Itinérance Free Orange : Bouygues Telecom attaque et accuse l’Arcep de favoritisme

L’accord d’itinérance qui lie Free Mobile et Orange prendra fin plus tôt que prévu. Les deux opérateurs ont signé un avenant à leur contrat mi juin suite à la demande de l’Arcep qui s’est déclaré satisfait du nouveau calendrier. Tout le monde semblait donc d’accord, à l’exception de Bouygues Telecom qui vient de saisir l’Autorité de la Concurrence et le Conseil d’Etat. Il accuse ses deux concurrents d’entente et pointe du doigt les conditions de l’Arcep.

Suite au nouvel accord signé, l’extinction de l’itinérance Free Orange devrait démarrer en juillet 2017 pour s’achever en 2020. Techniquement, elle a même déjà démarré puisque depuis le 1er septembre, les débits 3G des clients Free en itinérance sont bridés. Les deux opérateurs sont parvenus à s’entendre avec l’Arcep et tout semblait suivre son cours normalement jusqu’à ce que Bouygues Telecom décide de saisir l’Autorité de la Concurrence et le Conseil d’Etat fin juillet comme nous l’apprend aujourd’hui L’Express.

Si Bouygues Telecom n’a jamais caché son opposition au contrat d’itinérance Free Orange qu’il juge néfaste pour la concurrence et a déjà vainement tenté de faire casser, l’opérateur vient encore une fois de saisir l’Autorité de la concurrence dans le but de faire condamner ses deux concurrents pour entente. Deux autres recours devant le Conseil d’Etat ont également été déposés, cette fois-ci à l’encontre de l’Arcep à qui Bouygues reproche d’avoir favorisé ses deux concurrents.

L’opérateur estime que le régulateur a accordé à ses deux concurrents des délais beaucoup trop longs et des conditions d’extinction en leur faveur. Rappelons qu’au départ, l’Autorité de la concurrence préconisait que cet accord d’itinérance prenne fin en 2018, or, le nouvel avenant signé en juin prévoit son extinction totale seulement pour 2020. Dans son second recours, il pointe également du doigt les conditions de partage des réseaux mobiles publiées par l’Arcep.

Via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • Kris Rage

    « faire condamner ses deux concurrents pour entente. »
    ENTENTE (?????) : euh, c’est pas le mot. On a obligé orange à fournir un réseau à Free par favoritisme. Parce que free au départ c’était complètement bidon comme une partie de ce qu’annonce son patron (souvenons-nous du peudo rachat d’un opérateur américain bien connu !!!).

    • Jean-Louis Pétrod

      C’est en tout cas dans ces termes que l’ont rapporté nos confrères de l’Express.

    • Vlad

      Obligé Orange???? T’as vu ça où??? Les trois gros ont été démarché et seul Orange a remporté l’appel d’offre, de plus c’est un contrat de droit privé de gré a gré ça ne regarde personne d’autre que l’arcep…qui a validé le tout!

      Le reste c’est du grand bouygues qui pleurniche pour essayer de rattraper le retard pris sur les concurrent en raison d’une mauvaise gestion de sont poulain, en espérant que la justice (ou les copains du gouvernement) mettent des bâtons dans les roues des concurrents.

      • Kris Rage

        Belle naiveté ! Orange est détenu pour un quart par l’état.
        L’installation prématurée de Free était une volonté du gouvernement pour faire baisser les prix. En sous-main, les actionnaires ont obligé Orange à cet itinérance qui s’est révélée désastreuse pour cause de saturation. Free a payé bien moins que les autres et tout le monde y compris l’Europe n’a rien dit, car ils étaient d’accord pour faire baisser les prix (ce qui est une bonne chose, mais cela n’empèche rien)
        Maintenant ce que j’en dis…

        • joe2x

          J’aurais dit que quitte à ce que Free rentre sur le marché, autant qu’il utilise notre réseau et que l’on lui facture.

          Itinérance desastreuse ? Je ne pense pas. Free a juste sous estimé son prévisionnel de quantitée de donnée acheté à Orange, d’ou réduction du débit. Estimation sous estimé de la part de Free mais il est vrai aussi que Orange ne pouvait peut être pas proposé plus pour supporté à la fois ses abonnées ainsi que les abonnées Free avec un quota de données bien plus important.

          Free a payé bien moins cher que les autres. Difficile de quantifié à mon avis

          • Kris Rage

            Yes, c’est ça que je voulais dire concernant l’itinérance.

        • Alain Squirrel

          c’est exactement cela : installation d’un quatrième opérateur pour non seulement faire baisser les prix ,doper le marché…
          Ceci étant dit, où se situe votre problème ?

          • Kris Rage

            Euh… en fait j’ai pas de problème, sauf avec l’angélisme. Penser que Free est né sans un coup de pouce, penser qu’Orange avait besoin de l’argent de l’itinérance de Free, penser que Free est un martyr alors que la réalité doit pas être joli-joli avec un patron tel que le leur est d’une grande naïveté. Lorsqu’un journaliste d’investigation qui n’a peur de rien va se lancer sur la question…. hé hé hé.

          • Alain Squirrel

            Je comprends votre pensée mais, encore une fois, qu’est ce que cela vient faire dans le prix du forfait que nous payons désormais ?
            Il y a eu forcément des manœuvres politico/economico et alors ?
            Le consommateur que nous sommes doit-il s’en préoccuper avant que de choisir son opérateur ?
            La seule chose que je vois c’est que, depuis l’arrivée du quatrième opérateur, les prix ont explosé dans le bon sens, les usages se sont multipliés (grâce à l’enveloppe de data surtout) et le marché en a profité (je pense aux ventes de smartphones, aux infrastructures…).

    • Un bon petit concentré d’inepties que nous avons la.

  • MIDORIJIN

    Heuuuuuuuuuu, il ne faisait partie du trio diabolique qui faisait de l’entente sur les tarif et autre entuberie avant que free ne débarque?

  • job13016

    Une ‘entente’ qui coute beaucoup à l’un et rapporte à l’autre….

  • Lightner

    Il oublie un peu vite les faveurs de l’arcep à l’epoque, quand ils ont eu du rabe pour atteindre les niveaux de couvertures demandées.