Islamic-news.info : un blocage aux allures de dérive de la censure du gouvernement

En début de semaine, nous vous informions du blocage du site islamic-news par le gouvernement français pour apologie au terrorisme. Nous nous interrogions sur la limite entre lutte contre le terrorisme et censure abusive, et plus particulièrement sur la manière dont l’Etat juge qu’un site puisse être bloqué ou non.

L’éditeur du site, qui souhaite évidemment rester anonyme, a souhaité s’exprimer dans une lettre ouverte afin de clarifier les choses. Son objectif n’est pas de voir réapparaître son site mais de dévoiler au grand jour les limites du système mis en place par le Ministère de l’Intérieur.

censure islamic news gouvernement derive
Crédits : Numerama

 

Nos confrères de Numerama ont permis à l’intéressé de dévoiler les détails de cette affaire en publiant cette lettre. Les explications de l’éditeur renforcent les craintes de certains observateurs qui estiment que la méthode du gouvernement est contestable.

Et pour cause, islamic-news ne semble en aucun cas être un site faisant l’apologie du terrorisme. Le gouvernement, en bloquant l’accès à ce site, aurait abusé de son pouvoir de censure. Nous avons décrypté la lettre de l’éditeur, en voici les détails.

Islamic-news n’est géré que par un seul homme

Les cinq premiers sites [bloqués] sont tous animés par des groupes répertoriés par les services de renseignement et font tous l’apologie du terrorisme – Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, dans un article de FranceTVinfo –

Suite au blocage du site islamic-news, le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a justifié auprès de nos confrères de FranceTVinfo que les cinq premiers sites bloqués faisaient tous l’apologie du terrorisme, et qu’ils étaient animés par des groupes.

Dans sa lettre ouverte, l’éditeur du site islamic-news relate la création de son site, ainsi que sa gestion. Première erreur du gouvernement, islamic-news n’est animé que par une seule personne, l’éditeur.

Le site était dirigé par un seul homme, qui vit en Europe et qui est inscrit légalement sur les registres d’OVH et qui paie avec son propre compte en banque le serveur qu’il loue auprès du numéro 1 français – Editeur de islamic-news –

Ce dernier n’a pas le profil du terroriste. Il a créé son site quelques mois après sa sortie de l’université, tout juste diplômé de droit international public, diplomatique et consulaire. L’éditeur souligne d’ailleurs que son niveau d’étude, avec des diplômes obtenus dans « l’une des meilleures universités européennes » suffit à démontrer qu’il a le recul et l’intelligence d’esprit nécessaires pour ne pas « sortir radicalisé et assoiffé de sang » de ces 5 années d’études.

Il rappelle aussi qu’il est l’auteur de tous les articles publiés sur le site et qu’aucune organisation ne le soutient ou ne le finance. D’ailleurs il souligne l’incohérence de la décision du gouvernement en rappelant qu’il utilise ses comptes bancaires personnels pour payer ses serveurs chez OVH et qu’il n’utilise aucun cryptage (c’est tout à fait vérifiable pour les services de renseignement).

Il insiste sur le fait que son site était « totalement transparent » pour les raisons évoquées plus haut, et que s’il avait voulu faire l’apologie du terrorisme il aurait eu le bon sens de rendre le site plus opaque.

Des articles repris par les grands médias

C’est sans aucun doute l’argument qui pèse le plus en la faveur de l’éditeur. Islamic-news bénéficie d’une côte de popularité et des références sérieuses auprès des professionnels qui décrédibilisent totalement la théorie selon laquelle il ferait l’apologie du terrorisme.

D’abord, l’éditeur rappelle que des journalistes professionnels l’ont contacté pour lui proposer des articles. « Un photojournaliste palestinien de Gaza [lui] avait même offert ses services lors de l’offensive israélienne sur la bande de Gaza, durant l’été 2014 ».

Mieux encore, le très réputé Nouvel Observateur a même cité l’un de ses articles comme source dans la rédaction de l’un de ses billets sur la Syrie. Enfin, sur Wikipédia, plusieurs de ses articles ont été indexés comme « références sérieuses ». Depuis 2013, date de création du site, tout fonctionnait parfaitement. L’éditeur rappelle même qu’il comptait près d’un million de visiteurs uniques.

Où sont les contenus faisant l’apologie du terrorisme ?

L’éditeur poursuit sa lettre ouverte en s’interrogeant sur les contenus du site ayant poussé l’Etat à le bloquer. Pour rappel, on considère qu’il y a apologie du terrorisme à partir du moment où il y a volonté de montre « sous un jour favorable » des actes de terrorisme, de les présenter comme « légitimes » ou « nécessaires ».

L’éditeur d’islamic-news cherche encore quels articles de son cru, présents sur son site, font l’apologie du terrorisme. Il précise qu’il a évité les sujets faisant polémique, qu’il n’a pas traité les attentats perpétrés contre Charlie Hebdo.

Il ajoute que, contrairement à ce qu’a affirmé le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, il n’a jamais posté aucune vidéo de l’Etat islamique sur islamic-news, estimant qu’il se rendrait « complice de leur diffusion ».

Il explique même que son article le plus influent concernait les européens qui se rendaient en Syrie pour mener le djihad. Il précise que le message transmis dans cet article était « Jeunes européens, ne vous engagez pas militairement ».

Finalement, dans cette explication, tout porte à croire que le gouvernement a commis une erreur de jugement en bloquant ce site. Plus globalement, la méthode du blocage administratif, sans passer devant un juge indépendant, est sérieusement remis en question.

Islamic-news a fait les frais de cette censure, l’éditeur a vu ses comptes Facebook professionnels et personnels supprimés alors qu’ils étaient vides. On s’interroge alors encore plus sérieusement sur la méthode du gouvernement pour lutter contre le terrorisme.

L’éditeur le souligne également : aujourd’hui, les sites de l’Etat islamique, qui touchent un public bien plus large, sont toujours actifs, alors que le sien, qui avait un rayonnement bien inférieur, n’existe plus. Dans tous les cas de figure, c’est une affaire qui risque de faire débat, à l’heure ou la liberté d’expression et la censure sont au coeur de l’actualité.

Via

Réagissez à cet article !
  • Feyd

    Le rapport avec Android ?

    • Georges

      phonandroid.com > Actu Généraliste

    • Rayane

      On ne parle pas que dandroid ici on parle des sujets d’actualité en rapport avec la technologie donc la c’est de la censure d’un site internet

    • jean-luc Mutabazi

      Site avec des journalistes/rédacteurs donc liberté dexpression voilà pourquoi ils en parlent ^^

      • Oim

        Et toi il y a 3 mois tu gueulais parce qu’il y avait un article qui parlait de l’interdiction d’UberPOP…

    • AizenKnower

      Ce site se veut être un site d’information qui touche les communications qui t’es permise avec ton smartphone Android donc soit plus ouvert dans tes remarques l’ami car il y a pas que l’aspect technique des téléphones ou des duels Apple vs Samsung.

      Il es question de censure qui touche internet et a fortiori ton appareil (tel.pc.tablet) qui est utilisé pour créer visiter publier un site ou un article sur le net.

      S’il avait parler d’un blocage de facebook ou autre site ou application Android tu n’aurais pas fait cette remarque donc c’est idiot de pas voir le rapport car ça n’a aucun lien avec ton android ou ton utilisation personnelle.

    • pcast

      aucun rapport avec Android. Mais je pense qu’une info importante doit être relayée surtout si elle peut nous toucher par ricochet…

  • gamer4life2

    Ça ne m’étonne même pas avec ces handicapés du gouvernement.

    • Kalvin

      On ne connaîtra jamais ce qui a été écrit derrière, je fais des sites internet… je n’ai pas fait 5 ans d’étude pour vous dire que sur un site internet… tout peut être caché et invisible aux gens normaux… mais avec certaines astuces… les gens bien informé peuvent faire apparaître beaucoup de choses cachées. Cet étudiant (qui a terminé) le sait bien, et malheureusement le gouvernement aussi peut lire les choses cachées…

      • gamer4life2

        Qui sait ?

  • jean-luc Mutabazi

    Qui a un jour proclamé la liberté d’expression comme étant absolu au sein fin quelconque pays

  • Kenshiro

    je vous conseil d’aller regarder quelques conférence de Fabrice Epelboin et notamment celles portants sur le logiciel PALANTIR…

    • pcast

      alors tout le monde est mouillé, le FBI, la CIA, Facebook, Paypal et j’en passe. Donc on ne peut être à l’abri nulle part, même pas chez soi. Triste constat… et après on va dire que les complots ça n’existe pas? en fait vivre dans un pays dit civilisé est déjà un complot… qu’est-ce que ça doit être alors au niveau de l’état, les armements, les militaires, l’espace, les ovnis, les expériences, le monstre du Loch Ness, tout est complot. Demain en prenant ma voiture, je vérifierai s’il n’y a pas un bombe dessous, si j’arrive à la trouver car elle pourrait être cachée dans l’airbag… ;) (j’ai peur des chauves souris)

  • toftof

    Ça commence comme ça la censure, et un jour on se retrouve sans comprendre comment ça à pu arriver si vite à des sites bloqués pour « non gentillesse envers notre président bien aimé à qui l’on doit allégeance »…

  • jean-luc Mutabazi

    Bah tout simplement parce que uberPop c’est un truc de taxi donc rien à voir avec les rédacteurs/journalistes et encore plus android -_-« 

  • pcast

    tout à fait d’accord

  • pcast

    A priori et d’après les propos de l’éditeur du site et des journalistes, rien ne pouvait dire que le site faisait l’apologie du terrorisme. Il semble bien que le gouvernement vient de s’octroyer un raté. Ce qui démontre encore que l’état peut se tromper… donc partant de ce constat, fermer un site sur l’Islam ne faisant pas l’apologie du terrorisme est abusif et totalitaire et je suis donc contre cette mesure sans passer par la justice.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Droits Ligue 1 : Facebook et Amazon pourraient diffuser les matchs

Et si les futurs OM-PSG étaient diffusés sur Amazon Prime Video ou Facebook ? Les deux géants américains se sont montrés intéressés par les droits de diffusion de la Ligue 1 auprès de la LFP. Formuleront-ils une proposition lors de l’appel d’offres ?