargé 11 films illégalement sur internet durant l’année 2014. Cela correspond en moyenne à un film par mois. Autant dire pas grand chose.

Une condamnation à une amende de 500 euros avec sursis. Si la sanction n’est pas vraiment marquante il y a tout de même deux choses à retenir. D’abord, c’est que la Hadopi n’est absolument pas intervenue dans cette affaire.

Aucun avertissement n’a été donné à la jeune fille avant de voir débarquer chez elle quelques gendarmes. Ils ont saisi son ordinateur et ses clés USB pour les envoyer dans une cellule d’investigation spécialisée. Impressionnant.

L’autre chose importante c’est que cette jeune fille n’a vraiment pas de chance. Car chaque jour ce sont des millions de français qui téléchargent et certains vraiment massivement. Et malgré la création de la Hadopi en 2009, les condamnations sont extrêmement rares.

Lors du procès au tribunal correctionnel (tout de même), l’avocate de la jeune fille a déclaré que si tous les jeunes ayant une telle pratique se retrouvait devant un tribunal, on n’aurait pas fini. Elle explique :

Si désormais on décide de juger tous les jeunes qui font ça, on ne pourra jamais faire rentrer tout le monde dans la salle d’audience. Je vous demande de ne pas la condamner juste pour l’exemple.

Pour sa part, la jeune fille a reconnu qu’elle connaissait le caractère illégal de ces pratiques mais qu’elle était loin d’imaginer qu’elle finirait au tribunal pour si peu :

Je savais que c’était interdit, mais bon jamais je n’aurais pensé que ça pouvait me mener devant un tribunal.

Bon finalement avec une condamnation à 500 euros d’amende avec sursis, elle s’en sort plutôt bien. Mais elle a eu suffisamment la trouille pour promettre de plus jamais recommencer.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !